Soudan du Sud: George Clooney enquête sur la corruption des élites

La guerre civile qui ravage depuis 3 ans le Soudan du Sud est une excellente affaire pour les potentats qui s’y déchirent.C’est ce que constate un rapport de The Sentry présenté à Washington le 12 septembre. Ce bureau d’investigation a été créé par l’acteur George Clooney et John Prendergast, défenseur des droits de l’homme. Tous deux enquêtent sur les financements des conflits en Afrique (La Croix 13.09.2016), conflits qui, on le sait, engendrent des groupes criminels comme Boko Haram (et l’EI au Moyen Orient) et jettent sur les routes des milliers de réfugiés.

Des dizaines de milliers de Sud-Soudanais tués, 2,5 millions en fuite, 5 millions manquent de nourriture…

Les élites politiques et militaires sud-soudanaises dont le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar, chef de la rébellion, sont accusées de s’être enrichies durant la guerre civile qui a débuté en 2013. Ce pays est devenu indépendant après la partition du Soudan en 2011. D’après George Clooney:”Les familles des élites sud-soudanaises vivent à l’étranger dans des villas de luxe de plusieurs millions de dollars, passent leurs vacances dans des hôtels cinq étoiles, récoltent les bénéfices d’un système de népotisme et de contrats douteux.” Le rapport cite le chef d’état major Paul Majong qui est propriétaire de deux luxueuses maisons en Ouganda, et une autre au Kenya. Il détient aussi les preuves qu’un fils de 12 ans du président Kiir possède une participation de 25 % dans une compagnie pétrolière créée en février 2016.

Le Sentry dénonce aussi l’impunité des protagonistes de la guerre qui se moquent des menaces internationales:”Les dirigeants du Soudan du Sud ne prennent plus au sérieux les menaces des Nations Unies, des Etats-Unis et d’autres pays, de punir leurs actes.”  Comme dans de nombreux autres pays d’Afrique malheureusement, c’est la trahison des élites qui sacrifient leurs populations sur l’autel de leur bien-être et de leurs familles.

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *