Un vétérinaire : des spécialités. Comment choisir le bon vétérinaire pour son animal?

Où étais-je passée?

Si vous aviez remarqué ma disparition des blogs du Temps cette dernière année, cet article vient inaugurer une nouvelle série qui répondra à toutes vos questions. Premier indice à la fin de cet article! 

Je me fais une joie de vous retrouver et vous souhaite une belle lecture!

Le champ des disciplines que regroupe la médecine vétérinaire est immensément vaste et chacune possède des caractéristiques particulières. 

J’avais abordé succinctement ce sujet quand à « l’art vétérinaire » dans l’un de mes précédent articles que je vous invite à consulter. Celui-ci expose le choix de son domaine de prédilection du jeune vétérinaire au démarrage de sa carrière professionnelle.

Dans la suite de cet article, nous aborderons toutes les dénominations et titres que peut acquérir un vétérinaire au cours de sa carrière. 

Médecin, Docteur, Spécialiste, Spécialisé en… Ces termes n’auront plus aucun secret pour vous! Cela vous permettra de comprendre quel professionnel consulter dans une situation donnée, et ce que représente son niveau d’études et de connaissances dans son domaine.

 

Vétérinaire généraliste : une multitude d’activités

Une chose est certaine : en médecine vétérinaire, il est impossible de s’ennuyer! En tant que vétérinaire généraliste, la variété de tâches est (presque) infinie.

Un vétérinaire généraliste est un vétérinaire praticien qui travaille en cabinet vétérinaire. C’est votre vétérinaire. C’est le médecin qui contrôle régulièrement votre animal, qui effectue ses bilans de santé annuels, sa vaccination, et qui va traiter votre compagnon en première ligne.

Un vétérinaire généraliste peut exercer toutes les disciplines qui touchent à la santé animale. Médecine préventive, médecine interne, chirurgie, dentisterie, ophtalmologie, dermatologie, etc…

Ces disciplines existent pour toutes les espèces d’animaux de compagnie (chiens, chats, nouveaux animaux de compagnie), les chevaux, les animaux de rente (vaches, cochons, …) et les animaux sauvages (zoo et faune sauvage). 

Si l’on combine chacune des disciplines de cet éventail avec la multitude d’espèce dans nos pays, nous nous rendons rapidement compte qu’être vétérinaire assure un travail sans aucune monotonie!

La formation de vétérinaire généraliste correspond à un niveau d’études de master dans les pays européens (deuxième cycle universitaire), et totalise généralement 5 à 7 ans d’études selon les pays. Le candidat qui réussit avec succès ce cursus se verra diplômé « médecin vétérinaire ».

Votre vétérinaire est donc un représentant du corps médical, garant de la santé et du bien-être de votre animal. Il pourra gérer les cas médicaux les plus fréquents et les pathologies les plus classiques.

Toutefois, la médecine étant en évolution constante, celle-ci atteint un degré de complexité de plus en plus important chaque année. Il est donc impossible pour une seule personne (aussi compétente soit-elle), de tout connaître sur toutes les pathologies, dans toutes les disciplines et ce pour toutes les espèces.

C’est pour cette raison qu’il existe des spécialisations en médecine vétérinaire.

 

 

Bonjour Docteur…

En tant que médecin, de part son statut professionnel et médical, votre vétérinaire est souvent appelé « docteur » si il est un homme, ou « doctoresse » pour une femme. C’est un usage dans le language courant. 

Pourtant, au sens académique du terme, un médecin vétérinaire n’est pas « Docteur » par défaut. En effet, en Suisse, comme dans d’autres pays d’Europe, pour devenir « Docteur » il faut avoir défendu une thèse de doctorat (également appelé PhD dans les pays anglo-saxons).

Ce titre peut être obtenu, selon les pays, après 1 à 4 ans de travaux de recherche scientifique et la défense de l’ouvrage qui condense les résultats de ces recherches. Il s’agit d’un diplôme de 3ème cycle à visée de recherche. Il ne sanctionne pas un niveau clinique.

 

Une autorité européenne

En médecine humaine, votre médecin généraliste vous réfère vers un cardiologue, un neurologue ou un dermatologue en cas de nécessité d’une expertise dans un domaine de santé en particulier. Sachez qu’il en est de même pour nos animaux de compagnie! Il s’agit alors d’un « vétérinaire spécialiste ».

En ce qui concerne les vétérinaires spécialistes : Il existe une autorité européenne qui enregistre toutes les spécialités reconnues en médecine vétérinaire. Cet organisme se nomme EBVS (European board of veterinary specialisation). Seules sont reconnues comme spécialité vétérinaire les disciplines enregistrées par cet organisme. L’EBVS est le garant du respect des connaissances et avancées scientifiques dans le domaine vétérinaire, et a autorité pour imposer le respect d’une charte de formation scientifique et éthique qui garanti le plus haut niveau de qualité de formation clinique en médecine vétérinaire.

Chaque discipline enregistrée auprès de l’EBVS constitue un collège. Chaque collège est composé des vétérinaires diplômés spécialistes dans leur domaine. Ceux-ci ont alors complété au minimum 3 à 4 années d’études supplémentaires dédiées à leur domaine de spécialité clinique. Ce titre est intitulé « Diplomate du collège européen » et est obtenu après le succès du candidat à un examen final de niveau d’excellence.

Le collège européen est niveau de spécialisation reconnu au niveau européen et mondial. En effet, il existe le même système de spécialisation propre aux pays anglo-saxons. Il s’agit alors d’un “collège américain”.

Il existe actuellement 27 collèges reconnus par l’EBVS. Les collèges sont reconnus selon leur discipline (cardiologie, neurologie, chrirugie, dermatologie, médecine interne, médecine sportive, dentisterie, imagerie médicale, ….) et les espèces considérée. Les plus communes sont : animaux de compagnie (chiens ou chats) et équins.

Le spécialiste possède le plus haut niveau de compétences clinique reconnu dans sa discipline. Il est apte à diagnostiquer et traiter les cas les plus complexes qui relèvent de son domaine de compétences. Vous pouvez consulter un spécialiste dans le pour apporter une solution à un problème médical précis ou en cas d’impasse médicale, et ceci en accord et sur les conseils de votre vétérinaire traitant.

 

Spécialisé en … ?

En ce qui concerne les vétérinaires généralistes « spécialisés en » un (ou plusieurs domaines) : Il s’agit de vétérinaires praticiens qui ont souhaité approfondir leur connaissances dans un domaine d’intérêt en particulier.

Cet approfondissement peut se faire au travers de formations plus ou moins contraignantes selon les disponibilité du praticien. Celles-ci sont le plus souvent organisées en séminaires de 3j à 5j, renouvelés mensuellement jusqu’à complétion du cursus. Il s’agit la plupart du temps de formations fournies par des associations ou organismes privés. Les formateurs de ces organismes sont la plupart du temps des vétérinaires spécialistes (cf précédent) qui animent des séminaires d’approfondissement à l’attention des vétérinaires généralistes afin de leur transmettre les connaissances nécessaires à l’enrichissement de leur palette d’outils médicaux et diagnostiques.

Les titres associés à ces formations sont variés. Leur reconaissance officielle est propre au pays concerné et au degré de la formation en question. C’est l’organisme de régulation de la profession vétérinaire du pays considéré qui fait autorité pour la reconaissance de ces cursus aditionnels et leur appellation.

 

Et la formation continue dans tout ça ?

La formation continue constitue un devoir obligatoire auquel doit agréer tout médecin vétérinaire généraliste en activité. Il s’agit de séminaires, congrès, revues vétérinaires, webinar, ou tout outil reconnu mis à disposition du praticien pour maintenir ses conaissances à jour.

Ce système à pour but d’assurer la qualité des prestations de santé vétérinaire à la lumière des conaissances actuelles. Chaque participation, ou utilisation, de l’un de ces moyens de diffusion des conaissances médicales vétérinaire rapporte des points à son souscrivant. Chaque vétérinaire doit collecter un certain nombre de points afin de pouvoir attester de l’actualisation de ses conaissances, ceci lui permettant la poursuite de son exercice par l’autorité de régulation de la profession.

 

Voici pour un aperçu des différents titres officiels que peut porter un vétérinaire et les formations qu’il peut poursuivre. J’espère que cela vous a aidé à mieux comprendre l’organisation des disciplines qui constituent notre métier, et vous permettra de choisir le professionel adapté au cas de votre animal.

Si certaines de vos interrogations n’ont pas trouvé réponse dans ces lignes, je serai ravie de vous répondre dans les commentaires.

 

Comme indiqué dans le prélude de cet article, j’ai fais le choix de placer de côté mon activité d’information et de conseil auprès de mes lecteurs entre parenthèses ces derniers mois. J’en suis tout à fait navrée. La raison de cet absence vous a été exposée dans cet article : j’ai débuté une spécialisation en médecine vétérinaire (un collège européen donc si vous avez bien suivi ce qui précède). Ceci m’a demandé un investissement personnel et professionnel important que je détaillerai dans les articles suivants. Au plaisir de vous retrouver pour connaitre la suite de l’aventure et vous dévoiler ma spécialité!

A très bientôt, 

Diane Grosjean, DMV

Diane Grosjean

Diane Grosjean

Motivée par une vocation née dès son plus jeune âge, Diane Grosjean obtient son diplôme de Docteur en médecine vétérinaire à l'université de Liège. Spécialisée en ostéopathie vétérinaire, elle exerce en tant que médecin vétérinaire ostéopathe indépendant en canton de Vaud et de Genève.

2 réponses à “Un vétérinaire : des spécialités. Comment choisir le bon vétérinaire pour son animal?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *