C’est quoi un psy

Un psy traverse la rue et en croise un autre. Ce dernier le salue.

« Hum… je me demande ce qu’il a voulu dire par là ? » se demande, pensif, le premier.

Les psys sont parfois de drôles de personnages, parfois moins drôles, et comme les gardiens de prisons ou les flics, ils sont caricaturés ou moqués facilement dans la presse ou dans les films (voir Woody Allen, le Psy de Lauzier, Mafia Blues etc..)

Lorsque quelqu’un me demande mon métier, je sais que lorsque je leur réponds, j’aurai souvent une réaction de légère méfiance ou une blague…

Mais au fond (des profondeurs de notre psyché), c’est quoi un psy ?

Ce terme regroupe plusieurs métiers et il vous sera utile de faire la différence.

Regard rapide sur le paysage psy ici en Suisse :

*%< : les psychologues – ont un diplôme universitaire, peuvent travailler par exemple en labo, font de la recherche avec des statistiques, exercent par exemple dans la psychologie du travail ou du sport, peuvent aussi se former pour conduire des entretiens psychothérapeutiques

*%< : les psychiatres – sont médecins et s’occupent de santé mentale, ils ont le droit de poser un diagnostic et de prescrire des médicaments, en particulier  psychotropes. Parfois, ils sont formés pour conduire des entretiens psychothérapeutiques. (Voir mise à jour et précisions dans le commentaire en suite d’article!)

*%< : les psychanalystes – exercent une méthode de psychologie introspective, investigation des processus psychiques profonds, de l’inconscient, selon Freud, Jung, Lacan etc… Utilisent, pour une part, un divan.

*%< : les psychothérapeutes – donnent des consultations de psychothérapie, pour une personne, un couple ou un groupe. Il existe un certain nombre d’options dans les approches psychothérapeutiques (quelques centaines), telles que la gestalt-thérapie, l’analyse transactionnelle, la thérapie centrée sur la personne, la thérapie comportementale et cognitive TCC, la somatique expérience SE, etc.

En Suisse, légalement depuis 2013, seuls les médecins et les psychologues sont habilités à se présenter et fonctionner sous le titre de psychothérapeute. Pourquoi ? Pour des raisons de professionnalisation et de sérieux de la discipline, ce qui est une bonne chose. Mais aussi par soucis corporatiste et commercial.

Pour les autres, le mot thérapeute est encore disponible.

Les nouvelles thérapies, le développement personnel et spirituel, sont un secteur en plein boom. Le titre de psychothérapeute, ou quelque soit le titre reconnu ou non-reconnu, n’est hélas pas garant de la qualité et de la sécurité de l’aide demandée. De vraiment choisir son psy et créer une bonne relation thérapeutique avec elle ou lui, est donc nécessaire. (1)

Certains autres termes ont été utilisés pour qualifier les praticiens de la relation d’aide :

Comme le facilitateur, l’accoucheur, le passeur, le thérapeute… Mais aussi le charlatan, le distributeur de recettes – « y’a qu’a », l’apprenti guru, etc…

D’autres termes sont proches mais sont à mettre dans un autre domaine :

*%< : les coachs, à l’origine pour les sportifs. En entreprise ils accompagnent une personne, une équipe, pour l’aider à développer ses aptitudes, à atteindre ses objectifs.

*%< : les psychomotriciens –sont les spécialiste des troubles psychomoteurs.

*%< : les psychopathes – ouuups ! Rien à voir, …encore que…

A noter qu’aux USA, le psy, est souvent appelé « the shrink », « le rétrécisseur »,  Que le terme anglais « therapist » devient étonnant si il est divisé en deux : « the rapist » – ( en français : le violeur).

Au fil des différents billets de ce blog, vous serez introduits aux subtilités de ce métier que j’aime, qui me passionne et qui paie mes factures et mes vacances. Ce blog contribuera à démystifier ce travail, ces professionnels discrets et cette noble mission qui est celle d’aider, tout simplement.

Bienvenue dans le monde des psys !

Stephen Vasey

Stephen Vasey

Stephen Vasey est sociologue, travaille à Lausanne comme Gestalt-thérapeute en consultation individuelle et couple. Anime des séminaires sur la relation et la sexualité des couples, d’autres sur la colère saine. Auteur du livre « Laisser Faire l’Amour ». www.therapie-de-couple.ch

4 réponses à “C’est quoi un psy

  1. Merci pour votre sympathique blog, pour le ton malicieux et engageant 😉 C’est avec plaisir que je vous ai lu, et continuerai bien volontiers à le faire.

    J’aimerais relever qu’en Suisse (c’est, je crois, une particularité par rapport à beaucoup d’autres pays), il est faut de dire, concernant les psychiatres (dont je suis), ce que vous indiquez: (Les psychiatres) “parfois se forment pour conduire des entretiens psychothérapeutiques”. Bien au contraire, tout psychiatre formé en Suisse consacre une partie importante de ses 6 années de spécialisation à la formation comme psychothérapeute. Il va de même ensuite, par obligation légale également, lors de la formation continue tout au long des années de pratique comme spécialiste, que ce soit en cabinet, hôpital,…

    Pour citer Jean-Nicolas Despland et al (Rev Med Suisse 2016; volume 12. 1549-1553), qui décrivent le récent règlement de formation post-graduée en Psychiatrie-Psychothérapie:

    “Une des caractéristiques de ce nouveau cursus réside dans le renforcement de la formation à la psychothérapie au sens strict, avec des exigences supérieures par rapport au règlement précédent. Le nombre d’heures de psychothérapie supervisées est stipulé (300 séances pour au moins 4 patients), les heures de formation spécifique au sein du cursus régional augmentent (180 heures), l’expérience personnelle exigée est quantifiée (100 puis 80 heures depuis 2013).”

    Texte complet ici, à toutes fins utiles : https://www.revmed.ch/RMS/2016/RMS-N-531/La-formation-a-la-psychotherapie-du-psychiatre-questions-et-enjeux

    1. Merci pour votre remarque. En effet, cela semble concerner la France.
      C’est le nouveau terme pour désigner, depuis 2010, ceux qui exerçaient la psychothérapie mais ne peuvent plus porter le titre de psychothérapeute selon la loi, loi qui le réserve aux médecins et à des psychologues sous certaines conditions.
      Je trouve le terme “psychopraticien” habile et sûrement bien utile à une masse de nos collègues Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *