Le petit livre des peines

Voici enfin l’ouvrage, sur lequel le professeur d’histoire médiévale de l’Université de Neuchâtel Jean-Daniel Morerod a longuement travaillé, sortir de presse sous l’égide de la Société d’Histoire de la Suisse romande. Son titre, le Libellus Penarum, soit le petit livre des peines ou le récit d’une captivité à Neuchâtel en 1415 dont l’humaniste Benedetto da Piglio fut la victime.

« On savait depuis 150 ans que cette œuvre était centrée sur Neuchâtel, telle que la ville apparaissait en 1415 : sa vieille tour et ses prisons – où l’auteur est enfermé pendant des mois – son gouvernement et la défense de l’ordre public. Un reportage si l’on veut, mais écrit dans le latin poétique le plus exigeant, pourtant compatible avec les mensurations de la Tour ou le compte exact des jours sans lumière. Ila donc fallu attendre un siècle et demi pour qu’on puisse le lire, en latin et en français, grâce aux efforts conjugués de latinistes de l’Université catholique de Milan et de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel. C’est en quelque sorte un cadeau inattendu qu’ils font au public romand, tandis que le Petit livre des peines s’apprête sans doute à devenir un classique de la littérature carcérale… Jean-Daniel Morerod ».

Christophe Vuilleumier

Christophe Vuilleumier est un historien suisse, actif dans le domaine éditorial, et membre de plusieurs comités de sociétés savantes, notamment de la Société suisse d'histoire. On lui doit plusieurs contributions sur l’histoire helvétique du XVIIème siècle et du XXème siècle, dont certaines sont devenues des références.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *