A la découverte de l’art vétérinaire

Aujourd’hui, je souhaite vous faire découvrir l’art vétérinaire. Il s’agit pas de l’art au sens de ce tableau, premier portrait animalier de la peinture occidentale, réalisé par Jacopo Bassano en 1548. Ce que nous allons découvrir, ce sont les infinies possibilités que recouvre le métier de vétérinaire. L’historique singulier d’un art élevé au rang de science.

D’un savoir populaire à une science universitaire

Dans notre profession, nous évoquons l’exercice de « l’art vétérinaire ». A l’origine, cet art est une médecine des campagnes, un savoir populaire, transmis oralement entre initiés. La profession est alors incarnée par le maréchal, l’équarrisseur, le boucher ou encore le paysan.

Puis vint la reconnaissance en tant que science médicale dès la fin du 18e siècle. Sous l’impulsion de la création de la première école vétérinaire au monde en France, à Lyon, en 1762 : Berne fonde la première école vétérinaire Suisse en 1805. Le médecin vétérinaire est alors reconnu comme un artisan incarnant connaissances médicales et règles d’action, véritable garant de la santé animale. 

Puis la formation devint universitaire dès 1900, Berne devant ainsi la première faculté vétérinaire reconnue au monde.

Un naturel déconcertant

Cet art vétérinaire, je l’ai côtoyé, approché, parfois apprivoisé.

Je vois mes confrères plus expérimentés exercer tel des maitres de leur discipline, usant de leur talent pour analyser un cas clinique tel un chef d’orchestre, ou bien réalisant une chirurgie à la manière d’une véritable pièce d’orfèvrerie.

L’art vétérinaire se définirait donc ainsi : découvrir sa spécialité. Un domaine d’exercice, où ce mêlent naturel, connaissances et excellence.

Des possibilités vastes

Je ne cesse de m’interroger face à la multitude de possibilités et de spécialisations offrant cette profession. Tout d’abord, il nous faut choisir une espèce de prédilection : chiens, chats, chevaux, ruminants, porcs, nouveaux animaux de compagnie, faune sauvage,…

Les possibilités sont vastes, et les perspectives de carrières toutes opposées. 

Le saviez-vous? Il existe toute une panoplie de carrières en science des denrées alimentaires. De la fourche à la fourchette, le vétérinaire est également le garant de votre sécurité alimentaire.

Des domaines ultra spécialisés

La difficulté ne s’arrêtant pas là, sur le modèle de la médecine humaine, la médecine vétérinaire propose une large variété de spécialisations pour chaque espèce : médecine interne, chirurgie, dermatologie, reproduction, ophtalmologie, cardiologie, neurologie, imagerie médicale, comportement,… De nouvelles spécialisations voient le jour au rythme de l’évolution trépidante des connaissances scientifiques et médicales.

Pour achever ce portrait, chaque spécialisation voit elle-même émerger des vétérinaires ultra spécialistes dans tel ou tel domaine particulier, souvent incarnés par des chercheurs très expérimentés et motivés par l’évolution de leur discipline. 

Un oisillon jeté du nid

Jusqu’alors, baignée dans ce milieu durant mes 7 années d’études, biberonnée par les services spécialisés, rassérénée par les titulaires de collèges européens comme un saint graal de la médecine vétérinaire (diplômes d’études universitaires spécialisées en médecine vétérinaire), et éduquée par le système universitaire. Je quitte la faculté vétérinaire, mon diplôme en poche.

Seule en pleine nature, tel un oisillon jeté du nid, je cherche à faire mon petit bout de chemin dans ce métier choisi par passion. Eclectique et passionnée, je démarre ma carrière, bien loin de mon rêve d’enfance, mais ce sujet sera l’objet d’un autre article!

Puis, au détour d’une rencontre, vint le jour où je découvre l’ostéopathie vétérinaire. Débuta alors un voyage initiatique mêlant philosophie et science. Aurais-je découvert mon art? Très excitée par cette possibilité, j’entame une formation spécialisée qui bouleverse mes codes et ma vision de la médecine vétérinaire.

Je souhaite vous partager dans cette prochaine série d’articles les étapes clés de cette histoire, au travers des rencontres humaines et animales qui ont changé ma vie.

A suivre…

Retrouvez dans la catégorie : « Ostéopathie vétérinaire » tous les articles de cette série.

Références : 

  • LAVAGNE D’ORTIGUE C. Deux chiens de chasse liés à une souche, musée du Louvre (en ligne) www.louvre.fr, consulté le 30 mai 2018.
  • LAROUSSE Encyclopédie. Art vétérinaire (en ligne) larousse-edu.fr, consulté le 30 mais 2018.
  • SACKMANN W. Médecine vétérinaire, Dictionnaire historique de la Suisse, 29/12/2009.
Diane Grosjean

Diane Grosjean

Motivée par une vocation née dès son plus jeune âge, Diane Grosjean obtient son diplôme de Docteur en médecine vétérinaire à l'université de Liège. Spécialisée en ostéopathie vétérinaire, elle exerce en tant que médecin vétérinaire ostéopathe indépendant en canton de Vaud et de Genève.

4 réponses à “A la découverte de l’art vétérinaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *