Comment “déchirer” à son premier entretien

J’espère que ce blog vous trouve en bonne santé physique et morale. Il est vrai que le coronavirus a bouleversé nos vies et qu’il remet en question nos choix professionnels. Dès que la situation sanitaire sera revenue à la normalité (et que nous aurons repris une vie professionnelle régulière), il se peut que vous figuriez prochainement dans un processus de recrutement. Et qui dit processus de recrutement, dit entretien avec votre futur employeur. Révisez vos gammes, à l’instar d’un musicien.

 1.Bien se préparer, un gage de réussite

Je me souviens d’un de mes professeurs arguant ce précepte : « 80 % du succès réside dans la préparation. Plus vous serez au point, plus vous serez libre dans votre esprit pour rebondir sur des questions imprévues ». Il avait raison. La préparation d’un entretien relève d’une importance stratégique. Quelques étapes clés à prendre en compte :

  • La connaissance de l’entreprise
  • L’analyse du poste à repourvoir
  • La teneur du cahier des charges
  • La concertation avec votre chasseur de têtes
  • Votre adéquation au poste
  • L’argumentaire de votre parcours professionnel (en lien avec votre CV)

Prenez le temps de bien préparer votre pitch (qui ne devrait pas excéder 10 min) !

 

Mettez-vous dans la peau de votre interlocuteur·trice :

  • Que souhaite-t-il/elle entendre ?
  • Quelles expériences vont l’intéresser ?
  • Quelles compétences faut-il mettre en avant en fonction de l’annonce ?
  • Quels éléments plus personnels faut-il partager : famille, loisirs, bénévolat (…) ?

Il est tactiquement subtil, lors de votre présentation, de «répondre» de manière anticipée aux questions auxquelles vous n’échapperez guère. Et « mener le bal » est nettement plus agréable qu’adopter une posture purement réactive.

 2. Le jour “J”: interaction !

Voici venu le jour « J » : vous êtes préparé·e, décontracté·e et serein·e. Il y a de fortes probabilités que votre interlocuteur·trice vous donne la parole en premier : « Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? » Étant donné qu’en amont, vous avez bien travaillé votre argumentaire, lancez-vous !

Attention au détail des accessoires que vous aurez pris soin d’emporter avec vous :

  • Un bloc-notes
  • Une fiche de questions (les personnes du recrutement adorent les entrevoir)
  • Le rapport annuel de l’entreprise
  • Quelques impressions des pages du site web
  • Toute documentation relative à l’entreprise (qui prouve votre vif intérêt)

Dans votre présentation, gardez le timing en tête. Attention à ne pas vous laisser dépasser par le temps. À force de donner trop de détails, vous vous égarez et vous perdez le fil de votre pitch. Restez fidèle à votre feuille de route. Ainsi, vous gardez la main sur l’entretien.

À la fin de votre présentation, ouvrez la discussion en posant, par exemple, les questions suivantes :

  • Souhaitez-vous que je détaille un point particulier de mon parcours professionnel ?
  • J’ai une première question : dans l’annonce, il est demandé(…). Ai-je bien compris (…) ?
  • En fonction de ce que j’ai saisi de vos défis futurs, je peux vous apporter (…). Est-ce bien le cas ?

 3. Laissez une trace

Mon expérience me montre que c’est lors du premier entretien que le/la candidat·e doit se démarquer. Et laisser une empreinte suffisamment forte pour que son potentiel « futur employeur » ait envie de le revoir. C’est à ce prix qu’il décrochera les entretiens suivants. Alors, pourquoi ne pas préparer une fiche qui résume ces éléments ?

  • Les points clés de votre parcours professionnel en relation avec le poste
  • Votre compréhension du poste : vos atouts et valeurs ajoutées
  • Quelques éléments personnels
  • Vos questions ou points à approfondir

Vous pouvez distribuer ce document avant de commencer l’interview : il sera le fil rouge de votre présentation. Et permettra à votre interlocuteur de se concentrer sur votre propos tout en y apposant ses notes. Ceci démontre votre professionnalisme et vous gagnez des points. Le temps et l’énergie investis vous démarqueront des autres. Rien d’exceptionnel dans ces conseils… Mais ne vous y trompez pas. Revenir aux éléments simples et fondamentaux lors de votre candidature, demeure une valeur sûre.

Bonne préparation et « déchirez tout » à votre premier entretien !

Christophe Andreae

Christophe Andreae

Depuis plus de 20 ans, Christophe Andreae exerce le métier de chasseur de têtes, avec un accent plus particulier sur les métiers technologiques, tant pour les experts que pour les cadres. Il est en contact permanent avec des sociétés qui recherchent des talents, des candidats qui veulent faire évoluer leur carrière et des conseil d'administrations.

10 réponses à “Comment “déchirer” à son premier entretien

  1. Bonjour,

    Merci pour ce billet vos conseils.

    J’ai a titre personnel une réserve quant à l’idée d’imprimer des pages web de l’entreprise ou d’amener des prospectus la concernant. Ça me donnerait l’impression de vouloir montrer de façon ostensible avoir mené l’enquête.

    J’espère que vous publierez vos conseils pour le deuxième entretien et les suivants. La façon de les aborder m’intéresse car je trouve cela moins évident.

    Bien à vous.

    1. Merci pour votre commentaire.
      Il faut en effet rester subtil, mais j’entends tellement souvent
      des clients qui me disent que le candidat n’a même pas visite leur
      site internet ..
      Oui, je vais continuer sur la lancée avec la suite du processus.
      Excellent week-end
      Christophe

  2. Bonjour et merci pour le partage.

    Je reste perplexe sur l’excès de préparation qui peut tuer une certaine doser de spontanéité appréciée. Elle peut également positionner le candidat comme “Chercheur d’emploi” professionnel que partenaire potentiel. En revanche, je me garderais d’exposer plus que la description de rôle lors de l’entretien. Le risque de perdre la connexion subtile avec votre interviewer du jour en farfouillant dans ses notes, sortant tel ou tel autre support est réel. A moins que vous soyez comptable, la référence à un rapport annuel d’activité me paraît peu utile.

    Plein succès à ceux qui se confrontent à l’exercice dans cette période délicate et rappelez-vous que si vous êtes en entretien, c’est que votre profil intéresse !

    1. Merci pour votre retour. Un excès de préparation peut sembler préjudiciable, mais ce que j’observe malheureusement trop souvent, c’est le manque de préparation. Plus on est préparé, plus on peut s’éloigner de notre texte original. Et vous avez raison. plein succès à toutes et à tous.

  3. Comment préconisez vous de se comporter lorsque visiblement le potentiel employeur ne vous a convoqué que pour vous soutirer des informations sur votre précédent poste ou qu’il insiste lourdement sur les causes qui vous ont poussé à quitter un autre job 20 ans auparavant ? L’employeur potentiel s était il auparavant renseigné ?

    1. Bonjour et merci pour votre question :
      Voici quelques pistes
      –> Evoquer la confidentialité des affaires et le devoir de réserve si les questions sont trop précises.
      –> Avoir un discours clair sur les raisons qui vous ont poussé à quitter votre employeur et
      s’y tenir. Même si l’interlocuteur insiste.
      –> Ne jamais critiquer son ex-employeur ou futur ex-employeur.
      –> Ne jamais sous-estimer radio ponton et le téléphone arabe.
      –> Et si on sent vraiment l’entourloupe, alors poser clairement la question : Que cherchez-vous à savoir ?

      Il est vrai, que malheureusement, les concurrents sont souvent avides d’informations et vous convoquent plus pour
      ces raisons qu’un réel intérêt.
      Bonne suite
      Christophe

  4. Merci pour votre réponse. Cela me conforte dans ma ligne de conduite et sur ce que je supputais déjà concernant radio ponton .

Répondre à Sur le grill Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *