De Calvin au Christ de Corcovado

Pour celui qui aurait une petite heure à tuer en Vieille ville de Genève et qui chercherait le frais en ces périodes de canicule, il lui faut se rendre à la maison Tavel qui accueille une exposition fort intéressante et particulièrement « genevoise ». Une exposition sur le Mur des réformateurs !

Celui-ci aura nécessité sept ans de réflexion, huit ans pour être réalisé et fait l’objet de septante et un projets différents pour voir le jour. Certains auront fait pression sur les autorités genevoises, en pure perte, pour que le régicide Cromwell, un personnage historique un peu trop dérangeant du temps de l’époque victorienne, ne soit pas représenté. Quant à Calvin, alors qu’il avait honni les images et les représentations religieuses de son vivant, il allait se retrouver statufié en 1917, devant les murailles de la Cité de Genève. Un paradoxe ! On omit par contre le nom de la théologienne Marie Dentière, que l’on ne connaissait pas au début du XXe siècle !

Quinze ans, un délai qui n’étonne pas de nos jours à Genève mais qui semble démesuré pour ces années d’avant-guerre.

Et sans doute aurait-il fallu encore plus de temps si les deux sculpteurs français de l’œuvre, Henri Bouchard et Paul Landowski, n’avaient pas été démobilisés en 1914 à la demande du canton pour venir terminer leur travail. Cette requête permit peut-être à Paul Landowski de survivre à la guerre et de créer le Christ de Corcovado à Rio de Janeiro quinze ans plus tard.

L’exposition qui prend place dans les caves de la Maison Tavel est forte d’une centaine de pièces et d’un film charmant dans l’esprit « années folles ». L’on y apprend les déboires des organisateurs, les projets rejetés, mais également les images impertinentes que le monument a générées pendant un siècle. Une exposition originale qui ne va pas droit dans le mur !

 

(texte paru dans Passé simple, juin 2017)

 

 

Faire le mur ? Le monument international de la Réformation à 100 ans !

Maison Tavel, 28 avril-29 octobre 2017

 

Christophe Vuilleumier

Christophe Vuilleumier

Christophe Vuilleumier est un historien suisse. On lui doit plusieurs contributions sur l’histoire helvétique du XVIIème siècle et du XXème siècle, dont certaines sont devenues des références. Docteur ès Lettres, il est actif dans le domaine éditorial, et membre de plusieurs comités de sociétés savantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *