Marketing interne de soi : mode d’emploi

Un poste à l’interne se libère et il est mis au concours. Vous souhaitez faire acte de candidature. Ce serait une évolution pour votre carrière professionnelle. Alors, les questions suivantes s’imposent à vous : avez-vous suffisamment d’appuis internes pour être soutenu·e ? Est-ce que le comité de sélection vous connait bien ? Qui sont vos sponsors ? Si les réponses s’avèrent minces, la route risque d’être cahoteuse. Pour solliciter des appuis, il est temps de mettre en place une stratégie de personal branding interne.

1. Quelques conseils avisés

Dans toute organisation, il est périlleux de penser que la qualité de votre travail et vos résultats sont visibles, reconnus d’office par toutes et tous. Imaginer que vos supérieur·es ont bien mesuré votre évolution entre votre prise de poste comme junior et vos nouvelles responsabilités, relève de la pensée magique. Voici quelques conseils qui vous aideront à tisser votre toile :

 

  • Ne vous contentez pas de bien faire votre job: faites-le savoir.
  • Créez-vous un réseau interne à tous les niveaux!
  • Observez bien comment votre chef·fe direct·e transmet vos idées et projets au niveau supérieur. Est-ce qu’il/elle en tire tous les éloges à votre place?
  • Avez-vous compris les mécanismes de cooptation, les liens souterrains et autres influences au sein de votre entreprise?

2. L’art de tisser sa toile

Se préparer pour une promotion interne demande du temps, de la stratégie et surtout de la subtilité. Observez une araignée qui patiemment tisse sa toile pour attraper sa subsistance. Elle va choisir un endroit propice et abrité pour ne pas remettre l’ouvrage sur le métier. Voici quelques exemples observés dont vous pourriez vous inspirer :

  • La machine à café reste un endroit stratégique pour échanger, écouter et se positionner. N’en abusez pas… Idem pour le télétravail: sachez équilibrer vos absences de l’entreprise.
  • Votre supérieur·e ne vous invite jamais aux séances plénières ?
    • Évitez de prendre vos vacances en même temps: il s’agit de profiter de son absence pour établir un contact direct avec les tops managers.
    • Trouvez le moyen de faire savoir à vos supérieurs que les idées géniales viennent de vous! (La machine à café, couloirs et même trajets dans l’ascenseur peuvent servir de relais de communication.)

  • Intégrez-vous dans des projets transversaux, même si à priori ils n’ont rien à voir avec votre cahier des charges.
    • Participer à l’organisation de la fête de fin d’année ou à un workshop vous donnera une autre visibilité: cela vous permettra d’élargir votre réseau interne.
    • Proposer un projet ou former un groupe de réflexion peut se révéler un atout pour vous: vous vous démarquez.
  • Lors de séances d’informations générales, poser la bonne question vous donnera de la visibilité et renforcera votre personal branding. Bien évidemment, évitez les questions bateau ou les «moi-je » …
  • Choisissez-vous un ou deux mentors dans l’entreprise, qui sont à des niveaux hiérarchiques plus importants que vous, de préférence dans un autre département. Ainsi, vous bénéficierez de leurs précieux conseils. La probabilité d’être en concurrence dans un futur proche demeure faible: ils n’appartiennent pas à votre secteur. Souvent, les collaborateurs pêchent plus par pudeur ou manque d’audace. Les dirigeant·es adorent donner des conseils et se sentir utile.

3. Une opportunité se dessine? Action!

Ce matin, un poste supérieur à l’interne vient de s’ouvrir : vous vous sentez légitime pour faire acte de candidature. Il est donc temps de passer à l’action, mais en prenant quelques précautions :

  • Partagez avec vos mentors la pertinence de votre postulation.
  • Renseignez-vous si d’autres postulant·es se profilent à l’interne et comment se situe votre candidature par rapport à eux/elles. Inutile de sortir du bois si vos probabilités sont faibles voire inexistantes.

 

Si les feux sont au vert, foncez et préparez-vous aux entretiens :

  • Partez du principe que les membres du comité de sélection ne vous connaissent pas et présentez-vous comme tel le jour J.
  • Mentionnez des éléments «privés » que les autres ne connaissent pas forcément : Ah ? On ne savait pas que vous aviez participé à la patrouille des glaciers ! 
  • Utilisez les connaissances de votre environnement professionnel pour faire des propositions cohérentes: un coup d’avance sur les candidats externes.
  • Ne partez pas en terrain conquis et ne sous-estimez pas vos adversaires.
  • Lors des entretiens, adoptez la posture de votre future fonction. Ne restez pas en retrait, mais – mentalement – projetez-vous déjà dans celle-ci. Vous serez, à l’évidence, plus crédible.
  • N’oubliez pas de présenter votre plan personnel de succession.
    • Vous octroyer le nouveau poste va créer un vide dans l’organisation: ce qui n’est pas le cas pour un·e candidat·e extérieur·e. Vous devez absolument proposer une solution.
  • Vous pouvez aussi expliquer ce qu’un candidat externe «devrait avoir de plus que vous ». Ceci démontrera votre capacité d’analyse, une manière subtile et détournée d’expliquer pourquoi VOUS êtes la solution !

Trop souvent, les candidat·es internes ont peur de l’échec, ce qui les freine dans leurs ambitions. Si vous n’êtes pas retenu·e, ne le prenez pas personnellement, mais essayez d’en comprendre les raisons explicites. Agissez dès lors en conséquence (formation, coaching) afin de saisir une prochaine opportunité.

Observez la nouvelle recrue pour capter s’il n’existe pas une autre voie de progression par son intermédiaire. Il/elle devra se créer son propre réseau et trouver des appuis. Chaque nouvel·le interlocuteur/trice dans l’équation génère forcément d’autres changements. À vous d’y participer !

Christophe ANDREAE [[email protected]www.jrmc.ch]

 

Professionnel du recrutement de cadres et de spécialistes (plus particulièrement dans les profils d’expert·e·s et de cadres ingénieur·e·s ainsi que dans le secteur informatique). J’aime également partager mon expertise pour des missions de recrutement confidentielles ou dites sensibles.

 

Suivez-moi en vous abonnant à mon blog: https://blogs.letemps.ch/christophe-andreae/author/christophe-andreae/

 

 

 

 

Christophe Andreae

Depuis plus de 20 ans, Christophe Andreae exerce le métier de chasseur de têtes, avec un accent plus particulier sur les métiers technologiques, tant pour les experts que pour les cadres. Il est en contact permanent avec des sociétés qui recherchent des talents, des candidats qui veulent faire évoluer leur carrière et des conseil d'administrations.

3 réponses à “Marketing interne de soi : mode d’emploi

  1. Vous parlez de telle manière que l’on pourrait croire que l’entreprise a une parfaite objectivité et que si un candidat interne n’est pas choisi, alors cela ne peut être que sa faute.
    Cela me dérange terriblement car lorsque l’on voit les coups bas et méchancetés en entreprises, les positions “fusibles” qui ne servent qu’à éjecter des personnes pour faire le ménage ou en promouvoir d’autres, je me demande quelle est la réalité de votre message et son but?

    1. Bonjour et merci d’avoir pris le temps de réagir. J’aurai pu écrire “en comprendre les raisons explicites et cachées” …
      Vous avez parfaitement raison, le monde de l’entreprise peut être très brutal et pas toujours “clean”. Raison supplémentaire
      de bien soigner son réseau. Il est aussi intéressant de se demander si nos valeurs sont en accord avec celles de notre employeur et
      d’agir en fonction. Bonne suite Christophe

      1. Merci pour votre retour.
        J’ai pu remarquer à titre personnel que d’être pris en considération pour un poste passe (parfois) par une demande de cadres supérieurs de montrer de la “servitude” ou “baisser l’échine” pour faire preuve de soumission.
        Ca peut être très subtile, comme:
        – si vous téléphonez au directeur, peut être qu’il acceptera de vous rencontrer, mais pas sûr car il est occupé.
        Ou
        – on vous envoie un sous-fifre vous bombarder de remarques stupides comme:
        “avec votre parcours professionel, êtes-vous sûr que vous serez content à ce poste exigeant? ”

        Effectivement, je suis allé voir ailleurs (en Asie)! 😅

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *