Lettre aux Européens – en réponse à la tribune d’Emmanuel Macron

« Lettre aux Européens – en réponse à la tribune d’Emmanuel Macron»

 

Chers concitoyens,

Il y a quelques semaines, Emmanuel Macron avait adressé aux Européens une lettre ouverte, à laquelle répond aujourd’hui La Ligne Claire.

 

VALEURS COMMUNES

Les valeurs que nous avons en partage reposent sur l’héritage du christianisme, qui fonde la culture commune de le l’Europe. L’Europe c’est là où on trouve des cathédrales gothiques, des églises, des monastères, des villages qui portent le nom d’un saint, des monuments baroques, civils comme religieux, qu’on retrouve du Portugal à la Baltique. Qu’on quitte l’Europe et au retour, la manifestation architecturale de cet espace culturel s’impose comme une évidence.

Cet héritage culturel chrétien est respectueux de toutes les religions comme de toutes les personnes qui n’en professent aucune. Ainsi, si le Traité de Rome, qui fonde la future Union Européenne, est signé en la ville du même nom, il est bon de se rappeler qu’à l’époque de l’Antiquité il y avait des Juifs à Rome avant qu’il n’y eût des chrétiens.

 

L’IDEE IMPERIALE

Les lecteurs de La Ligne Claire se souviendront qu’elle tient la construction européenne pour la manifestation moderne de l’idée d’empire, qui traverse l’histoire de l’Europe, de l’empire romain à nos jours. C’est donc à Rome, à la fois capitale de l’empire et siège de la chrétienté, qu’est signé le traité qui porte son nom ; bien plus, la date de signature, le 25 mars 1957 s’inscrit elle aussi dans la tradition chrétienne puisque ce jour-là on célèbre la fête de l’Annonciation, qui fait espérer la venue d’un monde nouveau et meilleur, neuf mois plus tard à Noël.

L’histoire de l’Europe peut se lire comme une quête du rétablissement de l’idée impériale, après la chute de l’empire romain d’Occident au Ve siècle. L’empire de Charlemagne puis le Saint-Empire s’inscrivent dans cette ligne avec laquelle renoue l’Union Européenne en 1957 après deux tentatives d’empires fondés dans la violence, celui de Napoléon et celui d’Hitler.

L’idée d’empire est distincte de celle de nation et ne l’efface pas non plus. Si le Saint-Empire avait son cœur en Allemagne, au cours des siècles des Italiens, des Français, des Tchèques, des Polonais, des Hollandais, des Luxembourgeois et des Belges en ont fait partie, souvent pendant longtemps. L’idée d’empire s’accommode aussi de formes politiques variées ; ainsi, le Royaume de Bohême, le duché de Bavière et les villes libres d’Allemagne, Francfort ou Hambourg par exemple, non seulement appartenaient au Saint-Empire, mais en revendiquaient l’appartenance.

Surtout, loin de menacer l’existence des nations, l’empire en est le garant ; là où par exemple il existe une minorité hongroise au sein de la nation roumaine, dans l’empire tant les magyares que les roumains trouvent une place égale.

 

POUR UNE VERITABLE DEMOCRATIE

A l’heure où nous sommes appelés à élire nos représentants au Parlement européen, trois enjeux se présentent à nous auxquels nous sommes appelés à répondre : la véritable nature démocratique du projet européen, la protection de son existence et de son identité et enfin une politique commune orientée vers l’avenir.

Les citoyens de l’Union Européenne sont certes des sujets de droit mais ils ne sont pas que cela car ils appartiennent aussi à des communautés qui peuvent être régionales, nationales et européenne. Non seulement ces différentes communautés ne s’opposent pas entre elles mais l’individu, sujet de droit, et la communauté ne s’opposent pas non plus. Tout l’enjeu du projet européen consiste précisément en leur conjugaison.

Les citoyens européens sont bien entendu attachés à leurs libertés, conquises parfois de haute lutte et qui s’expriment dans la forme politique de la démocratie. Pour autant, aujourd’hui, deux  menaces la guettent, l’une conceptuelle et l’autre comportementale.

Ces dernières années, on a pu assister dans le chef de ceux qu’on appelle les postmodernes à un dévoiement de la notion des droits de l’homme. Là où les droits de l’homme émanaient de la nature humaine, quiconque aujourd’hui s’estime en droit de faire valoir des désirs individuels, d’exiger de la puissance publique qu’ils les ratifient et de les imposer à l’ensemble de la société sans référence aucune au droit naturel ; c’est ce que Benoît XVI appelait la dictature du relativisme. « Sans Dieu, il n’y a plus de démocratie » disait le même Benoît XVI qui rappelle que ce n’est pas parce qu’une loi est accueillie par la majorité d’un moment qu’elle est automatiquement bonne ou juste. Il ne s’agit pas ici de croire en Dieu ou pas mais de reconnaître qu’il existe des limites que l’homme n’a pas le droit de franchir. Cette menace est aujourd’hui très présente dans tous les sujets de société qui animent les débats en ce moment. Que tous ceux qui se réclament de la démocratie pour relancer le projet européen reconnaissent qu’en matière de mœurs tout n’est pas permis. Si le droit naturel est ignoré ou nié, alors effectivement l’Europe ne se fera pas.

La deuxième menace qui plane sur nos démocraties émane des comportements qu’on peut observer chez certains politiciens. Ils sont légion et ont pour nom carriérisme, népotisme, candidats poursuivis ou même condamnés par la justice, clientélisme, parachutes dorés, nominations dans les organismes parastataux, autant de comportements qui trahissent la démocratie et minent la confiance que les citoyens européens ont investie dans nos élus.

Enfin, la démocratie doit s’inscrire dans la succession des générations, c’est-à-dire dans l’histoire car si le droit de vote est accordé à tous les citoyens majeurs aujourd’hui, leurs décisions peuvent engager les générations futures, par exemple en matière de dette publique, de financement des retraites et bien entendu en matière d’environnement.

En définitive, la démocratie européenne, avant d’être une question d’institutions ou de mécanismes, est d’abord une question d’éthique qui se fonde sur la loi naturelle et qui soit respectueuse du lien qui unit les générations présentes et à venir.

 

LA PROTECTION DE L’EUROPE ET DE SON IDENTITE

L’Europe a ses propres limites, qu’elle tire de son histoire et de sa géographie et qu’il y a lieu de respecter. C’est pourquoi, ni l’Afrique, ni le Moyen-Orient, ni la Russie n’appartiennent à l’Europe et n’ont vocation à y appartenir. Ces pays demeurent nos voisins car on ne peut pas changer la géographie et il est donc important de maintenir avec eux des rapports de bon voisinage. Il découle de tout ceci que l’Europe a à la fois le devoir et le droit d’exercer un contrôle strict à ses frontières et de décider qui admettre et qui refuser. « Il faut “écouter” les peuples autochtones, “souvent oubliés et dont les droits ont besoin d’être pris en compte et la culture protégée, pour que ne se perde pas une partie de l’identité et de la richesse de cette nation ». Cette phrase, prononcée par le pape François à l’occasion de son voyage au Chili l’an dernier vaut tout autant pour les peuples européens que pour les Indiens Mapuche à qui il s’adressait.

Aussi, l’Europe a-t-elle le devoir de protéger ses citoyens. L’Europe s’est d’abord constituée dans la partie ouest du continent tandis que les armées soviétiques en occupaient le centre et l’Est. Dans ce contexte de grave menace à ses portes, il était naturel de s’allier aux Américains qui avaient participé à la libération du continent en 1944 et 1945. Aujourd’hui, alors que les chars soviétiques se sont retirés, les menaces sont autres et peuvent provenir de sources jusqu’alors insoupçonnées : espionnage industriel, hégémonie économique ou encore cyber-attaques. Ainsi, les deux guerres menées par les Américains en Irak par exemple ont contribué à déstabiliser le Moyen-Orient et à lancer vers nos pays des flux de réfugiés, tandis que ce n’était ni Vladimir Poutine, ni même Donald Trump qui piratait les téléphones portables du Président Hollande et de la Chancelière Merkel, mais Barack Obama. En matière de défense, il faut certes éviter de tomber dans l’angélisme, mais il y a lieu de reconnaître que les pays tiers ont eux aussi des intérêts légitimes, la Russie, notre voisine en particulier. Pas plus que les Etats-Unis ne pouvaient accepter que soient stationnés des missiles soviétiques sur l’île de Cuba, les Russes ne peuvent accepter des armes hostiles à leur porte immédiate. La sécurité de l’Union sera d’autant mieux assurée qu’elle reconnaît les intérêts de celle de ses voisins.

A l’heure où le Royaume-Uni quitte l’Union Européenne, à l’heure où la Chine s’invite dans nos campagnes, à l’heure où le Moyen-Orient se noie dans le sang et où des hommes se noient dans la Méditerranée, s’impose à nous la mise en place d’une diplomatie européenne qui puisse s’appuyer sur une industrie de défense propre et une force militaire commune, distincte de l’OTAN.

 

UNE AMBITION COMMUNE

Outre la défense, trois domaines entre autres exigent une politique commune : l’union monétaire et budgétaire, la question écologique et une fiscalité fédérale.

La moitié de notre continent a vécu quarante ans sous une forme d’économie dirigiste. On sait aujourd’hui que non seulement elle ne répond pas aux besoins des populations mais qu’elle entraîne avec elle une dictature politique. De ce point de vue l’économie de marché lui est préférable. Pour autant l’économie de marché ne constitue pas un idéal insurpassable. Il existe un marché libre de la drogue et de la prostitution qui ne les rend désirables ipso facto. On peut observer que le commerce et donc le marché, le lieu où s’exerce le commerce, existe de tout temps et sous toutes les latitudes ; il n’en demeure pas moins que le marché ne constitue pas une fin en soi, moins encore une chose à déifier, mais un mécanisme d’allocation des ressources, au mieux moralement neutre. C’est donc l’éthique qui en définitive doit être le juge de ce qui est bon et non, et l’éthique relève de la politique au sens où l’a vu plus haut.

A l’heure actuelle, l’euro n’est pas partagé par l’ensemble des pays de l’Union et on peut observer que les bienfaits et les inconvénients liés à son l’introduction n’ont pas été répartis de manière égale ; on sait aussi que la construction de l’union monétaire est inachevée de même que sont connus les outils à mettre en place en vue de la mener à bien, à savoir un budget européen financé par un impôt européen indirect, par exemple sur la pollution. Ce budget européen doit être déployé dans des domaines aussi variés que la défense, la lutte anti-terroriste, le transport et la recherche, qui concernent l’ensemble du continent. Car l’alternative à l’euro, ce ne sont plus aujourd’hui les anciennes monnaies nationales, mais le dollar américain et sans doute demain le yuan chinois. Depuis 75 ans, le dollar américain domine certains flux marchands, notamment le commerce du pétrole et des matières premières, à telle enseigne que le gouvernement américain peut aujourd’hui en toute impunité imposer ses lois partout dans le monde, soit une forme de vassalité. Loin d’être une cession de souveraineté, l’achèvement de la construction monétaire européenne constitue le gage de la souveraineté partagée de tous ses Etats membres et la condition pour conduire une politique étrangère propre, par exemple à l’égard de l’Iran ou encore une politique d’approvisionnement en énergie à l’abri de pressions étrangères.

La question écologique quant à elle appartient tout naturellement au domaine européen car ni le climat ni les pollutions ne s’arrêtent aux frontières – il suffit de se souvenir de l’accident de la centrale de Tchernobyl et du nuage radioactif qui s’était répandu sur la Scandinavie et l’Europe centrale. De même que le soleil éclaire et réchauffe les bons et les méchants, de même la pollution ne fait pas de distinction. Dans écologie on retrouve le mot grec « oikos » qui désigne la maison, le foyer et c’est pourquoi l’écologie trouve sa place en Europe, notre maison commune. Mais il existe aussi une écologie humaine, celle des habitants de cette maison, et qui se doit de prendre soin de l’homme et de la femme en tant qu’ils appartiennent à la nature et qui se doit de respecter leur nature propre tout autant que celle des plantes et des animaux.

Parmi les questions qui relèvent de l’éthique appartient ce que M. Macron appelle à raison le juste paiement de l’impôt en particulier par les entreprises multinationales et les gens riches, qui les uns et les autres disposent de moyens certes légaux mais pas nécessairement justes de réduire, voire d’éluder l’impôt. Car l’impôt est la contrepartie de services fournis ou financés par l’Etat, le transport ou l’éducation notamment. Certains pays de l’Union seront appelés non seulement à revoir leur modèle d’affaires mais à examiner leur conscience.

 

L’EUROPE, UNE PATRIE COMMUNE

Les questions économiques et de défense méritent bien entendu toute leur place dans le débat européen. Cependant, l’ambition qui animait les pères fondateurs a cédé la place à des institutions sans âme dont la seule fonction se réduit à administrer un grand marché. L’Europe n’est pas réductible aux institutions européennes et moins encore à la manière dont il s’avère qu’elles fonctionnent aujourd’hui.

Il est sans doute nécessaire de revoir le fonctionnement de l’Union, et celui de la Commission, mal compris par les citoyens, voire même d’en réviser les traités. En particulier, le principe de subsidiarité, qui puise son fondement dans l’organisation de l’Eglise catholique, doit être examiné d’un œil neuf et rétabli à sa juste place.

questions de politique monétaire, de défense, de migration sont certes complexes mais celles qui tournaient autour du charbon et de l’acier il y a soixante ans ne l’étaient pas moins. Ces questions demandent des solutions techniques justes qui, pour être acceptées par tous, doivent intégrer le pardon. Comme dans un couple, le pardon est constitutif de l’Union, il est ce qui permet de renoncer à ce qui est perçu (à tort) comme le bien personnel immédiat en vue d’un bien commun plus grand, l’Union justement. Si les circonstances historiques de l’après-guerre se sont désormais estompées, la nécessité du pardon, septante fois sept fois, conserve toute son actualité à propos de sujets comme un budget commun, un impôt fédéral, les flux de migrants et d’autres encore.

L’Europe est notre patrie commune, notre maison commune, notre destinée commune. Aujourd’hui réduite à un monde a-historique, régie par les seules règles du marché et des capitaux, elle est appelée à renouer avec sa culture. Or la culture a horreur du vide. La culture est la réponse tant face à l’Islam que face au vide spirituel que la laïcité ne peut combler ; elle est la seule réponse possible aux défis qui naissent des flux migratoires. Seule la culture est à même de transformer la peur du grand remplacement en un accueil, une intégration, en un mot en une civilisation.

 

Cordialement,

 

La Ligne Claire

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre

Belge offshore, amateur d'histoire et du patrimoine culturel européen, attaché aux questions liées à la transmission.

17 réponses à “Lettre aux Européens – en réponse à la tribune d’Emmanuel Macron

  1. Excellent texte et je pense que l’on pourrait appliquer à l’Europe une première mesure que vous pourrez lire dans le commentaire joint à cet article.

    https://www.swissinfo.ch/fre/democratiedirecte/%C3%A9lections-federales-2019_qui-sont-les-plus-puissants-lobbyistes–les-parlementaires-eux-m%C3%AAmes/44885712#comments

    Je crains hélàs qu’il ne soit pas possbile, nonobstant une volonté inexistante, de le mettre en oeuvre autant avant les élections européennes que suisses!

    Sinon et bien que d’éducation catholique, je pense qu’il faut arriver réellement à déconnecter le religieux du démocratique. Le religieux (hors les racines) n’est qu’un prétexte une domination politique et on peut le voir, autant aujourd’hui qu’au travers des siècles.

    Bien à vous et bravo de lutter

  2. hummm.

    Dominique, forgive me to comment in English.

    Indeed my USA and your EU are at a critically dangerous juncture.

    Thankfully, we have a rock-solid constitution (the oldest continuing one, much inspired by Europe, and an inspiration for the Swiss one). We will overcome Trump.

    However, for EU it is a different story. If I understood you correctly, you place (too) much emphasis on the Christian roots of Europe, emphasize the need to “accommodate” cumbersome neighbors like Russia, and yes do not hesitate to “tirer a fleuret mouchetés) against the American for their mistakes (without contextualizing or “nuancer”).

    EU can ignore the winds of changes, circle the wagons, insist on its Judeo-Christian roots, build Fortress Europe, and go on a slippery slope. It will be a question of time before the silk road goes from Trieste to Paris, or for Russia to blackmail it with gas.

    Or it can slowly embark in a long path of adaptation (beginning by recognizing its share of responsibility in Africa, My God the King of Belgium owned Congo!!), control its borders like CH does, loosen up a bit, and recognize that on the long run, great disparity across “Mare Nostrum” is bound to lead to havoc.

    And yes, do not forget those across the channel or ocean with whom you share common values.

    Victor

    1. Dear Victor,

      You write:

      “Thankfully, we have a rock-solid constitution (the oldest continuing one, much inspired by Europe, and an inspiration for the Swiss one).” Which Swiss constitution are you referring to? The present Constitution of 1999 (effective since 2000) bears little resemblance, if any at all, with its two original versions of 1848 and 1874, which were so often amended that they became unreadable. Hence the need to write a new one. Every Swiss schoolboy knows this.

      Moreover, wasn’t the first writer of the American Constitution the Swiss expatriate from Geneva, Albert Gallatin, who was appointed first Secretary of the Treasury by Jefferson when the latter came to power in 1801? Some of his laws are still applied today. Gallatin also founded the University of New York. A plate commemorating him can be seen at the corner of Rue Calvin and Rue de la Tour-de-Boël in the old town of Geneva.

      Conversely, I’d be intested to know of even a single line of text of the American Constitution having the least bearing, direct or indirect, with any of the successive Swiss fundamental laws.

      So, who did inspire whom?

      Cheers

      A.

    2. I fully agree with Sir De la Barre, Europe’s Future is with Russia against US + China.
      I only fear it’s a bit late with US Lobbyists gangrening EU Council 🙁

      1. P.S. And I didn’t mentioned the hudge chinese Power already installed in Europe as a Troyan Horse…! (as all over the World)

        (a bit like the extenuous and boring anti-spam of that Site 🙂 )

  3. “Tirer à fleuret moucheté” comme le dit notre ami américain, contre la laïcité, les musulmans, et subtilement contre tout ce qui n’est pas chrétien, à grand renfort de citations papales, ne participe pas à l’apaisement d’une situation déjà conflictuelle, et n’apporte rien à la construction d’une Europe unie.
    La laïcité n’exclut pas la spiritualité, qui est une affaire personnelle. La philosophie et la sociologie offrent une armature culturelle solide à qui veut s’en inspirer. La liberté de pensée ne doit pas être soumise à des dictats ou à quelque prosélytisme idéologique quel qu’il soit, religieux, fasciste ou “gôchiste”.
    Laissons chaque Européen penser ce qu’il veut des propositions d’Emmanuel Macron. Cela ne produira pas de calamités, à l’inverse des idéologies sus citées qui ont ensanglanté notre passé.
    Voltaire l’a clairement formulé il y a 250 ans : “Il y a des gens qui prétendent que l’humanité, l’indulgence et la liberté de conscience font des choses horribles; mais en bonne foi, auraient-elles produit des calamités ? “

  4. Avec la Ligne Claire on en est en plein dans le monde d’Othon de Habsbourg. Vision impériale à 100%, et chrétienne.

    Votre beau texte est un réel plaisir à lire. On aimerait mieux que l’Europe soit gouvernée par des gens comme vous, plutôt que par des Macrons. Malgré cela à mon avis, votre conception ne tient pas la route et ce pour une raison très simple: cette Union Européenne telle qu’elle existe, est dirigée par des Macron, des Merkel, des Barnier et des Juncker qui n’ont rien de commun avec votre vision du monde. Ils en sont même aux antipodes.

    Vous décrivez l’esprit du traité de Rome comme d’inspiration carolingienne: chrétienne, se référant à la tradition historique du Saint Empire. Le rôle donné à Aix-la-Chapelle dans l’imagerie de ce projet vous en parait la preuve. C’est à mon avis une complète illusion de votre part.

    Nous savons désormais par des documents américains déclassifiés, qu’il n’a jamais été question de laisser renaître une Europe dotée de sa civilisation propre et qui aurait pu devenir un puissance autonome. Tout ce qui a pu donner cette impression n’était que pure mise en scène pour tromper le gogo. Il s’est toujours agi de tout autre chose: un organisme vassal de l’Amérique que personnellement je propose d’appeler EUROTAN car, nous le voyons bien, il s’agit uniquement d’institutions politiques de façade permettant de formaliser la domination hégémonique, et militaire, d’Oncle Sam.

    La seule chose qu’on puisse dire c’est qu’au temps d’Adenauer, de Gasperi, Schumann, puis de Gaulle, on pouvait espérer que ce projet, bien adapté au contexte de la guerre froide des années 50, se bâtirait dans le cadre d’un certain conservatisme catholique anticommuniste de bon aloi. C’est cela qui a donné une certaine crédibilité à la chose. Mais plus tard on a constaté que les valeurs démocrates chrétiennes du début ont cédé le pas au projet post moderne déconstructiviste issu de l’école de Francfort et qui vise précisément à éradiquer la civilisation chrétienne qui vous est chère. Je ne comprends pas que vous n’ayez pas la lucidité de le voir.

    Tant qu’il s’est agi des Communautés Européennes, dont la Suisse, fort heureusement ne faisait pas partie, ça allait. Ces Communautés vivaient en symbiose harmonieuse avec l’AELE dont nous faisions partie, et la tendance des technocrates à rêver d’un super état supranational n’était pas suivie d’effets bien réels.

    Il n’y avait pas ce carcan d’une monnaie commune qui pour fonctionner exige un trésor commun et une fiscalité commune ainsi que des transferts massifs des pays les plus dynamiques et riches comme l’Allemagne vers les zones moins développées. Chose impossible à faire accepter politiquement oar les Allemands. Donc l´Union Monétaire est condamnée.

    Les Communautés Européennes en revanche étaient viables. Mais depuis qu’on a foncé dans la direction de l’Acte Unique puis des traités de Maastricht, Amsterdam, Nice, et enfin, en faisant le forcing et en ignorant le refus populaire massif manifesté le 29 mai 2005, le funeste traité de Lisbonne, signé dans le monastère désacralisé de Los Jeronimos (on espère que vous aurez noté le symbolisme maçonnique de cet affront fait à la civilisation chrétienne que vous défendez), nous pouvons constater une fuite en avant dans l’hubris qui ne peut finir que dans une catastrophe. Car ces gens poursuivent un but fondamentalement impossible à atteindre.

    Les peuples le sentent de plus en plus clairement et c’est pourquoi, par instinct de conservation, ils se cabrent. Le Brexit est un signe qui devrait être compris comme un ultime avertissement avant le naufrage du Titanic européen. Une main a écrit en lettres de feu sur la muraille “mané técel pharès”.

    Au lieu de prendre conscience du fait qu’ils font fausse route et accepter de redimensionner le projet en acceptant une Europe à plusieurs vitesses, les dirigeants du Berlaymont, sous la houlette du sinistre Barnier, ont décidé d’une politique punitive envers l’Angleterre. (Visant indirectement à menacer la Suisse). S’ils réussissent à contraindre ce grand pays et ce grand peuple à renoncer à son autodétermination, alors définitivement on saura que cette anti Europe est la prison des peuples. Le ressentiment sera énorme. Mais que l’on n’imagine pas un seul instant que celà dissuade les autres peuples de secouer le joug.

    On le voit bien aux Pays Bas, où 66% refusent désormais la politique européenne qui est menée. Aux dernières élections le Forum Démocratique de Thierry Baudet a gagné une grande victoire faisant au passage baisser le parti du “populiste” idiot Geert Wilders. Ce Thierry Baudet s’est prononcé pour la sortie des Pays Bas de l’Union Européenne. Donc sa victoire annonce, non un tassement des populistes, mais bien une poussée irrésistible de l’euroscepticisme aux Pays-Bas.

    Les gens ont compris une fois pour toutes que c’est l’Union Européenne qui veut l’immigration massive, c’est à dire la mort des peuples européens. Car c’est bien de celà qu’il s’agit. Inutile de nier l’évidence. Or les peuples européens dans leur profondeurs n’accepteront jamais de devenir minoritaires sur leurs propres terres. Donc cette anti Europe est foutue.

    Dans ce contexte, la vision idyllique que vous nous peignez en tons pastel, est une vue de l’esprit.

    Il faut démanteler ce machin et se contenter d’une coopération modeste entre Etats souverains, avec des objectifs limités. C’est tout ce que l’on peut encore sauver d’un projet qui a pu faire illusion au débit, mais qui a été plombé définitivement et irrémédiablement par des fous furieux comme Delors et Barnier. Il n’y a plus rien à sauver l’anti Europe anti chrétienne de Lisbonne.

    1. Vous pensez qu’une coopération “modeste” entre les pays européens pourra vaincre le “Tigre chinois”, alors qu’elle n’a déjà pas su contrer le “US Bull”?

      C’est vous qui vivez au temps des Habsbourg et de la poudre de Perlimpinpin
      🙂

      1. je blague, (oui) j’aime aussi ça 🙂
        Alors résumons:
        – le taureau (Bull) américain
        – le tigre chinois
        – l’éléphant indien
        – l’ours russe
        – l’animal européen? le cerf ou la chèvre et le chou???

      2. Et mes africains et d’amlat voudront bien m’excuser pour cette omission, leur futur viendra dans cet ordre:
        – le guépard africain
        – le puma latino

        so sorry

  5. … au début, pas au débit… Ah ces tablettes, qui nous mettent des fautes d’orthographes par loti thèmes… C’est infernal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *