Lettre ouverte à Yvan Perrin

Cher Monsieur Perrin,

J’avais d’abord l’intention de faire une lettre ouverte à la section du Valais Romand de votre parti. J’y aurais écrit ce que je pense de son dernier post qui présente Christian Levrat aux côtés de deux personnes musulmanes, lui-même en habits traditionnels (sur ce lien…). Car sous prétexte que le PS a décidé de traduire un flyer pour la naturalisation facilitée en arabe, parmi neuf autres langues, la section valaisanne a décidé de monter au front contre une incitation à naturaliser tous les arabophones de Suisse. Mais, au fond, que ce soit pour ce motif ou un autre, l’essentiel est de crier au loup, n’est-ce pas? Et ce, bien sûr, dans un souci bien compréhensible de renforcer la campagne d’affichage de vos élus contre ce même objet de votation. Il ne faudrait quand même pas que le soufflé retombe. La campagne d’affichage? Oh, une broutille, juste une femme habillée en niqab à côté des mots «Naturalisations incontrôlées? Non». Mais attendez voir, vous en connaissez beaucoup, vous, des femmes de la 3ème génération d'étrangers vivant en Suisse qui portent le niqab? Qu'importe, quand il s'agit d'amalgame, tout est permis.

Cependant, après ce que vous avez déclaré lundi, il m’a semblé plus important de vous adresser cette lettre à vous, Monsieur Perrin. En effet, vous vous êtes emparé avec délice de la mort annoncée de L’Hebdo, ne cachant pas votre plaisir de voir disparaître l’une des dernières voix médiatiques pro-européennes de Suisse romande, l’une des dernières qui avait le cran de lutter ouvertement contre les idées de votre parti. Vous vous réjouissez même que le Nomes doive dorénavant «payer pour faire sa propagande». Il est vrai qu’en la matière vous avez une expérience qui pèse quelques milliards bien placés dans la banlieue dorée de Zurich. Alors certes, les pro-européens ne pourront plus faire entendre leur voix dans les pages du magazine romand qui osait donner une chance aux jeunes et aux femmes – ce qui diffère fortement des habitudes de votre parti, je vous l’accorde – mais ce n’est pas pour autant que nous, les lecteurs et contributeurs de L'Hebdo, ne continuerons pas à lutter contre le désir de fermeture, les idées xénophobes et les campagnes europhobes de l’UDC. Nous nous engagerons activement pour cette «Suisse du vivre ensemble, la suisse culturellement, religieusement et linguistiquement diversifiée» dont votre section valaisanne se gausse sans vergogne sur son compte Facebook. Car, aussi choquant que cela puisse paraître, c’est cette Suisse-là que nous voulons et que L’Hebdo a si bien racontée pendant presque 36 ans.

Avec mes salutations les plus cordiales,

Caroline Iberg

Caroline Iberg

Caroline Iberg

Caroline Iberg est co-secrétaire générale du Nouveau mouvement européen Suisse (Nomes), où elle travaille depuis 2013. Elle est titulaire d’un master en Sciences des médias et de la communication et Etudes européennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *