Journées du patrimoine, ou les biens d’une très grande famille

On a célébré ce week-end en France les Journées Européennes du Patrimoine. Parmi les définitions du mot patrimoine que nous suggère le Larousse figurent: « Bien qu’on tient par héritage de ses ascendants » ainsi que « Ce qui est considéré comme l’héritage commun d’un groupe : le patrimoine culturel d’un pays ». Le dictionnaire historique de la langue française souligne quant à lui que le mot dérive du latin patrimonium, à savoir le bien de famille, au sens premier l’ensemble des biens appartenant au pater familias. Dans patrimoine on retrouve donc à la fois les notions de paternité et de famille.

Les fortunes des familles de l’aristocratie de l’Europe centrale (et d’ailleurs) étaient autrefois régies par la forme juridique du majorat, un ensemble de biens inaliénables qui revenait au chef de famille afin précisément qu’il en assure la préservation et la transmission et qu’il se soucie de son accroissement.

Les journées portes ouvertes de Jack Lang

En France, Fleur Pellerin, Ministre de la Culture souligne dans son éditorial que ces Journées sont « l’occasion de découvrir les œuvres, les monuments et les jardins que les générations précédentes nous ont légués, que nous avons su préserver et mettre en valeur au fil du temps. » On peut voir dans cette phrase l’expression d’une sorte de majorat public puisqu’on y retrouve à la fois la notion de legs et celle de l’obligation de la préservation et de la transmission. De plus, cette année les Journées ont pris un aspect particulier puisque la Ministre a souhaité mettre en valeur le patrimoine du XXIe siècle, une manière en quelque sorte d’accroître son majorat.

La genèse des ces Journées remonte à la création par Jack Lang en 1984 des Journées Portes Ouvertes des Monuments Historiques. Mais une porte qu’on ouvre peut aussi se refermer et le patrimoine n’est pas réductible aux seuls monuments. Aussi ce changement d’appellation des Journées est-il le bienvenu. En 1991 le Conseil de l’Europe institue les Journées Européennes du Patrimoine, soulignant par là même que cet héritage commun est bien celui de la famille européenne commune.

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre est un Belge de l'étranger naturalisé suisse, amateur d'histoire et du patrimoine culturel européen, attaché aux questions liées à la transmission.

Une réponse à “Journées du patrimoine, ou les biens d’une très grande famille

Répondre à Françoise Gounod Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *