28e Sommet de l’Union Africaine (UA)

Du 30 au 31 janvier 2017, le 28e Sommet de l’Union Africaine s’est réuni à Addis Abeba qui semble devenir la capitale de l’Afrique. Cette rencontre a été marquée par plusieurs événements dont le plus discuté a été le retour du Maroc en son sein. En effet, il y a 33 ans, le Maroc avait claqué la porte à cause du Sahara occidental – plus précisément la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) – qu’elle considère comme lui appartenant. Le roi du Maroc Mohammed VI n’a pas ménagé ses efforts dans plusieurs pays pour mettre en valeur les compétences de son pays et l’aide technique  qu’il peut apporter à de nombreux pays.  Mais plusieurs pays sont toujours contre, en priorité l’Algérie qui a  des visées sur la République Sahraouie, mais aussi les pays d’Afrique australe, notamment l’Afrique du Sud, la Namibie, l’Ouganda, le Zimbabwe qui réclament son indépendance. Il y a 54 Etats membres de l’UA,  28 ont voté pour la réintégration comme cela avait été fait pour le Soudan du Sud. Le problème n’en est pour autant pas résolu, l’attitude du Maroc faisant penser à celle de l’Afrique du Sud qui voulait intégrer la Namibie (pays alors sous mandat de l’ONU), devenu indépendante en 1990. D’autre part, l’ancienne présidente de la Commission de l’UA, Nkosazama Dlamini Zuma, qui a plus pensé à remplacer prochainement son ancien mari aux élections de 2019 en Afrique du Sud, aurait bien voulu marquer ce refus de la réintégration à son palmarès de présidence de la Commission de l’UA. Elle a été remplacée par le Tchadien Moussa Faki Mahamat, ministre des Affaires étrangères de la République du Tchad et connu pour sa lutte contre le terrorisme de Boko Haram. Le nouveau président élu de l’UA est le président de la République de Guinée Alpha Condé qui succède au président tchadien Idriss Déby.

Un autre sujet a été débattu à ce Somment de l’UA : la réforme de l’UA proposée par le président rwandais Paul Kagamé qui n’a pas soulevé l’enthousiasme lors du huis-clos des chefs d’Etats et de gouvernement du continent. Si le texte a fait consensus sur la quasi-totalité des sujets, les homologues du président rwandais demandent plus de temps pour évaluer les propositions de réforme de l’organisation, mais ils ont tout de même accepté formellement le texte qui sera mis à exécution par la nouvelle Commission. Le rapport Kagame dresse un bilan sévère : « Nous avons une organisation dysfonctionnelle dont la valeur pour nos états membres est limitée, qui a peu de crédibilité auprès de nos partenaires internationaux et en laquelle nos citoyens n’ont pas confiance ». Il dénonce aussi l’échec constant des décisions de l’UA et le problème de financement.

On ne peut que se réjouir de ces propositions qui, si elles sont mises en œuvre, ne pourront qu’améliorer la situation du continent et inspirer la confiance pour des investissements plus nombreux. « Espérons, déclare un diplomate d’Afrique du Nord, que ce ne sont pas que des déclarations d’intention… »

 

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *