Les sociétés pétrolières européennes, le Nigéria et Boko Haram

Il n’est pas étonnant que Boko Haram (“l’éducation européenne est un péché”) ait pris pied au nord du Nigéria, essentiellement musulman,  depuis plus d’une décennie. Le gouvernement nigérian dit ne pas avoir assez d’argent pour financer l’éducation et la santé des 182 millions d’habitants dont 110 millions vivent avec moins de un dollar par jour. Onze millions d’enfants ne vont pas à l’école et 15 enfants sur 100 meurent avant l’âge de 5 ans. Voilà engendrés tous les ingrédients pour favoriser la naissance de Boko Haram. Comment cela est-il possible étant donné les richesses pétrolières de ce grand pays ? La corruption d’abord, bien sûr, mais encore ? Les grandes sociétés pétrolières européennes Shell (Grande-Bretagne et Pays-Bas), Total (France) et ENI (Italie) ont bénéficié depuis 1999 d’énormes réductions d’impôts, 3,3, milliards de dollars, alors qu’à partir de 2005, elles faisaient des profits ! Cette somme représente 2x le budget annuel de la santé du Nigéria.

L’opacité est de règle

Unies dans un consortium (NLNG) qui produit du gaz liquéfié, les trois compagnies continuent ainsi de jouir de réductions d’impôts malgré leurs profits habituels. Ces allégations ressortent des rapports annuels de deux organisations ActionAid et SOMO (Centre de recherche sur les multinationales, Pays-Bas). Elles ont été vérifiées par des experts fiscaux en Europe et au Nigéria, et ont été envoyées début 2016 aux compagnies du consortium NLNG qui n’ont pas réfuté ces recherches. Auparavant, ActionAid avait déjà révélé que les pays en voie de développement avaient perdu en tout 138 milliards de déductions d’impôts.  La charité voudrait que ces compagnies contribuent au développement des pays où elles opèrent et qu’elles publient des rapports transparents indiquant leurs profits, les impôts qu’elles payent et les déductions. Mais elles n’en sont pas là. L’opacité est de règle.

Le basculement dans Boko Haram

On comprend donc mieux pourquoi au Nigéria, des gens privés d’éducation et de soins, vivant dans l’ignorance et l’obscurantisme, ont basculé dans les tentacules de Boko Haram, et ceci avec l’aide indirecte de grandes compagnies pétrolières européennes et la complicité des élites nigériannes. En plus, une nouvelle loi est en discussion qui donnerait des réductions d’impôts à encore plus de compagnies ! ActionAid au Nigeria a demandé au Parlement nigérian d’abroger la loi générale sur les réductions d’impôts afin que les compagnies actuelles contribuent enfin au développement du pays. ActionAid aux Pays-Bas, de son côté, a demandé au gouvernement hollandais de discuter avec Shell pour faire cesser ces réductions d’impôts excessives dans les pays en voie de développement. Plusieurs organisations font actuellement campagne pour plus de justice concernant les réductions d’impôts. On attend les résultats…

 

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *