« L’avenir du passé »

« L’avenir du passé », un titre quelque peu ésotérique pour cet ouvrage signé de la plume alerte d’André Klopmann. Celui-ci a eu la chance de participer de près au projet de nouvel Hôtel des Archives que Genève entend réaliser d’ici peu. C’est non seulement l’histoire des Archives genevoises que l’auteur relate dans son livre, mais également les réflexions du groupe d’experts mandatés pour mener à bien cette tâche que l’on peut qualifier de régalienne. Et quels experts ? L’archiviste fédéral Andreas Kellerhals, le professeur bien connu Michel Porret, l’archiviste cantonal Pierre Flückiger sont en l’occurrence de la partie, sans compter le regard du spécialiste reconnu internationalement Andrea Giovannini.

C’est un panthéon qui a été invoqué pour garantir la préservation du passé genevois !

André Klopmann se fait avocat, défendant la cause d’un patrimoine historique exceptionnel et les raisons d’être d’un projet essentiel pour une mémoire dépassant les frontières cantonales. Essentiel car si le passé permet d’expliquer le présent, sa conservation offre l’espoir d’aider les générations futures à bien des égards.

Ce livre paraît au moment même où Genève recouvre un document signé de la main de Jean Calvin dont la vente aux États-Unis a été gelée par l’action conjuguée du canton, du DFAE et du FBI américain. Et comme si un hasard ne suffisait pas, Genève voit au même instant la création de l’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit. Présage d’un heureux destin que les Parques réservent au futur Hôtel des Archives ? Espérons-le !

 

 

André Klopmann, L’avenir du passé. Comment sauver mille ans de patrimoine genevois, Études historiques 2, Slatkine, Genève, 2017.

Christophe Vuilleumier

Christophe Vuilleumier est un historien suisse, actif dans le domaine éditorial, et membre de plusieurs comités de sociétés savantes, notamment de la Société suisse d'histoire. On lui doit plusieurs contributions sur l’histoire helvétique du XVIIème siècle et du XXème siècle, dont certaines sont devenues des références.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *