La Suisse peut mieux s’armer contre une crise

Récession. Le mot est lâché, et il fait peur. Face aux nuages qui s’accumulent sur l’économie mondiale, la Suisse n’est pas une île et ne va pas pouvoir rester immune face au ralentissement des échanges. Après les tensions récurrentes entre les Etats-Unis et la Chine, qui dominent le climat économique, les récentes attaques qui ont paralysé une partie de l’industrie pétrolière saoudienne ont ajouté un surcroît d’inquiétude.

Plus près de nous, les signaux ne sont pas plus encourageants. L’Allemagne montre déjà une tendance négative, le Royaume-Uni n’en finit pas de s’embourber dans son Brexit, l’Italie retient son souffle entre deux crises politiques, et le moral économique des Français est au plus bas, selon une étude parue à mi-septembre.

Pourtant, on ne sent pas la même préoccupation en Suisse. Politique de l’autruche ou confiance légitime? Les économistes paraissent pencher pour la deuxième réponse. Plusieurs d’entre eux, issus des meilleurs instituts universitaires (KOF, BAK), relèvent que la diversification des exportations, avec un amoindrissement progressif du poids de l’Allemagne – et un accroissement de celui des Etats-Unis, et la très bonne tenue de l’industrie pharmaceutique retiennent encore largement la digue. La question du Brexit n’a que peu d’incidence négative directe, d’autant moins qu’un accord commercial avec Londres a été passé et garantit le cadre des échanges entre les deux pays.

Et pour l’instant, le climat de consommation en Suisse ne souffre pas de ces soubresauts. On ne sent pas davantage les banques tirer sur le frein à main du crédit. Ni, qui plus est, le consommateur se dire qu’il vaut mieux épargner que dépenser. Trois facteurs qui, cumulés, entraînent un marché intérieur dans la spirale de la récession.

Bonnes nouvelles? Pas uniquement. Cette situation est aussi à mettre en relation avec le coût de l’épargne. Ce qui a l’air d’être un oxymore est maintenant une réalité de moyen terme pour l’économie suisse: on paie pour mettre son argent en banque. Les intérêts négatifs créent un autre problème que, pour le moment, le monde politique ne semble pas considérer comme très sérieux. Pourtant, les taux négatifs détruisent de la valeur, rendent la quadrature du cercle pour les caisses de pension (valoriser les retraites futures des assurés) encore plus complexe, et déstabilisent les flux d’investissements. Le «quantitative easing» s’inscrit dans une spirale dont on se demande quand et comment elle peut s’arrêter.

Répondre par l’investissement

Et si l’heure était pourtant bienvenue d’utiliser cette période aux fondamentaux instables pour investir dans des infrastructures et accélérer la transition vers des solutions durables – qui confèrent à notre pays des avantages concurrentiels futurs? Profiter effectivement de liquidités injectées pour mettre au travail les entreprises, et prendre de l’avance dans des domaines cruciaux et stratégiques: énergie, transport, construction, rénovation, technologies, formation… les défis ne manquent pas. On a vu ce que tergiverser en matière d’équipements de transports peut coûter une, voire deux générations plus tard.

Ces investissements ne seront utiles que si la Suisse conserve une fluidité de ses échanges commerciaux, afin qu’elle puisse continuer à se diversifier et à s’adapter, sans s’ajouter des contraintes inutiles. A cet égard, la poursuite – à travers sa rénovation – de la voie bilatérale avec l’Union européenne est cardinale.

Crédit photo: AdobeStock

Claudine Amstein

Claudine Amstein

Claudine Amstein est la directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie, depuis 2005. Après avoir été juriste et secrétaire générale de la Chambre vaudoise immobilière, elle en reprend la direction en 1993. Elle a été constituante au Grand Conseil vaudois, avant d’en être députée pendant dix ans. Elle est très engagée dans les associations faîtières de l'économie suisse.