DAMNATIO MEMORIAE

 

Je publiais il y a quelques jours un article sur les archives disparues de la P-26, entraînant commentaires et prises de position sur la nature et la légitimité de cette armée de l’ombre d’un autre temps. Un article, toutefois, sur la disparition d’archives et non sur la P-26 à proprement parlé !

Car ce n’est certes pas dans un article que l’on pourrait dépeindre tous les facteurs historiques sociologiques, économiques certainement, ou stratégiques qui ont prévalu à la création de cette entité que certains considèrent comme l’œuvre de patriotes, et d’autres comme une force armée illégitime promue par des mouvances nationalistes. L’histoire jugera, pourrait-on dire. Mais comment en faire l’histoire si les archives ont disparu ? Bien sûr, Martin Matter avait publié un livre sur le sujet « Le faux scandale de la P-26 », aux éditions Slatkine en 2013. L’auteur réhabilitait ce « projet de résistance clandestine en cas d’invasion ». Mais que cette entité ait été légitime ou pas, la disparition d’archives comportant des informations essentielles à la compréhension de ce passé fausse inévitablement notre vision de ce dernier.

Car oblitérer les témoignages du passé n’empêche pas l’histoire de remonter à la surface, une histoire dès lors très largement partielle et donc partiale, dont le degré de fantasmes se mesure à l’aune des disparitions de sources ! Et les exemples ne manquent pas.  Nul n’ignore que l’entreprise genevoise Tavaro, malgré les éliminations des archives concernant la période de la Seconde guerre mondiale, livra à l’Allemagne nazie des fusées d’obus anti-aériens pour un montant de 52 millions de francs suisses[1]. La destruction d’une partie des archives de cette entreprise devait entraîner une aura extrêmement négative noircissant un tableau qui ne l’aurait peut-être pas été autant puisque ce commerce n’avait rien d’illégal, la neutralité de la Suisse et l’interdiction d’exporter des armes ne concernant alors que le pays et non les entreprises privées.

A contrario, certains jouèrent le jeu, comme BMW ou Hugo Boss qui, en lieu et place d’une tabula rasa peu constructive de leur passé, préférèrent faire amende honorable en le reconnaissant et en finançant des recherches sur leur histoire[2]. Ces aveux, loin d’attirer l’opprobre sur ces entreprises, allaient au contraire servir leur image de marque. Un pari sur le patrimoine identitaire oscillant entre les contraintes du passé et le marketing commercial diront certains, mais un exercice permettant de faire taire toute reconstruction déformée, tout fantasme dessinant les contours d’un passé sombre et peu glorieux.

L’histoire de la P-26 ne plonge évidemment pas dans les abîmes auxquels ces trois exemples se réfèrent, mais il n’en demeure pas moins, pour le cas qui nous occupe, que cacher certains pans du passé ne peut qu’attiser curiosité, fût-elle malsaine, polémiques basées sur des jugements à l’emporte-pièce, et postulats invérifiables impliquant toute et n’importe qui. La destruction d’archives sensibles ne peut être donc qu’une « pratique à rebours de toute éthique historique », disais-je dans mon article précédent, mais également une pratique pouvant se révéler dangereuse.

 

[1] Benedict Frommel, L’usine Tavaro, Étude patrimoniale d’un ancien site industriel, t. 1, Genève, 2002.

[2] Joachim Scholtyseck, L’ascension des Quandt, Munich, 2011. Roman Köster, Hugo Boss, 1924-1945: die Geschichte einer Kleiderfabrik zwischen Weimarer Republik und Drittem Reich, Munich, 2011.

Christophe Vuilleumier

Christophe Vuilleumier

Christophe Vuilleumier est un historien suisse, actif dans le domaine éditorial, et membre de plusieurs comités de sociétés savantes, notamment de la Société suisse d'histoire. On lui doit plusieurs contributions sur l’histoire helvétique du XVIIème siècle et du XXème siècle, dont certaines sont devenues des références.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *