Les grandes entreprises mondiales du pétrole au Vatican…

 

Avec les attaques contre les pétroliers au large du détroit d’Ormuz, nous devenons de plus en plus conscients de la fragilité de notre économie reposant sur le pétrole. Et voilà que le gentil Nounours Pompeo veut nous faire avaler un serpent dangereux : c’est l’Iran qui en est responsable ! C’est justement le moment choisi par le pape François pour s’adresser aux géants mondiaux du pétrole pour les exhorter à agir d’urgence sur le réchauffement climatique. Il utilise le même vocabulaire que le scientifique allemand Carl Friedrich von Weizsäcker il y a plus de 30 ans pour conjurer le danger de l’escalade nucléaire : le temps presse, et qui nous avait été bénéfique au delà de tout espoir.

Oui, le temps presse, a insisté le pape François, en conclusion d’une session de dialogue à l’Université pontificale devant les entreprises mondiales de l’énergie. « Pendant trop longtemps nous avons collectivement ignoré les fruits des analystes scientifiques, mais désormais les prévisions catastrophiques ne peuvent plus être regardées avec ironie et mépris. Ne rien faire serait une grave injustice vis-à-vis des pauvres et des générations futures… Il y a de l’espérance et  il reste du temps pour éviter les pires impacts du changement climatique, à condition qu’il y ait une action prompte et résolue. »

Les responsables des géants du pétrole se sont ainsi retrouvés au Vatican ces derniers jours et se sont prononcés sur la nécessité de fixer un prix du carbone pour permettre de réduire les émissions et sur une plus grande transparence concernant leur action et ses conséquences sur le climat. « Les entreprises devraient clairement indiquer aux investisseurs comment ils envisagent et investissent dans la transition énergétique. Cela inclut la publication d’éléments fournissant des informations matérielles et significatives conformes à leurs obligations de déclaration dans leurs juridictions respectives, reconnaissent ces entreprises. »

Parmi les signataires de cette déclaration inédite et qui participaient à cette rencontre au Vatican, figurent, entre autres, les PDGs de Shell, BP, Chevron, ExxonMobil, Eni, et Total.  C’est vrai qu’on peut se réjouir prudemment de cette avancée, mais il y aura toujours ceux qui pensent comme l’UDC dans son tout ménage du 14 juin, que le changement climatique est une idéologie. Un langage méprisant qui rappelle une dictature.

 

 

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

Une réponse à “Les grandes entreprises mondiales du pétrole au Vatican…

  1. Votre article est très intéressant et ouvre plusieurs pistes de réflexions. Mais quant aux conclusions à tirer il y a tout de même place pour le débat.

    Tout d’abord vous comparez le pape au physicien von Weizsäcker, frère de l’ancien président de la RFA. Mais si ce physicien a mis en garde avec raison sur les dangers d’un conflit nucléaire et si jusqu’à aujourd’hui il semble avoir été entendu puisqu’en effet il n’y a pas eu de conflit nucléaire, hélas cela ne veut pas du tout dire qu’il n’y en aura pas dans l’avenir. Par exemple il est très inquétant que l’administration américaine, dirigée par le “gentil nounours” Pompéo a résilié les accords de limitations des armements nucléaires avec la Russie (accord I. N. F. datant de 1987).

    Maintenant vous nous apprenez que le pape est sur le point d’inciter les grandes compagnies pétrolières occidentales (celles que vous citez sont uniquement occidentales) de conclure un accord prévoyant des engagements fermes sur la transition énergétique.

    Cela paraît très impressionant. On a l’impression que le pouvoir papal retrouve l’importance qu’il avait quand le pape pouvait imposer un partage de l’Amérique entre les deux grandes puissances espagnoles et portugaises, le long d’une ligne séparant le Brésil et l’Argentine. (Accord de Tordesillas). Je crains hélas que ce ne soit un trompe l’oeil.

    Vous me permettrez de douter que ces crocodiles de BP, Chevron, Exxon, Total, Eni etc., se soient brusquement métamorphosés en agneaux bêlants comme nos amis qui ont défilé pour le climat en Suisse ces derniers mois. Je n’y crois pas un instant. Bien plutôt je penserais qu’il s’agit là d’une déclaration d’intention hypocrite de la part d’entreprises appartenant à la zone d’influence de l’impérialisme américain, qui veulent se donner une caution morale à bon marché (celle du pape) pour un accord dont ils espèrent surtout, à mon avis, une sorte de confirmation de leur position dominante en payant “lip service” à l’idéologie de la transition climatique. Le pape se prête au jeu parce qu’il fait aussi partie du système mondialiste. On espère grâce aux accords de Paris, à l’ONU et à toutes ces institutions, pouvoir au nom de l’urgence climatique, sécuriser un ordre international favorable aux intérêts de ces compagnies pétrolières là, qui sont dans l’orbite américaine, et d’elles seules. Moyennant quelques réglementations sur le climat qui seront de fait destinées à gêner les Russes et les chinois, leurs concurrents, dont ils entebndent bien se débarrasser en leur imposant des sanctions etc., comme d’ahabitudes. Mais de la sincérité et un souci du climat, je suis convaincu qu’il n’y en a pas un milligramme dans tout cela. Je trouve cela une comédie cynique effroyable, bien qu’ondoyée d’eau bénite par “François”.

    Pendant le même temps la puissance américaine frotte sans vergogne des alumettes dans le golfe persique qui pourraient causer une guerre laquelle aurait pour effet la hausse immédiate du prix du pétrole jusqu’à des niveaux insensés. En plus si cette guerre dégénère en conflit mondial, il pourrait être nucléaire et alors, au moment de lancer les bombes, plus personne ne viendra nous parler du climat ni du réchauffement climatique.

    Donc vous voyez, même si vous n’aimez pas l’UDC et ses tous ménages, je trouve qu’en comparaison ce parti politique est moins cynique que les pseudos défenseurs de la transition climatique qui ne croient pas un mot de ce qu’ils disent et n’hésitent pas à préparer une guerre mondiale nucléaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *