Il est temps d’investir dans une fiscalité attractive!

Les comptes du canton de Vaud sont une fois encore positifs. Certains chiffres interpellent toutefois et nous invitent à ne pas verser dans la béatitude. Il reste indispensable d’offrir un cadre fiscal attrayant aux contribuables. Certains cantons l’ont compris.

Pour la 14e fois depuis 2004, le canton de Vaud a réalisé un exercice comptable positif. L’an dernier, l’Etat a enregistré un excédent de revenus net de 87 millions de francs. La presse n’a pas manqué de saluer ce résultat qui, de prime abord, a toute l’apparence d’une bonne nouvelle. Cependant, en détaillant attentivement les tableaux produits lors de leur présentation, certains chiffres interpellent quant à la réelle situation fiscale de notre canton. J’y décèle quelques sources d’inquiétude

Premier constat préoccupant: le produit de l’impôt sur le revenu a augmenté l’an dernier de 1,1%, contre 3,4% pour le période de 2017. Et encore, si l’on enlève les taxations exceptionnelles liées notamment aux dénonciations spontanées (130 millions de francs) et les effets conjoncturels sur la fortune (77 millions), la croissance ne s’élève qu’à 7 millions, soit une hausse de 0,2% par rapport à l’année précédente. En 2017, par ailleurs, la croissance s’élevait à 1,5% par rapport à 2016, sans les effets exceptionnels et conjoncturels. Les recettes fiscales des personnes physiques croissent donc moins, en dépit du fait que la population vaudoise continue d’augmenter. Il y a là le début d’une spirale problématique, d’autant que la dégradation de l’environnement conjoncturel international continue de peser sur les prévisions de croissance pour le canton. Celles-ci ont d’ailleurs été revues à la baisse cette semaine encore selon les dernières estimations du CREA publiées par la BCV, l’État de Vaud et la CVCI

Autre source d’inquiétude: les dépenses liées à la prévoyance sociale ont augmenté par rapport à l’année précédente et constituent l’un des principaux secteurs de croissance au niveau des charges. Ainsi, sur 100 francs dépensés en 2017, 27 fr. 87 allaient à ce secteur contre 28 fr. 50 en 2018. Cette hausse est en soi une source de préoccupation. Plus globalement, le calcul est vite fait: si l’on veut pouvoir financer un Etat social, il faut que l’argent rentre! Et cela passe par une fiscalité attractive, un domaine où notre canton ne se distingue pas particulièrement. Plusieurs communes ont déjà annoncé le départ de contribuables importants vers d’autres horizons helvétiques.

Le canton de Neuchâtel, réputé pour sa fiscalité lourde, a compris la nécessité de se rendre attractif en décidant, le mois dernier, de baisser significativement l’imposition des entreprises, mais aussi et surtout celle des personnes physiques. Si elle bénéficie en particulier aux familles actives disposant d’un logement propre, la réforme améliore les conditions de tous les contribuables, y compris de ceux qui sont les plus aisés. Le canton de Vaud devrait s’inspirer de cet exemple pour éviter l’exode de certains contributeurs. Responsable des finances neuchâteloises, le conseiller d’Etat Laurent Kurth a déclaré dernièrement dans les médias que «ces réformes ne doivent pas déstabiliser les finances publiques. Toutefois, il ne faut pas se laisser tétaniser par la peur et la crainte au risque de péjorer encore plus l’emploi, les finances des communes et l’attractivité du canton.»

Ces mots devraient résonner chez son grand voisin du Sud.

Photo: Fotolia

Claudine Amstein

Claudine Amstein

Claudine Amstein est la directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie, depuis 2005. Après avoir été juriste et secrétaire générale de la Chambre vaudoise immobilière, elle en reprend la direction en 1993. Elle a été constituante au Grand Conseil vaudois, avant d’en être députée pendant dix ans. Elle est très engagée dans les associations faîtières de l'économie suisse.