J’ai testé l’Hypno-coaching!

Avant mon rendez-vous d’hypnose, j’avais quelques a priori farfelus. Une fois la première séance passée et en faisant quelques recherches, j’ai découvert un univers pas si mystérieux. Mon accompagnement en hypno-coaching a été mené sur deux séances uniquement. Il m’a pourtant beaucoup appris.

Suite à un licenciement en 2018, j’ai souhaité me réorienter. Je savais que sans aide, mes vieilles habitudes seraient un frein potentiel pour mes démarches. En tapant “hypnose Lausanne” dans ma barre Google, j’ai rapidement trouvé le site du Centre Hypnose Vaud dont Bernard Jouvel est un des spécialistes. Ingénieur de formation, il est devenu coach en entreprise, puis expert en hypnose. Il propose dans ses prestations l’hypno-coaching, qui intègre l’hypnose aux outils traditionnels de coaching.

Cela répondait à mon besoin d’accompagnement au changement et j’étais aussi ravie de découvrir quelque chose de nouveau. Néanmoins avant de sauter le pas j’ai voulu en savoir plus sur l’hypnose.

 

 

L’hypnose en bref.

Selon le Larousse, c’est l’état de conscience particulier, entre la veille et le sommeil, provoqué par la suggestion. Malgré le sens du mot Hypnos « Dieu grec du sommeil », on peut pratiquer l’hypnose debout, les yeux ouverts.

Les médecins l’utilisent en Europe dès la fin du 19ème siècle. Au CHUV l’hypnose est systématiquement proposée aux patients gravements brûlés.

Certains aspects de l’hypnose restent mystérieux. Pourquoi le client suit-il la voix de l’hypnotiseur? Pourquoi intègre-t-on les suggestions? Comment expliquer le sentiment d’apaisement durant cette expérience?

Tout ne s’explique pas. Néanmoins l’article du chercheur en sciences cognitives Claude Touzet décrit de manière accessible certains des mécanismes de fonctionnement du cerveau sous hypnose: http://theconversation.com/hypnose-que-se-passe-t-il-dans-le-cerveau-76421

 

 

L’hypnose et le coaching.

L’hypnose peut aider à comprendre l’origine de son problème en se rappelant de faits marquants du passé comme des chocs émotionnels.

Lorsque le point sensible est identifié, l’hypnose permet de le traiter, en bref de tourner la page. Bernard Jouvel observe des avancements plus rapides et significatifs lorsqu’il peut utiliser l’hypnose. D’ailleurs, il existe de plus en plus de sportifs de haut niveau qui y ont recours.

 

Se visualiser descendre les escaliers est une technique parfois utilisée pour aller vers une hypnose plus profonde.

 

Mon expérience de l’hypno-coaching.

La première séance a débuté par une discussion autour de ma problématique, sur son hypothétique provenance, sur quoi changer et comment le faire. Bernard Jouvel m’a ensuite présenté sa stratégie d’hypnose afin que je la valide. Il s’agissait entre autre de se replonger dans des situations vécues dans le passé puis de se projeter dans le futur.

J’ai accepté son projet. L’hypnose a pu commencer.

La transe hypnotique est un sentiment inédit. Je dirai que c’est un profond repli sur soi (comme en méditation) avec une forte activité émotionnelle et cérébrale. Bernard Jouvel m’explique qu’une fois l’hypnose induite, on parle d’inconscient à inconscient. Ainsi l’hypnotiseur ne se souviendra pas toujours de tout non plus.

Tout au long de la séance le coach demande l’autorisation de progresser et s’assure que tout est ok !

 

 

Un accélérateur dans le coaching.

Changer ses habitudes peut être facilité par les conseils “ancrés” sous hypnose. Cela m’a donné un sérieux coup de pouce lorsque j’ai voulu me réorienter et changer des habitudes. Grâce à cette expérience j’ai notamment pu comprendre comprendre mes choix et améliorer ma confiance en moi.

Selon Bernard Jouvel, si on résout les vrais blocages sous hypnose, les résultats perdurent dans le temps!

 

Sautez le pas !

Cela vaut le coup dépasser l’image de foire. L’hypnose m’a permis de voir ma problématique avec plus de concentration et de manière nouvelle. L’inconscient innove dans la résolution d’un problème, il prend des chemins auxquels nous n’aurions pas pensé.

J’ai été également surprise de voir que comme dans un coaching traditionnel, les solutions sont venues majoritairement de moi-même.

 

 

L’hypno Coaching a-t-il un avenir en entreprise ?

L’hypnose n’est jamais proposée en entreprise, la raison numéro une étant probablement le manque d’information.

Il reste aussi quelques barrières psychologiques, par exemple le fait que vous puissiez dire des choses dont vous ne vous rappellerez pas bien après la séance. Ou bien la partie émotionnelle du travail : les séances sous hypnose amènent parfois la personne à pleurer à chaudes larmes.

Malgré cela, l’hypno-coaching peut être promu par les RH car il pourrait aider à repenser les approches dans des domaines tels que la formation, la gestion du changement, le team building et même la résolution des conflits. Cependant  comme pour certaines médiations sensibles, c’est une prestation qu’il vaut mieux réaliser en dehors du lieu de travail!

 

L’hypnose en pratique :

  • Les tarifs d’une séance : de 120Fr à 220Fr.
  • La durée : Entre 1 et 2 heures.  
  • Les séances d’hypnose ne sont pas encore prises en charge par les caisses maladies sauf si le thérapeute est agréé pour d’autres pratiques.

 

Liens utiles et sources:

http://canal9.ch/de-plus-en-plus-de-soignants-font-appel-a-lhypnose-informe-eric-bonvin-directeur-de-lhopital-du-valais/

https://www.lequipe.fr/Ilosport/Archives/Actualites/L-hypnose-une-preparation-mentale-efficace-pour-les-sportifs/743729

http://www.irhys.ch/histoire 

https://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/hypnose/13723

https://centre-hypnose.ch/hypnocoaching/

 

Holacracy à Lausanne

La méthode américaine Holacracy a fait l’objet de nombreux articles dans la presse. Ce mythe de l’entreprise sans chef me paraissait intangible. J’ai cherché à rencontrer les personnes qui ont sauté le pas à côté de chez nous et à connaître leur quotidien. L’expert Holacracy chez Liip, Laurent Prodon, a bien voulu m’expliquer comment vit la branche lausannoise de cette entreprise suisse. Son bilan est positif !

Pour ceux qui auraient oublié ce qu’est Holacracy, le concept a été créé il y a 17 ans par l’entrepreneur américain Brian J. Robertson. Oubliez ce bon vieux organigramme en pyramide, bonjour les cercles connectés. Une fois ce schéma posé l’auteur déroule dans son livre “la Révolution Holacracy” tout, ou presque, du fonctionnement de l’entreprise sans tête. Au sein des groupes autogérés, il décrit comment prendre des décisions stratégiques ou bien opérationnelles et comment séparer les rôles des personnes. Il impose un choix dans le vocabulaire, par exemple on ne dit plus le terme “problème”, on parle de tensions. Il exige la signature d’une constitution pour décrire les règles du jeu et signer le début de la nouvelle ère. Tout un programme !

Liip, agence Web de 174 employés, dont une partie de l’effectif est basée en suisse romande, a opté pour Holacracy en 2016 à l’initiative des co-fondateurs. La société a dû investir financièrement pour cette mise en place: Laurent Prodon m’a confirmé qu’ils avaient dédié des personnes en interne et mis à disposition des moyens de formation conséquents. Et pour orchestrer leurs données ils utilisent un logiciel spécialisé payant.

Une employée de Liip qui a écrit dans le magazine Bilan (http://www.bilan.ch/isaline-mulhauser/holacracy-bonheur-de-lapprentissage-empirique) raconte sa nouvelle vie au travail.  Elle compare Holacracy au changement de régime alimentaire. A priori cela ne doit pas être tous les jours facile.

Holacracy a l’avantage de vouloir réduire certains travers des entreprises classiques : la lenteur et les pertes de temps. Primo, la lenteur. À l’heure où l’on nous dit que notre job n’a plus de valeur ajoutée (merci les robots), Holacracy propose de faire évoluer son poste régulièrement en favorisant la mobilité interne. Laurent Prodon en est le premier exemple, il partage aujourd’hui son temps entre la gestion des projets de sites Web de la société et le développement de service autour de l’organisation d’entreprise Holacracy en accompagnant d’autres entreprises à rejoindre le club des “sans hiérarchie”. Secondo arrêter de perdre son temps. Le système impose des règles strictes dans la gestion des séances (durée, contenu, participants) et dans la gestion des projets. Des arguments qui devraient parler aux ceux qui ont la phobie de l’ennui dans les séances qui s’éternisent, sur des sujets qui ne les concernent pas.

 

 

Outre les coûts de la transition vers Holacracy, il y a deux thèmes importants pourtant peu développés par Brian J. Robertson dans son manuel Holacracy: Les entretiens d’évaluation et les salaires.

Cette question est à l’étude chez Liip, ce thème est développé dans cet article du Blog :  https://www.Liip.ch/fr/blog/how-we-want-to-change-feedback-culture-at-Liip Les équipes sondent leurs collègues et testent plusieurs méthodes pour développer les feedbacks.

Sans hiérarchie, il faut aussi réinventer la gestion des salaires. Qui a accès aux informations et qui décide des augmentations dans une entreprise Holacracy? Laurent Prodon m’a confirmé que les revues salariales ont une personne en interne qui a repris ce “rôle”. Mais la traditionnelle confidentialité des salaires n’existe plus, c’est la suite logique de la philosophie du gourou américain. Cette nouveauté qui a fait du bruit au début est aujourd’hui intégrée.  

Holacracy ne fait pas forcément l’unanimité, mais du côté de Liip la greffe a pris. L’entreprise continue à se voir attribuer des prix et elle recrute. Quand je demande à Laurent Prodon “Pensez-vous faire marche arrière ?” Sa réponse est: “Non et on ne reviendrait jamais à notre point initial, on évoluerait vers quelque chose de différent.”

L’histoire de Liip est passionnante, j’ai hâte d’en connaître la suite. Pour cela je vous conseille d’aller lire les récits des Liipers sur leur Blog. Les équipes parlent des avancées et des difficultés dans leur quotidien dans la plus grande liberté de parole. Vous verrez comment l’entreprise grandit et comment chacun apporte sa pierre à l’édifice.

Je remercie Laurent Prodon pour son temps ainsi que les lecteurs bienveillants qui m’ont encouragée pour ce premier article.