Interdiction de ne pas gagner: l’absurde storytelling du sport de haut niveau

Jessica et Georgia sont deux triathlètes qui se battent au plus haut niveau mondial. Elles représentent la Grande-Bretagne, pays qui truste régulièrement les podiums au niveau mondial depuis quelques années. En cette année pré-olympique, Tokyo accueille une épreuve qui fait office de répétition générale avant les JO de 2020, et dans laquelle les athlètes ont des chances d’obtenir leur ticket de qualification pour la grande messe du sport. Les craintes quant à la météo estivale japonaise ont été confirmées la semaine passée, avec une eau à 30.3º, l’air à 31.5º, et l’humidité à 66%, tant et si bien que les organisateurs ont sagement raccourci la dernière partie (la course) de 10 à 5 km.

Rapidement, les deux compatriotes mènent la course sur le parcours vélo, puis se retrouvent seules en tête sur la partie course à pied. Euphoriques, elles décident dans les derniers mètres de franchir la ligne mains dans la main, victorieuses et probablement fières de ne pas chercher à se départager. La victoire individuelle devenant soudainement insignifiante, en comparaison de la joie spontanée du partage qui se lit sur leurs visages.

Les triathlètes britanniques Georgia Taylor-Brown, à gauche, et Jessica Learmonth franchissent la ligne d’arrivée en tête à Tokyo, main dans la main. Jae C. Hong/AP Photo

Le sport recèle de moments émouvants, d’imprévus, de drame parfois, mais aussi de générosité là où ne l’attend plus, tant l’impératif de performance vient encenser la victoire acquise au terme de l’effort. Ces moments nous rappellent peut-être que le sport n’est finalement que l’expression organisée d’un jeu. On y a certes ajouté des règles pour permettre une forme d’équité, cette même équité qui devient problématique dans une situation particulière comme celle de Caster Semenya. Ici, l’équité est telle que la ligne d’arrivée ne peut les départager. On peut même y voir une mise en abyme de la fameuse maxime de Pierre de Coubertin, le rénovateur des Jeux Olympiques modernes: “L’important dans la vie, ce n’est point le triomphe, mais le combat. L’essentiel n’est pas d’avoir vaincu, mais de s’être bien battu.”
L’histoire aurait pu (dû?) s’arrêter là. Alors que l’on nous apprend que les images et les histoires sont depuis la nuit des temps les témoins de l’héritage des peuples, celles-ci trouvent aujourd’hui leur némésis ultime: l’humain et sa bêtise.

Alistair Brownlee, à gauche, porte son frère Jonathan sur les derniers mètres de la course de Cozumel (MEX) en 2016. Photo: EPA

Les deux frères Brownlee, Jonathan et Alistair sont deux triathlètes anglais (eux aussi, décidément). Ils ont été les protagonistes d’une scène inédite en 2016 : le premier (le cadet) est en tête et commence à tituber à 300 mètres de l’arrivée, souffrant d’un évident coup de chaleur. La course se déroulait à plus de 30 degrés avec un taux d’humidité élevé, conditions réunies pour ce genre de surchauffe corporelle dangereuse. On se souviendra de l’arrivée épique de Gaby Schiess-Andersen au marathon féminin des JO de Los Angeles en 1984. Son aîné de frère, champion Olympique peu avant à Rio (Jonathan avait fini médaillé d’argent), deuxième de la course, le rattrape, s’arrête et le porte quasiment jusqu’à la ligne d’arrivée. Il voulait ainsi lui donner une chance de remporter le classement général de la Coupe du Monde. Il le poussera devant lui sur la ligne. Le geste restera dans les annales, même s’il n’aura pas suffit.

Le règlement est changé en 2018 pour limiter l’héroïsme fraternel et les dénouements contraires à la sacro-sainte compétition. Les “administrateurs” du triathlon mondial ont alors réfléchi à quelques scénarios catastrophes possibles et ont ajouté le point 2.11f, qui stipule : “… des athlètes qui finissent la course à égalité de façon intentionnelle en ne faisant aucun effort pour séparer leur temps d’arrivée seront disqualifiés”. Dès lors, les juristes et les officiels se sont rapidement accordés pour trancher sur cette situation inédite. Jessica Learmonth et Georgia Taylor-Brown ne figurent plus sur le haut du classement de la course, mais tout en bas, avec trois lettres faisant office de trace de leur présence: DSQ (disqualification).

La victoire finale de l’épreuve pré-olympique de Tokyo 2019 est revenue à la bahamienne Flora Duffy, qui obtient ainsi un ticket pour les JO lors de sa première course après une année de rééducation de blessure. Une belle histoire aussi, mais quelle l’histoire préférez-vous?

Pourquoi votre plan d’entraînement n’est pas fait pour vous

Le printemps est là, les jours s’allongent et l’heure a changé. Les coureurs et coureuses bourgeonnent sur les chemins de nos campagnes, dans les rues des villes, et sur les sites d’inscriptions des courses populaires, 20 Km de Lausanne et Marathon de Genève en tête. Les plus motivé(e)s se sont trouvé un planning d’entrainement après une recherche fouillée sur le net : quel est le meilleur plan et comment arriver à ce nouvel objectif de descendre sous les [entrez minutes] pour [entrez distance au choix] ? La toile est remplie de bons conseils (comme sur ce blog 😉 ) et peut-être avez-vous déniché ce merveilleux site, lemeilleurplanpourmoi.com. Jusqu’ici tout va bien. (suite…)

Lire la suite

Les révélations du médecin du Team Sky! Vraiment?

“The Line: Where Medicine and Sport Collide“, soit “La Ligne: là où médecine et sport entrent en collision”. Tel est le titre d’un nouveau livre sorti début juillet (quelques jours avant le début du Tour de France), écrit par le Dr Richard Freeman, ancien médecin du Team Sky et de British Cycling entre 2011 et 2017. Le titre est sulfureux, le timing pyrogène, mais qu’en est-il du contenu? (suite…)

Lire la suite

Brrrr…. des JO sud-coréens trop froids pour les athlètes?

Les JO ont commencé, et le froid a pris le devant de la scène, telle une distraction bienvenue au milieu des multiples imbroglios autour du dopage. Mais quels sont les effets du froid sur la compétition sportive? Explications.

Oui le froid a une incidence non négligeable sur les compétitions des JO, et on en parle beaucoup ces jours. (suite…)

Lire la suite