OUI à la nouvelle loi PAV… et avec beaucoup de coopératives !

Attaquant les 62% de logement d’utilité publique (LUP) de la nouvelle loi PAV, les opposants veulent faire croire que cette dernière produira un « ghetto de pauvres », qu’elle « empêche l’accession à la propriété » et qu’elle va « spolier la classe moyenne ». On se demande à qui peuvent bien servir des arguments aussi mensongers ? sinon à certains milieux immobiliers que la crise du logement arrange bien…

Premièrement il faut rappeler que la nouvelle loi fait passer le taux de PPE de 14 à 32 % à l’échelle de l’ensemble du périmètre du PAV, donc une progression de 1’500 à 4’000 logements en PPE avec la nouvelle loi, c’est donc très étonnant que la droite s’oppose à cette évolution pourtant en faveur de l’accès à la propriété !!

 

 

 

 

 

 

Source : DALE

 

Ensuite, il faut comprendre de quoi on parle à propos des 62% de LUP. Sur ces 62%, 38% peuvent être construit en régime HM, par exemple par des coopératives. Or justement ce logement coopératif répond à une demande en très forte croissance au sein de la population puisqu’on dénombre plus de 5’000 ménages sur les listes d’attente des coopératives. Le fait que la RTS vienne de consacrer un Temps présent à ce sujet confirme également cette tendance.

De plus, l’habitat coopératif correspond parfaitement à une grande partie de la classe moyenne tant sur les modes de vie que sur le plan économique puisque dans un immeuble en régime HM, on peut loger par exemple des familles avec 2 enfants avec des revenus de 190’000 CHF et un demi million de fortune. Autant dire qu’un part importante des logements du PAV pourra accueillir des ménages avec des revenus plutôt élevés. On est donc très loin de la notion de ghetto.

Le PAV c’est une occasion unique de développer massivement l’habitat coopératif puisque les terrains sont en propriété de l’Etat. Il faut rappeler ici que dans plusieurs autres grands projets genevois, comme les Cherpines, le foncier est majoritairement en mains privées et donc à faible taux de LUP. C’est bien au PAV qu’il faut donc saisir l’occasion de réaliser des véritables quartiers coopératifs tels que ceux développés par nos collègues zurichois (p.ex. Mehr-als-Wohnen) où les coopératives représentent aujourd’hui 20% du parc de logements contre 5% à Genève.

 

 

 

 

 

 

 

www.mehralswohnen.ch  © Lucas Ziegler

 

C’est d’ailleurs ce qui a été initié dans le secteur Grosselin du PAV où les coopératives participatives contribuent à développer un quartier exemplaire sur le plan de la durabilité, de l’innovation sociale et de la qualité de vie. Vous trouvez à ce propos une série de vidéo sur la page facebook du Groupement des coopératives d’habitation genevoises.

Le PAV et les coopératives, c’est le début d’une histoire très prometteuse et c’est un axe essentiel de la mixité sociale pour ce nouveau morceau de ville.

Il faut donc voter OUI au PAV le 10 juin pour favoriser la mixité sociale, permettre le développement de quartiers de coopératives et faire ENFIN avancer la transformation du PAV !

Texte préparé pour la conférence de presse : “L’Alternative et les milieux locataires disent OUI au PAV !” du 30.5.18

David Martin

David Martin

David Martin est ingénieur en environnement EPFL de formation. Chef de projet chez Sofies SA à Genève, il accompagne des clients publics et privés dans les domaines de l'écologie industrielle, de la transition énergétique et de l’aménagement du territoire. Il est député au Grand Conseil avec les Verts genevois et membre du comité du Groupement des coopératives d’habitation genevoises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *