Le long terme, c’est (aussi) l’avenir des entreprises

C’est sans doute un hasard, mais il est frappant et il tombe au bon moment. Le 23 novembre dernier, la 4e édition du Prix vaudois des entreprises internationales (PVEI) – que co-organise la CVCI – a récompensé trois sociétés qui ont deux éléments forts en commun : un ancrage familial et une vision à très long terme. Deux facteurs a priori désuets, mais qui prennent tout leur sens lorsqu’on considère le succès impressionnant de ces entreprises. Chacune dans leur domaine, elles sont des leaders et ne cessent d’innover.

A l’occasion du PVEI, à l’IMD à Lausanne, Alexandre Pesci (CEO de LEMO), André Wider (CEO de Wider SA) et Thibaud Stoll (dir. des sites de production biotechnologique de Merck), ont reçu leur prix des mains de Claudine Amstein (Directrice de la CVCI), Jean-Frédéric Berthoud (Directeur du DEV) et Philippe Leuba (Conseiller d’Etat – DEIS, à dr.). (Photo: Christian Brun)

La plus petite d’entre elles, Wider SA, « coup de cœur du jury », a démarré comme simple menuiserie à Morges voici bientôt septante ans. L’actuel directeur, André Wider, l’a reprise des mains de son père alors qu’il était encore très jeune. Aujourd’hui, cet agencier d’intérieur, qui conçoit des cuisines, des showrooms pour l’horlogerie, des salles de conférence et toutes sortes de réalisations en bois mais aussi dans d’autres matériaux, livre en six semaines ses conceptions Swiss made sur mesure aux quatre coins de la planète. Comment fait-il dans un marché si concurrentiel, où chaque centime compte ? Il investit. Il innove, en misant à fond sur la 3D, afin de pouvoir appliquer une logique industrielle à la fabrication de pièces uniques. Il forme ses employés. Il mise sur le canton de Vaud, où il trouve de la compétence, de la clientèle et du soutien. En vingt ans, il a ainsi créé plus de 200 emplois.

L’histoire de LEMO SA est du même ordre. Le grand-père de l’actuel patron, Alexandre Pesci, a inventé le connecteur « push-pull » il y a cinquante ans et, depuis, cette entreprise discrète et méconnue du grand public équipe les instruments médicaux les plus sophistiqués, les grandes chaînes de télévision, la Formule 1… en internalisant presque tout ! Mis à part la fourniture de matière première, LEMO contrôle toute sa chaîne de production, en Suisse. Pour assurer une qualité optimale et un Swiss made indispensable aux yeux des clients. Là aussi, il a fallu consentir à d’importants investissements, payants à long terme, et qui contribuent à sa distinction dans la catégorie « entreprise suisse » du PVEI 2017.

Quant à « l’entreprise internationale »  de l’année en terre vaudoise, elle s’appelle Merck. C’est un géant de 350 ans d’âge, toujours contrôlé à 70% par sa famille fondatrice. Sa division biotechnologie avait repris, il y a une décennie, les sites de Serono dans le canton de Vaud. Depuis cette intégration, qui avait fait couler beaucoup d’encre, Merck a investi environ un milliard de francs sur ses sites de Corsier-sur-Vevey et d’Aubonne, et a accru de 350 son nombre d’employés (ils sont 1500 dans le canton de Vaud). Une tendance qui devrait se poursuivre. Car Merck est engagé pour une longue durée dans l’environnement très favorable de la « Health Valley » lémanique, avec l’objectif d’y réaliser sa révolution numérique.

Comme quoi, entreprise familiale et vision à long terme n’ont jamais été aussi modernes qu’à l’heure de l’industrie 4.0 ! Une belle leçon.

Claudine Amstein

Claudine Amstein

Claudine Amstein est la directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie, depuis 2005. Après avoir été juriste et secrétaire générale de la Chambre vaudoise immobilière, elle en reprend la direction en 1993. Elle a été constituante au Grand Conseil vaudois, avant d’en être députée pendant 10 ans. Elle est très engagée dans les associations faîtières de l’économie suisse.

Une réponse à “Le long terme, c’est (aussi) l’avenir des entreprises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *