JO 2026, et si la magie opérait?

Les Jeux Olympiques 2026 seront-ils l’aiguillon qui permettra de repenser le tourisme alpin? La Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI) a lancé l’un des deux projets romands il y a deux ans déjà. Une étape importante a été franchie juste avant Pâques, avec le feu vert du Parlement du sport de Swiss Olympic. Le projet va pouvoir prendre forme…

Les Jeux Olympiques 2026, dont Sion sera la ville hôte, ont pour ambition d’être à taille humaine. Faisons un vœu supplémentaire: ils doivent être les jeux de l’innovation et de la durabilité, dans le respect de l’agenda 2020 du Comité international olympique (CIO), en utilisant au mieux les infrastructures déjà existantes (la nouvelle patinoire de Malley, à Lausanne, qui sera inaugurée en 2019, ou celle de Berne, parmi les plus grandes d’Europe).

Les artisans des deux projets de JO 2026 – celui de la CVCI pour Vaud et celui de Christian Constantin en Valais – ont su dépasser les frontières cantonales. Ils ont vite compris qu’il fallait voir plus grand pour bénéficier au maximum des pistes, installations sportives et infrastructures hôtelières et para-hôtelières déjà existantes.

L’occasion de se réinventer

Pour les Vaudoises et les Vaudois, cette aventure ne sera pas synonyme de chantiers et de nouvelles infrastructures inutiles. Elle doit tout au contraire être l’occasion de repenser le tourisme, en montagne comme en plaine, et de lui apporter des améliorations absolument indispensables.

Le tourisme mérite une attention toute particulière, au moins aussi soutenue que le commerce ou l’agriculture. Plus de 22’000 postes de travail dépendent directement ou indirectement de ce secteur, qui contribue à 7,2% du produit intérieur brut (PIB). La venue d’un événement planétaire dans notre écrin romand ne peut qu’avoir des répercussions positives… A condition, évidemment, de faire les bons choix et de profiter au mieux de la vitrine phénoménale de cette parenthèse sportive qui restera gravée dans les annales.

Notre région s’est déjà hissée parmi les leaders mondiaux comme site d’implantation de start-up, alors qu’elle n’y était absolument pas prédestinée. Il n’y a aucune raison que nous n’arrivions pas à atteindre la même excellence et le même dynamisme dans le domaine olympique. Nos stations alpines en sortiront renforcées et peut-être réinventées. C’est un pari que nous devons oser.

Le biathlon des JO 2026 pourrait avoir lieu sur le plateau des Mosses
Claudine Amstein

Claudine Amstein

Claudine Amstein est la directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie, depuis 2005. Après avoir été juriste et secrétaire générale de la Chambre vaudoise immobilière, elle en reprend la direction en 1993. Elle a été constituante au Grand Conseil vaudois, avant d’en être députée pendant 10 ans. Elle est très engagée dans les associations faîtières de l'économie suisse.

Une réponse à “JO 2026, et si la magie opérait?

  1. C’est certain que cela signifie une très grosse opportunité pour la Suisse et pour le futur de tourisme dans le pays! L’hôtellerie Suisse est déjà le standard mondial, il suffirait donc d’améliorer le marketing pour la développer comme destination préférentielle de certain pays et ces JO sont un super événement pour ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *