Nicolas Hulot et l’Afrique

Evidemment il y a la récupération politique de gauche et de droite, mais Nicolas Hulot c’est tout autre chose. Même si sa manière de quitter le gouvernement français est choquante, mais il est sincère. Nul mieux que lui à parcouru la planète dans tous les sens, dans les airs et dans les mers, et spécialement en Afrique dont il nous a fait découvrir les beautés époustouflantes par son émission Ushuaïa

Une société, a-t-il dit, qui est incapable de descendre dans la rue pour laisser à ses enfants une planète décente, et qui, égoïstement, assiste aux conséquences du dérèglement climatique dans les pays du Sud et notamment en Afrique par la sécheresse, sans vouloir renoncer à son confort et à son modèle de développement… Peut-on l’appeler encore « société » ?  C’est le court terme qui compte, et tant pis pour le long terme qui est « le temps de l’écologie », mais dont le politique ne veut pas entendre parler. Est-que l’éthique dont les entreprises se targuent à bon marché aujourd’hui dans leurs offres d’actions, peut encore être synonyme de responsabilité ? Non ! On ne veut pas reconnaître qu’on est en face d’un défi de civilisation qui prime sur tout. Déjà Jacques Chirac disait « la maison brûle », mais qu’est-ce qu’on fait ? Cela nous concerne tous, pas seulement un ministre et un ou deux gouvernements ou pays, mais toute l’humanité, notre « maison commune » comme le dit le pape François dans sa très intéressante encyclique Laudato Si . Mais qui l’a lue ? Les journaux préfèrent parler des abus sexuels honteux d’ecclésiastiques…

Et en Suisse on ne fait pas mieux. Le Conseil fédéral a accepté de changer la loi qui interdisait d’exporter des armes dans les pays en guerre, maintenant c’est possible ! Les entreprises d’armement sont allées pleurnicher auprès de nos institutions et ont fait un intense lobbying pour assurer le plein emploi dans ce domaine. Court terme d’abord ! Et c’est notre Coopération au développement qui assurera le service après-vente en tentant de réparer les dégâts ! Alors nos valeurs de neutralité et notre réputation de médiateurs, sous le tapis. Où sera encore notre crédibilité avec le CICR ? On détruit ce qui nous assurait la paix.

 

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *