Vente immobilière: pourquoi l’expertise humaine vaut mieux que l’algorithme?

Mises en avant par de nouveaux acteurs de l’immobilier, les solutions digitales destinées au courtage et à l’évaluation de biens peuvent sembler avantageuses. Pourtant, l’expertise humaine, plus fiable et précise, questionne la performance réelle de ces processus automatisés clé en main. Explications.

En pleine course à la digitalisation, le secteur immobilier est directement touché par les dernières solutions proposées en ligne. Si l’automatisation des processus a clairement du sens dans de nombreux cas, l’expertise humaine reste plus pertinente, précise et fiable, en particulier dans la branche immobilière. Sur internet, les plateformes destinées à l’évaluation de biens ainsi qu’au courtage se développent pourtant à grande échelle, donnant naissance à une sorte d’uberisation de la profession. Et l’argument économique mis en avant par ces nouveaux acteurs, avec des frais de commission très bas, a de quoi séduire. Avec de tels tarifs, les professionnels reconnus de la branche sont tout de même en droit de se poser plusieurs questions. Comment ces nouveaux acteurs font-ils pour être rentables? Et, au-delà de cet aspect, sont-ils réellement en mesure d’égaler les compétences humaines?

Mis en avant par leurs porteurs comme étant la panacée, ces outils digitaux fondés sur la comparaison de données statistiques peuvent s’avérer utiles dans un marché marqué par de nombreuses transactions entre des biens comparables. Mais il n’en va pas forcément de même en Suisse. «Le marché suisse, relativement restreint et au sein duquel les transactions sont moins nombreuses en comparaison avec certains de nos pays voisins, se prête moins à l’utilisation de ce genre de plateformes. Surtout sans disposer d’une masse importante d’objets comparables», souligne Alberto Fernandez, courtier et expert en estimations immobilières chez deRham. «De notre côté, nous privilégions la proximité avec nos clients et avec le terrain, ce qui permet de comprendre bien plus précisément les particularités d’un bien. Dans ce sens, la sensibilité et l’expérience humaine constitueront toujours de précieux atouts, quasiment impossibles à égaler avec une approche algorithmique.»

Outil immobilier ou concept marketing?

Avec des tarifs bien en dessous de ceux proposés par les experts reconnus dans la branche, ces outils en ligne sembleraient aussi conçus de manière à récolter le maximum de données et à attirer de nouveaux clients. En gonflant légèrement la valeur des biens estimés, leur fonctionnement pourrait faire penser à un aspirateur dans l’optique de constituer des bases de données utiles pour des tiers. «J’ai pour ma part été contacté rapidement par un conseiller en refinancement hypothécaire après avoir rempli un questionnaire en utilisant l’une de ces plateformes pour la tester, confirme Alberto Fernandez. Ce qui pose de sérieuses questions, notamment en matière de confidentialité.»

Nécessitant un certain temps pour se mettre à jour et enregistrer leurs données, ces programmes sont en en outre en retard par rapport à l’actualité économique. Dans l’éventualité d’une forte dégradation du marché, l’algorithme, basé sur des données antérieures, serait ainsi dépassé. Dans ce sens, il est également impossible d’anticiper les prochaines tournures conjoncturelles en se reposant sur ces outils digitaux.

L’irremplaçable expertise humaine

Experte en estimation immobilière chez deRham, Véronique Campiche constate également que l’approche humaine permet aussi d’estimer plus finement la valeur réelle des biens concernés. «En visitant un logement, notre expérience, notre connaissance du terrain et les données et informations que nous accumulons nous permettent de sentir le marché avec une grande finesse. Et en identifiant les transformations ou agrandissements possibles d’un objet, nous sommes capables de déterminer son potentiel réel. D’où l’avantage de bénéficier de l’expertise et de l’accompagnement de professionnels qualifiés et reconnus.»

Immobilier: pourquoi les investisseurs doivent penser 360°?

Dans un marché en pleine mutation, les acteurs de l’immobilier sont confrontés à de nouveaux défis. Entre le basculement vers un marché de l’offre et le durcissement législatif, le secteur est soumis à d’importants changements qui se répercutent directement sur les investisseurs.

Longtemps marqué par une forte demande, le marché immobilier l’est aujourd’hui par l’offre. On remarque en effet que le travail accompli par le secteur de la construction contribue à inverser progressivement la tendance de ces dernières années. Un changement de paradigme important pour les investisseurs, les locataires et les sociétés de gérance. En parallèle, on notera aussi que les acteurs de l’immobilier doivent composer avec de nouvelles lois. Ce durcissement législatif, qui permet à l’Etat de contrôler davantage les loyers fixés par les propriétaires, engendre une certaine pression sur les revenus.

Pour les propriétaires et investisseurs, il s’agit donc de pouvoir bénéficier d’une vision globale afin d’anticiper les futurs challenges sereinement et continuer à performer. Dans ce cadre, l’agence historique de Rham a veillé à étoffer au maximum sa gamme de prestations durant ces dernières années. Location, vente de biens d’habitation et commerciaux, expertise immobilière, valorisation, supervision des aspects juridiques ou encore développement du pôle digital constituent autant de domaines de spécialisation du groupe. Une vision d’ensemble et une réactivité opérationnelle qui permettent à l’agence de répondre aux exigences actuelles du secteur et d’accompagner les investisseurs dans tous les segments de la branche.

Nouveaux pools de compétences

D’une profession plutôt généraliste, le domaine immobilier s’est ainsi orienté vers de nombreuses spécialisations à maîtriser pour rester en phase avec le marché et ses multiples évolutions. Marketing, digitalisation ou encore compréhension approfondie des différents segments du marché représentent aujourd’hui des impératifs pour les régies immobilières.

«Chez nous, cette diversification du métier s’est traduite par la constitution de plusieurs pools de compétences, souligne Jean-Jacques Morard, CEO de l’agence deRham. Spécialisées dans leur domaine, nos équipes ont acquis une grande expertise dans leur créneau et peuvent se concentrer spécifiquement sur les défis liés à leur segment. Nos clients bénéficient donc d’un accompagnement de A à Z pour tous les aspects de leur projet.»

Reconsidérer l’offre destinée aux locataires

Dans ce nouveau contexte marqué par l’offre, les gérances immobilières semblent en outre fournir davantage d’efforts pour répondre aux nouvelles attentes des locataires. En bénéficiant d’un choix plus important parmi les offres disponibles, ils incitent les régies à prendre en considération leurs préférences. Récemment, le groupe immobilier s’est d’ailleurs rendu dans plusieurs quartiers pour aller à la rencontre de ses locataires en leur offrant le déjeuner depuis des food trucks. Cette action spéciale, baptisée «de Rham en bas de chez vous», est à découvrir ci-dessous.