Réussir: oui, mais pourquoi?

Volontairement, je ne parle pas de « comment » gagner. Ni de la volonté de gagner. C’est plus profond. Qu’est-ce qui fait la différence entre celui qui accumule les titres et le sportif amateur ? Dans l’entreprise, ce sera assimilé aux collaborateurs et à celui qui fait la différence, qui fait du chiffre, au leader.

La focale au bon endroit

Le sportif amateur est centré sur son résultat, sur son chrono, sur le nombre de personnes vaincues sans oublier le plaisir qu’il prendra lors d’une course. On le voit par leurs réseaux sociaux : cela leur permet de se démarquer socialement, qu’on veuille l’entendre ou non ; il est toujours bon de recevoir des félicitations ou de se sentir soutenu.

Paradoxalement, le sportif d’élite (c’est mon cas) a d’autres priorités que bien performer ou non, bien que les enjeux soient parfois grands (financièrement – primes, économiquement – sponsors, socialement – implication de son équipe sportive, psychologiquement – les émotions et sportivement – critères de sélection, entre autres). Je ne nie pas les bénéfices du sportif amateur ; cela n’est qu’amplifié dans ma situation. Or, l’essentiel n’est pas là : pour performer, cela ne suffit pas. Loin de là ! Avez-vous déjà connu quelqu’un qui, en entreprise, fait exploser les ventes, alors que le produit qu’il propose ne fait pas – ou peu – de sens pour lui ? Bonne chance ! En sport, c’est pareil. Être passionné est indispensable, mais ne suffit pas. Certes : c’est le premier prérequis. Vivre sa discipline le jour, la nuit, la respirer, sur le terrain, pendant les exercices, la dévorer, dans l’assiette, mais aussi chaque élément qui la concerne.

L’état d’esprit gagnant

Pourquoi l’entreprise sollicite-t-elle des sportifs ? Parce que nous avons des capacités de gestion, de planification, une pensée stratégique dépendant de notre discipline, une assiduité et une discipline d’enfer. En plus de tout cela, nous avons appris à gérer la pression, plein d’enjeux de domaines variés, la pression, à parler aux médias lors de victoires mais aussi de déceptions, à gérer la frustration. Toutes ces qualités tant recherchées.

Evoquant souvent ces sujets lors de mes conférences en entreprises, je remarque qu’elles pourraient augmenter davantage leurs chiffres grâce à la perspective d’évolution mentale des collaborateurs. Pourquoi l’intérêt n’est-il pas encore affirmé ? La psychologie du sport tout comme la préparation mentale doivent encore plus être démystifiée. On le sait : on attend le moment d’être confronté à une problématique pour y recourir. Par un suivi régulier, l’équilibre est plus facile à maintenir et une difficulté plus facile à surmonter.

L’équipe : mes résultats leurs appartiennent

Être bien dans sa peau permet de le rayonner auprès d’autres. C’est aussi un prérequis pour être un meneur, un « leader » comme on le dit en anglais. Il est préoccupé de prendre soin des autres (« care »). Puis, de les défier (« dare »). En commençant par sortir soi-même de sa zone de confort.

Tout sportif aimerait être suivi. Être intéressant pour un sponsor peut aussi signifier avoir une certaine notoriété. L’apprentissage des trois éléments cités ci-dessus lui est indispensable (ce qu’il pourra apporter à l’entreprise le jour de sa reconversion).

A ce stade, une équipe pourra être menée. La mienne est composées de nombreuses personnes et de fonctions différentes, des spécialistes médico-sportifs aux sponsors. Tous jouent un rôle important ! Voir décisif. Une reconnaissance largement méritée. Grâce à leur engagement, ma réussite (la pointe de l’iceberg) est leur succès, étant aux sources du projet. Une récompense pour chacun d’eux.

En partant de soi vers les autres, je tenais à partager ces quelques éléments que l’on pourrait approfondir davantage. La prochaine interrogation : pourquoi est-ce que je parviens, pour la première fois de ma carrière, à décrocher des titres internationaux dont j’ai toujours – ou justement pas – rêvé ?

 

Plus d’informations: mon livre “Tout est possible, d’une situation à l’autre”, éditions Slatkine

Photo: Journée des entreprises 2021, Plan-les-Ouates

Celine van Till

Celine van Till défie l’impossible. Du dressage équestre au 100 mètres sprint, valide et handisport, elle court d’un extrême à l’autre. L’ennui n’existe pas. Les surprises attendent. Les limites sont remises en question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *