OUI à la nouvelle loi PAV… et avec beaucoup de coopératives !

Attaquant les 62% de logement d’utilité publique (LUP) de la nouvelle loi PAV, les opposants veulent faire croire que cette dernière produira un « ghetto de pauvres », qu’elle « empêche l’accession à la propriété » et qu’elle va « spolier la classe moyenne ». On se demande à qui peuvent bien servir des arguments aussi mensongers ? sinon à certains milieux immobiliers que la crise du logement arrange bien…

Premièrement il faut rappeler que la nouvelle loi fait passer le taux de PPE de 14 à 32 % à l’échelle de l’ensemble du périmètre du PAV, donc une progression de 1’500 à 4’000 logements en PPE avec la nouvelle loi, c’est donc très étonnant que la droite s’oppose à cette évolution pourtant en faveur de l’accès à la propriété !!

 

 

 

 

 

 

Source : DALE

 

Ensuite, il faut comprendre de quoi on parle à propos des 62% de LUP. Sur ces 62%, 38% peuvent être construit en régime HM, par exemple par des coopératives. Or justement ce logement coopératif répond à une demande en très forte croissance au sein de la population puisqu’on dénombre plus de 5’000 ménages sur les listes d’attente des coopératives. Le fait que la RTS vienne de consacrer un Temps présent à ce sujet confirme également cette tendance.

De plus, l’habitat coopératif correspond parfaitement à une grande partie de la classe moyenne tant sur les modes de vie que sur le plan économique puisque dans un immeuble en régime HM, on peut loger par exemple des familles avec 2 enfants avec des revenus de 190’000 CHF et un demi million de fortune. Autant dire qu’un part importante des logements du PAV pourra accueillir des ménages avec des revenus plutôt élevés. On est donc très loin de la notion de ghetto.

Le PAV c’est une occasion unique de développer massivement l’habitat coopératif puisque les terrains sont en propriété de l’Etat. Il faut rappeler ici que dans plusieurs autres grands projets genevois, comme les Cherpines, le foncier est majoritairement en mains privées et donc à faible taux de LUP. C’est bien au PAV qu’il faut donc saisir l’occasion de réaliser des véritables quartiers coopératifs tels que ceux développés par nos collègues zurichois (p.ex. Mehr-als-Wohnen) où les coopératives représentent aujourd’hui 20% du parc de logements contre 5% à Genève.

 

 

 

 

 

 

 

www.mehralswohnen.ch  © Lucas Ziegler

 

C’est d’ailleurs ce qui a été initié dans le secteur Grosselin du PAV où les coopératives participatives contribuent à développer un quartier exemplaire sur le plan de la durabilité, de l’innovation sociale et de la qualité de vie. Vous trouvez à ce propos une série de vidéo sur la page facebook du Groupement des coopératives d’habitation genevoises.

Le PAV et les coopératives, c’est le début d’une histoire très prometteuse et c’est un axe essentiel de la mixité sociale pour ce nouveau morceau de ville.

Il faut donc voter OUI au PAV le 10 juin pour favoriser la mixité sociale, permettre le développement de quartiers de coopératives et faire ENFIN avancer la transformation du PAV !

Texte préparé pour la conférence de presse : “L’Alternative et les milieux locataires disent OUI au PAV !” du 30.5.18

Les coopératives d’habitation : innovantes, durables, solidaires – la preuve par l’acte

Les coopératives d’habitation sont imbattables en termes de loyers. Mais pas seulement !

Elles sont aussi moteur d’innovation sur tous les plans : construction écologique, participation des habitants, communautés de consommation d’électricité solaire… autant de domaines où les coopératives – mues par la recherche de l’intérêt collectif et du long terme – contribuent activement à atténuer la crise du logement et l’émergence d’une nouvelle économie de la construction plus verte, plus économe en ressources et plus humaine.

Décryptage illustré par des exemples issus du terrain.


Les Zurichois semblent l’avoir bien compris : les coopératives ont une carte à jouer pour sortir de la crise du logement dont nos agglomérations souffrent. Ce type de logement représente 22% du parc locatif zurichois contre seulement 4% à Genève. Une tendance qui devrait évoluer grâce à la politique de soutien aux coopératives déployée par le DALE, en collaboration avec la Fondation pour la promotion du logement bon marché et de l’habitat coopératif (FPLC) et le Groupement des coopératives d’habitation genevoises (GCHG).

Mais comment les coopératives se distinguent-elles aujourd’hui à Genève ? Plusieurs exemples de réalisations récentes montrent un fort potentiel en termes d’innovation, de durabilité et de niveau loyer.

De la qualité de vie, tout en étant dense et économique

Si la densité est une nécessité pour éviter l’étalement urbain du Grand Genève et ses conséquences indésirables – consommation de sol, augmentation de la mobilité automobile – elle représente un important challenge pour la qualité de vie. Plus d’habitants au mètre carré, cela demande d’être créatif pour organiser intelligemment des espaces communs et des espaces privatifs agréables à vivre.

Dans un nouveau quartier de 180 logements tout juste sorti de terre au chemin Jean-Jacques Rigaud, les immeubles de la Codha fournissent un bel exemple de réalisation. Ils sont le fruit d’une bonne collaboration entre la Codha et le bureau d’architecte Bonhôte Zapata, suite à un appel à candidature lancé auprès des coopératives par la commune de Chêne-Bougeries. Résultat : avec ses façades en revêtement bois et une attention particulière portée aux circulations entre appartements et aux espaces communs, ce nouveau lieu de vie dégage une ambiance chaleureuse appréciée par ses nouveaux habitants.

Les sept immeubles voisins construits par le maître d’ouvrage Florissana SA (NOMOS Architectes) dont les appartements sont actuellement en cours de commercialisation se montrent – par effet de contraste – étonnamment froids et aseptisés.

      Immeubles de la Codha (photos : Johannes Marburg)

      Immeubles Florissana SA (photos Livit SA)

“Les coopératives d’habitants ont un magnifique projet social, qui est mis en forme par des architectes qui font un gros travail pour répondre à cette demande spécifique. En effet, une des forces des coopératives se situe dans le lien et la confiance qu’elles créent avec leurs architectes pour expérimenter et construire.” Philippe Bonhôte, architecte

Outre ces considérations évidemment subjectives, sur le plan des loyers, une rapide analyse montre que les appartements Codha sont de l’ordre de 10% à 20% moins chers que les loyers de la promotion Florissana SA*. A plus large échelle, le bas niveau des loyers des coopératives a été mis en évidence récemment par une étude du DALE avec des écarts d’environ 50% sur un échantillon représentatif du parc immobilier genevois (cf. TDG 5.10.2017).

Les coopératives sont donc efficientes sur le plan économique et proposent des loyers plus bas que la moyenne du marché. Non spéculatives par définition, les coopératives investissent naturellement sur le long terme. Grâce à cela, certaines coopératives zurichoises disposent de réserves financières telles qu’elles peuvent concurrencer les acteurs immobiliers traditionnels lors de l’achat de terrain. Et c’est évidemment dans le but de mettre des logements abordables sur le marché que ces coopératives agissent et non pas pour provoquer un “hausse des prix de l’immobilier” comme l’affirme injustement M. René Zahnd, patron de Swiss Prime Site ! (cf. Le Temps 26.11.2017)

De l’innovation sur tous les plans

Libérées en grande partie de la pression du rendement, les coopératives font souvent preuve d’innovation au service des futurs habitants et de la durabilité. Quelques exemples…

(suite…)

Lire la suite