Un temps pour se taire

Un temps pour se taire. Ce petit livre, dont le titre est tiré du chapitre III du Livre de l’Ecclésiaste, avait été publié pour la première fois en 1957. Intitulé « A time to keep silence », il ne s’agit pas, pour Patrick Leigh Fermor, simplement de se taire, mais de préserver le silence, d’où doivent naître ces lignes. L’auteur y retrace les impressions de ces quelques mois ou semaines, on ne sait pas très bien, qu’il a passés en compagnie de moines d’Occident comme d’Orient, ces hommes qui vivent de rien sinon du plaisir de Dieu. Ces impressions ont pour noms louange, adoration, prière, liturgie, éternité, paix et puis la joie. Ecrivain-voyageur de renom dans le monde des lettres anglaises, Leigh Fermor sait traduire comme nul autre le voyage intérieur que mènent les moines. Auteur d’une grande érudition, rendue d’un style ciselé, il parcourt lui aussi ce chemin qui va de la culture au sacré.

Un temps pour se taire, fruit d’une expérience originale, annonce la publication trente ans plus tard des deux chefs d’œuvre du récit de voyage, A Time of Gifts and Between the Woods and the Water ; on y voit naître dans le silence de la cellule l’esthétique de Leigh Fermor qui cherche à traduire le beau tel qu’il s’est manifesté dans l’histoire des hommes.

Réédité récemment en langue française par les Editions Nevicata, ce petit ouvrage est candidat au Prix littéraire Jean d’Ormesson qui sera discerné pour la première fois le 6 juin prochain. Amant du beau, Patrick Leigh Fermot concourt au sens où il court ensemble, au rythme d’un homme qui a traversé l’Europe à pied, en vue de ce prix, lieu de rencontre posthume de deux aristocrates des lettres et de l’esprit.

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre

Belge offshore, amateur d'histoire et du patrimoine culturel européen, attaché aux questions liées à la transmission.

Une réponse à “Un temps pour se taire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *