T’as joui ? T’as buzzé ?

La journaliste Dora Moutot, créatrice du compte Instagram T’as Joui ? Un compte aux 327 000 followers dédié aux questions de sexualité et d’orgasme féminin est invitée par La Haute école d’art et de design (HEAD) pour une conférence ce 14 mars 2019 à 18h. Ancienne rédactrice en chef de Konbini et chroniqueuse sur France 2, Dora Moutot reviendra sur son parcours de journaliste et sur les réseaux sociaux. En dialogue avec elle, Jean-Noël Lafargue, enseignant-chercheur spécialisé dans les nouvelles technologies, praticien au long cours des Internet.

 

Compte Instagram, T’as joui?

T’as joui ? Telle est la question que Dora Moutot voudrait que les hommes cessent de poser aux femmes encore trop nombreuses à simuler. Si aujourd’hui, la Haute école d’art et de design de Genève reçoit Dora Moutot, c’est à double titre : son engagement sur une question de société et la façon dont elle mène cet engagement sur les réseaux sociaux. Comment faire message aujourd’hui ? Comment infiltrer les réseaux sociaux ? Comment déclencher le buzz sur des problématiques de société ? Comment devenir viral ? Selon François Jost, sur les réseaux sociaux, l’individu est le centre de la médiation, le cœur du maillage : « Les blogs et les réseaux sociaux sont une nouvelle forme de cette sphère infinie dont le centre est partout et la circonférence nulle part… » La viralité repose sur ce déplacement de centre à centre, de personne à personne selon une logique de rebond. Il faut que chacun puisse s’approprier le message.

Devenir porte-drapeau, s’exposer soi et s’exprimer en « je », trouver des accroches qui claquent, maintenir un flux régulier de messages et gérer les bonnes réactions comme les mauvaises, voire les violentes parfois. Visuels mordants ou décalés, phrases courtes, hashtags, les grandes questions sociales ou politiques sont parfois relayées par des astuces graphiques simples, des messages synthétiques et directs. Une autre pratique du journalisme ou simplement une forme d’activisme ? Forte de ses 327 mille followers et des centaines de messages qu’elle reçoit chaque jour, Dora Moutot fait écho, elle déclenche le buzz et recentre le débat de la sexualité féminine en s’appuyant sur les ressorts de la viralité. Autant de leçons qui viennent bousculer le designer dans ses certitudes et ses savoir-faire.

Son interlocuteur, Jean-Noël Lafargue, est un expert des nouvelles technologies et un praticien des Internet depuis 1995. Enseignant-chercheur à l’université de Paris 8, blogueur de la première heure, il a lui aussi pratiqué le buzz et parfois même la fake news. Il a notamment créé le site de canulars scientifiques Scientists Of America dont les articles ont été relayés entre autres par le journal Libération. Un moyen de parler de la crédulité journalistique face à l’autorité scientifique. Logique tactique ou stratégique, il faut, pour infiltrer les réseaux sociaux, recourir parfois à une forme de guérilla. Il faut savoir pirater le système. L’an dernier, nous lancions le Café Cunni avec les étudiant-e-s de la HEAD, un lieu supposé ouvrir à Genève et dédié comme son nom l’indique au cunnilingus et au plaisir féminin. Deux-cents mille visites en quelques jours et une rumeur diffusée au-delà de la ville elle-même. Sur les réseaux sociaux, nous agissions dans la clandestinité pour déclencher des débats sur l’égalité entre les hommes et les femmes, l’accès au travail du sexe ou sur le simple droit d’évoquer l’orgasme féminin.

Un langage franc et décomplexé chez Dora Moutot : des canulars, des fake news, quelles sont les possibles et les limites pour ouvrir un débat, là où il n’existe pas ? Comment faire exister « la bonne cause » au royaume des images de petits chats, des mèmes et des poupons ? La question reste ouverte. Mais il semble que la fin justifie les moyens. Parfois.

 

Caroline Bernard

 

 

 

 

________________________________________

Conférence 
Dora Moutot, journaliste
Jean-Noël Lafargue, chercheur, expert en nouvelles technologies & 
Caroline Bernard, chercheuse art & design (expertise images)
Haute école d’art
et de design, Genève 
Jeudi 14 mars 2019, 18h 
Campus HEAD, bâtiment H, salle Design room, Av. de Châtelaine 7 – Genève

________________________________________

 

Dora Moutot

Dora Moutot est une journaliste, blogueuse et activiste. Ancienne rédactrice en chef de Konbini, elle a aussi travaillé en tant que chroniqueuse sur France 2. Elle a écrit pour Le Monde, Glamour, Stylist, Usbeck et Rica etc. Très active sur Internet, Dora a monté de nombreuses communautés sur di érents thèmes. « La Gazette du Mauvais Gout », mais aussi « T’as Joui » ou « Comment Hacker ses Intestins ». Son premier livre qui sort au mois d’avril s’appelle « À fleur de pet » et parle de maladie chronique et d’intestins.

 

 

 

 

Jean-Noël Lafargue
Jean-Noël Lafargue, né en 1968, enseignant en design numérique à l’école d’art du Havre et à l’université Paris 8, blogueur, auteur d’ouvrages techniques sur la programmation, de deux bandes dessinées pédagogiques (Internet, avec Mathieu Burniat, et l’Intelligence artificielle, avec Marion Montaigne) ainsi que de quelques autres livres consacrés aux technologies ou à la culture populaire.

 

 

____________________________________________________________

Programme complet du colloque consécutif aux deux années de recherche:
Design viral, méthodologies pour un buzz citoyen – sous la direction de Jérome Baratelli

Buzz ou pas buzz? État des lieux de la viralité

COLLOQUE – Jeudi 14 mars 2019

Voir sur le site de la HEAD

Salle Design room Campus HEAD, bâtiment H, Av. de Châtelaine 7 – Genève

invité-e-s: Thierry Bardini, sociologue Ruedi Baur, designer, Demian Conrad, designer Anna Jobin, sociologue Jean-Noël Lafargue, chercheur Dora Moutot, journaliste Nicolas Nova, anthropologue

Caroline Bernard

Caroline Bernard

Caroline Bernard enseigne et dirige le laboratoire Prospectives de l’image à l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles (France). Chercheuse à la HEAD – Genève, Haute école d’art et de design, elle est également professeure associée à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Elle travaille depuis plusieurs années à des expériences polymorphes qui croisent à la fois les enjeux des arts vivants, du cinéma du documentaire comme de la fiction. Artiste visuelle polymorphe, elle est aussi auteure. Elle mène également une recherche sur le design viral, la circulation des images et le buzz à la Haute école d’art et de design de Genève.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *