Il faut que ça bouge!

Je me rends compte que malgré toutes mes idées égalitaires et humanistes à la maison, j’ai deux frères, c’est ma mère et moi qui faisons une grosse partie des tâches ménagères. Alors que réellement je suis la première à avoir ce discours égalitaire, mais je le fais par automatisme, sans questionner mes actions. Et surtout je sais que des femmes ont moins de chance que moi, et j’aimerais que la place de la femme, dans toutes les sphères, soit mise en valeur, qu’elle ne soit pas réduite au statut d’objet.

Je pense qu’il est nécessaire de marcher toutes ensemble et j’aimerai porter la voix de celles qui ne peuvent pas faire grève. Face aux problèmes d’aujourd’hui, on devrait s’unir, marcher main dans la main. Il n’est plus le temps de dégrader quelqu’un en fonction de son identification de genre. Y compris les hommes. Ce ne sont pas les femmes contre le reste du monde, mais un combat pour tout le monde. J’aimerais parler de tout cela, porter ce message, pour les générations futures. Pour l’instant, les femmes fortes, dans la littérature et le cinéma, c’est exceptionnel. L’image de la femme y est très restreinte et celle des hommes aussi. Il faut que ça bouge !

Emmanuelle & Ana, 20 ans

____________________________

De manière générale, ce qui me choque c’est que la femme n’a pas la possibilité de s’approprier son corps. Si je prends l’exemple des lois anti-avortement aux états unis, je ne vois pas pourquoi les hommes décident à la place les femmes, c’est une décision qui devrait revenir à la femme.

Les femmes devraient pouvoir être fières de leur corps, de leur féminité, de leurs traits plus virils et ne pas devoir se calquer sur un idéal publicitaire, ou de faire recours à la chirurgie et s’imposer des régimes. Au quotidien, lire tous ces magazines et ces articles est agressant. À passé 40 ans, on dirait que les femmes disparaissent des médias, comme si après un certain âge on n’était plus rien, on ne doit plus être vues car nos traits ne sont plus lisses. Il y a de la beauté même dans le visage d’une grand-mère. On y lit une histoire. J’aimerai voir tous les visages de la femme représentés, que ça ne soit plus moche pour les femmes de vieillir. Ce qui est d’autant plus dérangeant, c’est que les hommes, eux, on les voit partout, ils sont représentés à tous les âges.

Agnès Marchand
, 42 ans, Genève

____________________________

Je travaille dans une école et je ne ferai sûrement pas grève, à la place je proposerai des activités à mes élèves. Je pense que mon métier me permet d’aborder ces sujets, surtout dans un quartier où la question n’est pas beaucoup traitée. D’abord je me suis dit que j’allais parler des artistes femmes, prendre quelques figures féminines de l’histoire de l’art et travailler là autour. Parler des attitudes féminines et masculines et faire des collages, des interventions. Par exemple sur la Joconde, la rendre moins sage. J’ai une fille de huit ans, qui a reçu le livre « 100 portraits de femmes rebelles », je vais le photocopier pour mes collègues. C’est inspirant de voir ces femmes de tous bords, comme cette cycliste dans les années 1900 qui a réussi à se classer.

Je vais aussi passer ce documentaire sur cette petite fille mongole qui est la première a avoir élevé des aigles, elle est soutenue par sa mère et son père qui l’encouragent. C’est incroyable, elle a treize ans, on dirait que c’est une fiction et pourtant c’est un personnage réel. J’avais vu ce documentaire avec des enfants, qui avaient tous applaudi à la fin. Le documentaire montre aussi que sans l’aide de la famille, c’est très difficile de s’affirmer.

Céline Mazzon, 
Jonction, maîtresse d’arts visuels en primaire, 44 ans

Le Collectif genevois de la Grève féministe / Grève des femmes

Le Collectif genevois de la Grève féministe / Grève des femmes s'est constitué il y a un an en préparation de la Grève nationale du 14 juin 2019. Il regroupe des femmes* de tous âges et de tous horizons: migrantes et suisses, employées et mères au foyer, vieilles dames indignées et retraitées, collégiennes et étudiantes, politiques et apolitiques, féministes.

Une réponse à “Il faut que ça bouge!

  1. Maintenant il est vraiment nécéssaire d’arrêter de nous prendre comme des chiffons ou avoir en remplacement un homme qui recherche une maman. Tout ça on en a plein les seins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *