Un livre de “l’évêque suisse d’Arabie”

Un livre de «  l’évêque suisse d’Arabie »

Paul Hinder (capucin thurgovien),  vicaire apostolique d’Arabie du Sud depuis 12 ans, est basé à Abou Dhabi, où il est le correspondant aux Emirats Arabes Unis, au Sultanat d’Oman et au Yémen, soit une superficie de 3 millions de km2. Selon lui, 85 % de la population des Emirats sont des étrangers, principalement des Indiens, des Philippins, des Pakistanais et des Sri Lankais, mais aussi des Libanais, des Palestiniens, des Irakiens, des Syriens ou Egyptiens, dont au moins 2,5 millions sont des catholiques (Apic).

Témoignage précieux

Mgr Hinder était de passage en Suisse cet été pour lancer son livre en allemand : « Paul Hinder als Bischof in Arabien », Herder Verlag, où il donne un témoignage précieux sur la vie des chrétiens en terre d’islam. Interrogé sur la présence musulmane de plus en plus forte en Europe, « l’évêque d’Arabie » pense que « le problème n’est pas la force de l’islam, mais plutôt la faiblesse du christianisme en Europe ». Il propose aux Européens de réagir et de se poser la question de leurs racines « le patrimoine chrétien n’est pas sculpté dans le granit pour toujours, mais peu s’évaporer ». Bien sûr, les valeurs séculières comme la solidarité et la non-violence appartiennent aussi à ces racines, mais peuvent-elles subsister quand la religion chrétienne qui les a produites n’est plus maintenue ? « Prendre soin de ses racines et de son patrimoine, ajoute-t-il, c’est par exemple transmettre des connaissances sur la Bible et le christianisme ». N’est-ce pas une solution plus sûre ? L’assassinat par égorgement du Père Jacques Hamel avec l’appel de l’Eglise à ne pas se venger,  a  provoqué soudain un retournement profond des mentalités religieuses en France chez les chrétiens, comme chez les musulmans et les athées. Même le président Hollande s’est rendu chez le pape François le 16 août.

La liberté religieuse existe, mais…

Dans les Emirats Arabes Unis et dans le Sultan d’Oman, la liberté religieuse existe, mais « il y a des restrictions. On ne peut pas célébrer une messe n’importe où, le problèmes des lieux et des locaux est réel ». En effet, pour les sept petits états des Emirats Arabes Unis, il n’y a que huit paroisses pour un million de catholiques. Les édifices n’ont pas de croix, ni de cloches et tout prosélytisme est interdit. Mais les évangéliques ne s’y tiennent pas et cela retombe sur l’ensemble des chrétiens (il y aussi des anglicans et des luthériens). Avec le développement économique de la région, les chrétiens sont en augmentation constante. Considérés comme étrangers, ils ont des visas pour une durée limitée, trois ans, renouvelables. IL y a donc des côté positifs. Paul Hinder y est depuis 12 ans…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *