Noburnout

Le burn-out n’est pas une fragilité psychique!

L’épuisement professionnel est la conséquence d’un stress chronique, il s’agit donc dans une première phase d’un déséquilibre physique.

Le stress est une réaction physiologique. Pour se représenter les effets du stress dans le corps, il suffit de penser à la dernière fois où, au volant d’un véhicule, il a fallu tout à coup planter sur les freins pour éviter l’accident. Le corps envoie immédiatement une décharge d’adrénaline et d’autres hormones de stress comme le cortisol. La réaction est immédiate et plus rapide que notre pensée : mains crispées sur le volant, yeux écarquillés, le cœur bat soudain la chamade, des tremblements apparaissent parfois.

Lors de burn-out, les mêmes mécanismes ont lieu au niveau physiologique, peut-être moins intensément, mais répartis sur une très longue durée. La seule différence est qu’on s’y adapte. Cet état d’alerte arrive graduellement, de manière insidieuse. Au départ, on ne réalise pas que notre cœur bat peut-être un peu plus vite, on commence petit à petit à tendre les épaules et à crisper les bras. Une sensation exacerbée se développe, on devient moins tolérant face au bruit. D’autres symptômes physiologiques de stress apparaissent : problèmes d’estomac, tension artérielle trop élevée, maux de tête, problèmes de dos. Le corps est en état d’alerte permanent, 24h/24. Cela provoque des difficultés à s’endormir et des réveils fréquents durant la nuit. L’accumulation de toutes ces tensions dans le corps finit par l’épuiser. Une fatigue de fond s’installe, elle rend vulnérable, les émotions sont moins bien contrôlées, l’irritabilité devient fréquente, le moral est atteint aussi. L’épuisement installé, l’efficacité habituelle n’est plus du tout possible, on va alors chercher à compenser ce manque de performance en travaillant davantage, la perte d’estime de soi finit par s’imposer aussi. L’équilibre psychologique se détériore alors progressivement.

Quitter la version mobile