L’échec d’un préfet. Sur la manifestation interdite à Paris.




Il fallait y être pour le voir. Dans la très huppée rue de Martyrs, entre les pâtisseries de renom et les traiteurs vegans, des riverains en train d’acheter leur pain à 7 euros pièce, surpris par la course de jeunes manifestants poursuivis de près par des brigades d’intervention mobiles. Plus loin au carrefour de la rue Rodier et de la rue Maubeuge, des CRS gazaient des policiers non protégés. Panique à bord, les ordres se contredisent. Un autre petit cortège de 500 personnes descend en courant la rue des Martyrs. Un gradé s’emballe : dirigez-vous vers la synagogue rue Buffault ! Son subalterne : Oui, mais par où y aller? Le groupe de policiers part en courant dans la direction inverse. Il y avait du désordre dans la manifestation interdite à Paris, ce samedi 15 mai, mais il y en avait aussi dans la police, avec plusieurs départs de cortèges sauvages. J’en ai compté 6 entre 15:00 et 17:00. Il y en a probablement eu beaucoup plus.  La journée aurait pu être un vrai moment de démocratie, avec une grande manifestation unitaire, regroupant cette jeunesse dite indifférente et apolitique. C’aurait pu être une grande manifestation cadrée puisque la responsabilité en était pleinement assumée par ses organisateurs. Au lieu de cela, ce fut une journée de désordre, de frustration pour des milliers de manifestants et de déni démocratique. Ce fut une journée de répression pour une colère justifiée qui aurait dû pouvoir s’exprimer dans un pays qui se dit républicain. Ce fut une journée dangereuse aussi avec des riverains non-sympathisant conspuant les manifestants depuis leur fenêtre. Au-delà de la responsabilité politique d’interdire, ce fut aussi un grand moment de désordre pour la police débordée par la beauté d’une jeunesse qui, parfois pour la première fois, sortait dans la rue. Un tel échec, une telle incapacité ne mérite-t-elle pas une démission?

Christophe Catsaros

Rédacteur en chef de la revue Tracés de 2011 à 2018, Christophe Catsaros est critique d'art et d’architecture indépendant.

19 réponses à “L’échec d’un préfet. Sur la manifestation interdite à Paris.

  1. La démocratie ce n’est pas se balader en vociférant dans la rue. La démocratie ce n’est pas casser, bruler, piller. La démocratie c’est s’exprimer par la parole et par le vote.
    Quand je pense que les Français regardent avec condescendance les landsgemeinde en les considérant comme l’expression pittoresque d’une démocratie primitive, que pourrait-on dire de ces hordes de sauvages! Ils ne méritent que notre mépris et, bien sûr, notre condamnation.
    Sur le fond, je trouve que vous vous trompez de combat. C’est en faveur d’Israël que les honnêtes gens doivent s’exprimer. C’est Israël qui reçoit année après année les centaines de roquettes des habitants de Gaza (qui feraient mieux d’utiliser l’aide qu’ils reçoivent pour autre chose). C’est Israël le pays démocratique de la région contrairement aux deux gouvernements palestiniens (et à ceux de la Syrie, de l’Egypte ou de la Jordanie, d’ailleurs).

    1. Un aveuglement volontaire en faveur d’une politique d’apartheid et de colonisation d’Israël ne vous servira à rien pour convaincre la terre entière qui dénonce vos crimes aujourd’hui
      Pauvre analyse pleine de haine. Honte à vous

    2. Israël occupe des territoires qui, en droit international, ne lui reviennent pas. Maintenant, il les colonise et les annexe. Israël lui-même ne le conteste pas. N’est-il pas normal, pour les habitants de ces territoires, de résister ? Que feriez-vous une puissance occupante vous chassait de votre maison pour la céder à ses ressortissants pressés d’y emménager ? Si l’Italie nous envahissait en expliquant qu’il y a 2000 ans, notre pays faisait partie de l’Empire Romain ?

  2. Vous ne publierez pas mon commentaire, mais je l’écris quand même:
    – je suis choquée par l’emploi du terme “gazer” !;
    – “une journée de répression” est une expression clairement disproportionnée.

    Je ne vous lirai plus, et regrette que le Temps vous offre cette tribune. Cela étant, vous avez tous les droits de vous exprimer. #jesuischarlie

  3. Dans le monde entier, les manifestations pro palestiniennes se déroulent dans le calme sauf à Paris. Les violences caractérisent de plus en plus les manifestations en France et ceci n’a pas de lien avec la cause palestinienne. Les algériens ont manifesté pour plus d’un an et ont changé le président sans casse.

  4. Pour moi je n’ai jamais compris pourquoi l’Aquitaine était aux français alors que légalement cela fait partie du Royaume Uni, et je soutiendrai toute politique d’occupation légitime de ces terres par notre bien aimée Reine, d’autant plus que le bordeaux comme le Jourdain nous revient de droit dit-vin!…

  5. Ah! la France, où le débat politique ne peut que se passer dans la rue et souvent avec violence. Je suis cependant étonné par tant de commentaires négatifs sur ce blog que je trouve intéressant et différent que ce que l’on entend sur les canaux de l’information “officielle”. Par ma part, il y a 40 ans, je participais volontiers au fait qu’Israël avait le droit d’exister. Les pères fondateurs de cette nation avaient des ambitions de justice, de coexistence qui me paraissaient magnifiques. Aujourd’hui, dans les 2 camps, les extrémistes ou terroristes du côté palestiniens, nationaliste et religieux de droite du côté juif, ne sont que les 2 faces d’une même médaille. Sauf que, selon moi, le combat n’est pas égal et clairement, ce sont les palestiniens qui sont marginalisés, maltraités, de la même manière que sous le régime de l’apartheid de l’Afrique du sud en son temps, ou des Noirs aux Etats-Unis des années 50.

  6. De quel droit un média suisse se permet-il de demander la démission d’un préfet ou d’un gouvernement français ? C’est tout simplement scandaleux.

    1. L’opinion qui se dégage de cet article de blog, à savoir que l’interdiction de la manifestation a créé plus de désordre que ne l’aurait fait son maintien, n’exprime que son auteur. 

      1. Et comment justifiez-vous cela?

        – Le ministre a, en se basant sur l’avis de ses services, dit qu’il y avait un risque de désordre public à Paris (et pas, voire moins, ailleurs);
        – Le préfet a retenu qu’il y avait un tel risque à Paris (et les autres préfets ont autorisé les manifs);
        – Le tribunal administratif a confirmé ce risque;
        – Le conseil d’Etat a confirmé ce risque;

        – Et la manif a effectivement créé du désordre à Paris, malgré l’interdiction et une forte présence policière.

        Cqfd.

        Non, selon vous, c’est à cause de l’interdiction…

        Je ne partage pas cette opinion. Au contraire, je dis bravo aux services administratifs et à la police française d’avoir tout mis en oeuvre pour minimiser les risques. Et, malheureusement, le risque était tellement prégnant que cela n’a pas suffit…

  7. La Savoie a été annexé en 1860 par Napoleon III à l’issue d’un simulacre de référendum truqué et d’un asservissement de la population de l’époque.
    On peut légitimement affirmer que la Savoie est occupée depuis 161 ans, sans que les officines gauchistes n’aient levées le petits doigt jusqu’à ce jour.
    Amnésie sélective et partisane sans aucun doute……

  8. Il n‘y a pas de revendications ni de révolution ici, jute les convulsions morbides d’une jeunesse perdue dans les miasmes d’idées facebookiennes complotistes. Des victimes , des marionnettes, se complaisant dans une pseudo-morale progressiste teintée de « bon et de mal » , du « «gentil et du méchant », bref des Jedi à tête de Mickey .

  9. Où il y a t il une baguette à 7 euros et Où sont les traiteurs vegans ? Je n ai jamais rien vu de tout cela … cela semble mensonger ce qui débute bien l article !
    Mention spéciale pour “un grand moment de désordre pour la police débordée par la beauté d’une jeunesse ..” futur espoir littéraire en vue…

    1. Je n’ai pas parlé de baguette mais de pain. Les pains au levain coûtent entre 5 et 7 euros dans de nombreuses boulangeries parisiennes.La liste est disponible sur demande.  

      1. Oui effectivement des artisans boulangers qui préparent leur levain eux même demande enormement de temps et de préparation. vous voudriez qu ils revendent leur marchandise au rabais ou plutôt preferez vous le pain fait de manière industriel ? Non bien évidement cela vous arrange le tarif pour stigmatiser tout un quartier et des artisans passionnés qui offrent un travail qualitatif. Sans oublier les habitants pro israéliens qui hurlent aux fenêtres ..

        Vous qui cotoyez le marché de l art avez un article en préparation sur la spéculation indécente qui ne repose que sur du vent dans ce milieu ?

        J’attends toujours les adresses des ces traiteurs vegans ….
        D’ailleurs on ne sais toujours pas non plus où se trouve cette fameuse boulangerie .

        Amis suisse, voyez par vous même la réalité ou croisez les différentes sources car les faits vu à travers un seul prisme est parfois bien biaisé…

          1. Bien au contraire…cela révèle bien des choses … avant de balancer des infos en général à la va vite, parce que probablement il y a du pain au levain et probablement il y a un traiteur vegan parce que dans tout paris on en trouve… ce n est pas très sérieux et approximatif donc comment le reste pourrais l être ? Les habitants au balcon ça aussi c était approximatif ou vous l avez vraiment vu ? Est ce de la littérature ou un travail de journaliste ?..
            ça decredibilise votre travail alors la prochaine fois si on vous pose la question sachez exactement de quoi vous parlez parce que vous avez vérifié.. cela donnera plus de chair et de crédibilité à votre oeuvre.

          2. Ce qui vous préoccupe, de toute évidence, c’est l‘article qui vient de paraître dans Artpress sur l’incubateur d’artistes, Poush. 
            Nous aurons l’occasion d’en discuter, et de vérifier mes sources, quand je le posterai sur mon blog la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *