Divine Dorothée

Derrière le titre de ce livre, se cache une déesse, Dorothée von Medem (1761-1821), issue d’une famille balte et épouse de Pierre de Biron, dernier duc de Courlande. Ce duché aux consonances romantiques, que les lecteurs de Marguerite Yourcenar reconnaîtront, occupait de façon approximative le territoire de l’actuelle Lettonie. Vassal de la couronne de Pologne, le duc Pierre se révèlera de manière constante incapable de reconnaître qu’en ce qu’il le concernait, le véritable pouvoir siégeait à Saint-Pétersbourg plutôt qu’à Varsovie, à telle enseigne que cet aveuglement précipitera la disparition de son duché au profit de la Russie justement, dans la foulée du troisième partage de la Pologne en 1795.

Tandis que son mari s’entête, la belle Dorothée s’emploie à tâcher de réconcilier son mari avec Catherine la Grande d’une part et la noblesse de Courlande d’autre part, et d’assurer à sa petite patrie une place dans le concert des nations. Cette activité, où la diplomatie se conjugue au charme, amène Dorothée à sillonner l’Europe en proie aux bouleversements suscités par la Révolution française puis aux guerres de Napoléon. Elle connaîtra tout le monde, l’empereur Napoléon et le tsar Alexandre, Stanislas Poniatowski, dernier roi de Pologne et Louis XVIII, par deux fois exilé en Courlande. Surtout, elle devient l’amie de Talleyrand et même sa confidente, dont témoigne sa longue correspondance et le mariage de sa fille cadette, elle aussi appelée Dorothée avec le neveu du diable boiteux. Lorsqu’elle séjourne dans son château de Löbichau, situé dans l’actuel Land de Thuringe, elle devient la muse des artistes et l’inspiratrice des poètes ; Goethe, Schiller, l’écrivain Jean Paul mais aussi le chancelier Metternich, viennent en séjour chez Dorothée, où elle anime une société où se mêlent très libres aristocrates, hommes politiques et artistes, et qui fera sa renommée.

Les éditions Lucarne ont publiée dernièrement un magnifique ouvrage cartonné illustré de gravures, de portraits et de photographies des personnes et des lieux qui ont façonné la vie de la duchesse. Ouvrage thématique, il traite des différents aspects de la vie de Dorothée, sa vie de famille, son rôle politique, ses voyages à travers l’Europe et d’autres encore et enfin de sa mort.

Divine Dorothée est le premier livre en traduction française de l’historien de l’art letton, Imants Lancmanis, qui de 1976 à 2019 avait été le directeur du musée du château de Rundåle, où en 2011 s’était tenue une exposition consacrée à la duchesse à l’occasion du 250e anniversaire de sa naissance.

Sous l’impulsion de David Gaillardon, cet ouvrage illustré peut tout aussi bien se lire que se feuilleter comme le catalogue d’une exposition ou un album de famille dédié celle que Talleyrand estimait être la femme la plus digne d’être adorée sur terre.

 

Imants Lancmanis, Divine Dorothée, Editions Lacurne, 422 pages, 2021.

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre est un Belge de l'étranger naturalisé suisse, amateur d'histoire et du patrimoine culturel européen, attaché aux questions liées à la transmission.

2 réponses à “Divine Dorothée

  1. Personnage intéressant en effet, dont je n’avais entendu parler que dans la biographie de Talleyrand. Cette famille de Biron qui avait réussi à se tailler un immense duché dans le Nord, mais qui n’a pas réussi à le garder longtemps, sait-on ce qu’elle est devenue ? Y a-t-il encore des descendants ?

Répondre à Dominique de la Barre Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *