Le 14 juin 2019 je ferai grève et la représentation n’aura pas lieu

Des quatre femmes que compte l’équipe de création du spectacle « Mon chien-dieu », je suis la seule visible sur le plateau. J’ai choisi de mettre un pied dans l’engrenage théâtral pour qu’il se grippe, l’espace d’un jour.

Le temps de la réflexion.

Le 14 juin 2019 je ferai grève et la représentation n’aura pas lieu.

Parce que la demi-mesure ne suffit plus et qu’il s’agit de créer une onde de choc permettant de nouvelles avancées féministes et sociales.

Cette décision est le fruit d’une longue réflexion. Elle n’est pas facile. Elle ressort de mon initiative, de mes revendications, mais elle a été rendue possible parce que l’équipe qui m’entoure et le Théâtre m’ont soutenue dans cette démarche.

Je ne fais pas grève parce que mes conditions d’engagement ou de travail sur ce spectacle en particulier sont problématiques. Je fais grève parce que plutôt que de penser individuellement, je choisis de penser au collectif.

En ce 14 juin, je souhaite que cette institution culturelle mise à l’arrêt nous permette à toutes et à tous de faire un point.

Parce que dans le domaine culturel (aussi !), des inégalités subsistent.

Parce que les différences de salaires entre les hommes et les femmes survivent sans raison.

Parce que les compétences féminines ne sont pas assez valorisées.

Parce que si il y a de nombreuses comédiennes, costumières, maquilleuses, nous avons besoin d’encore plus de régisseuses, de régisseuses générales, de programmatrices, de metteures en scène, de directrices, de directrices techniques, de créatrices lumière, de créatrices son, de techniscénistes, de machinistes, de cintrières, de cheffes constructeur, de scénographes, de dramaturges, de directrices comptables et financières, de productrices, d’administratrices.

Parce que le sexisme banalisé blesse et entrave la création artistique.

Parce que le théâtre véhicule encore parfois des visions stéréotypées de la femme.

Parce que la difficulté de concilier grossesse, maternité et profession est réelle.

Pour toutes ces raisons et pour d’autres, je participerai à la grève des femmes.

Si le 14 juin vous n’entendrez pas ma voix, pas plus que celle de Douna Loup, l’autrice de « Mon chien-dieu », c’est que je la ferai entendre autrement, en la ralliant par solidarité à celle des femmes du monde entier, visibles ou invisibles.

J’espère que vous nous entendrez.

Charlotte Dumartheray – Théâtre du Loup, pour le 14 juin 2019

 

Le Collectif genevois de la Grève féministe / Grève des femmes

Le Collectif genevois de la Grève féministe / Grève des femmes s'est constitué il y a un an en préparation de la Grève nationale du 14 juin 2019. Il regroupe des femmes* de tous âges et de tous horizons: migrantes et suisses, employées et mères au foyer, vieilles dames indignées et retraitées, collégiennes et étudiantes, politiques et apolitiques, féministes.

Une réponse à “Le 14 juin 2019 je ferai grève et la représentation n’aura pas lieu

  1. Même si au niveau salariale j’ai le même salaire que mes collègues masculins, je suis la seule femme à exercer cette profession au sein de l’institution où j’exerce. Je vous passe les remarques sexistes sur mon “incapacité ” à faire certaines choses, la mise à l’écart des groupes de ces messieurs, et surtout leur réaction lorsque je réussis particulièrement bien quelque chose…. Je fais grève pour que cela change et que mes filles ne soient pas victimes de cette discrimination.

    Elisabeth, 50 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *