Les révélations du médecin du Team Sky! Vraiment?

“The Line: Where Medicine and Sport Collide“, soit “La Ligne: là où médecine et sport entrent en collision”. Tel est le titre d’un nouveau livre sorti début juillet (quelques jours avant le début du Tour de France), écrit par le Dr Richard Freeman, ancien médecin du Team Sky et de British Cycling entre 2011 et 2017. Le titre est sulfureux, le timing pyrogène, mais qu’en est-il du contenu?

Le Tour de France 2018 est terminé, le témoin est passé comme dans une équipe de 4x100m de relais: Geraint Thomas succède à son co-équipier du Team Sky, Chris Froome, qui lui-même avait succédé à Bradley Wiggins. Même équipe, même pays (ou presque), même culture en tous cas. Une véritable dynastie du cyclisme, qui va chercher au-delà des exploits individuels, et qui a construit ses succès sur une véritable équipe, permettant l’éclosion de nouveaux talents et champions. C’est du moins cette rhétorique qui s’est construite au fil des huit dernières années du Team Sky, sous la direction de Sir Dave Brailsford. Fort de son expérience avec l’équipe britannique de cyclisme, il a monté une entreprise quasiment infaillible pour conquérir les grands titres du sport cycliste, réussissant à remporter six des sept derniers Tour de France (en 2014, Chris Froome a dû abandonner sur chute, laissant la place à Nibali).

QUI EST LE DR RICHARD FREEMAN?

Un médecin du sport anglais, qui a développé son expérience au sein de la Premier League avec les Bolton Wanderers dans les années 2000, avant d’accepter un rôle dans le cyclisme dès 2008 avec le Team Sky, dont il prendra la direction médicale en 2011, tout en s’occupant de l’équipe nationale de cyclisme, toutes disciplines confondues.

Il décrit dans son livre le développement de son activité dans le monde du football professionnel, un monde encore peu “scientifique”, mais intéressé à expérimenter les améliorations potentielles, sous l’impulsion du manager de l’équipe, Sam Allardyce, lequel préface son livre. Des années exceptionnelles, où beaucoup est à faire en terme de gestion de la santé et de la performance des athlètes, et où le soutien du club lui permet de mettre en place de nouvelles procédures de prévention et de suivi de la santé.

L’AFFAIRE DU “JIFFY BAG” DE WIGGINS

Son nom va soudainement prendre le devant de la scène lors de l’éclosion de l’affaire du paquet mystérieux du Dauphiné Libéré 2011 (remporté par Wiggins le lendemain), le fameux “jiffy bag” contenant des médicaments destinés à Sir Bradley Wiggins. Ce dernier est le fait de suspicion d’usage inapproprié de médicaments puissants, des corticostéroïdes (triamcinolone), après les révélations des “Fancy Bears“, les hackers qui exposent le dopage et la corruption dans le sport. Dans son livre, le Dr Freeman expose sa version des faits: le paquet contenait un décongestionnant nasal banal, le Fluimicil (=acétylcystéine), utilisé pour soulager l’asthme de Wiggins, et administré en aérosol (une technique nécessitant un masque avec nébulisation du produit). La forme galénique (pour aérosol) du produit n’aurait pas été disponible simplement en France, et ils l’ont fait venir par transporteur personnel d’Angleterre, lequel ne savait pas ce qu’il transportait. Le produit est facilement disponible en Suisse. Le tout a mené à une enquête blanche de l’agence antidopage anglaise (conclusions de l’UKAD), incapable de réfuter la version du Team Sky. En 2017, le Dr Freeman s’est retiré d’une enquête parlementaire du Royaume-Uni, pour cause de problèmes de santé, en fait un épisode de dépression majeure, qu’il commente dans son livre. Pour ceux qui souhaitent en entendre un peu plus sur l’opinion du Dr Richard Freeman, une interview par la BBC apporte quelques informations.

LA DOCUMENTATION MÉDICALE DANS LE SPORT D’ÉLITE

Le problème est qu’il n’y a aucune trace, pas de dossier, pas de notes, le tout ayant disparu lors du vol en 2014 du laptop du Dr Freeman lors de ses vacances en Grèce. Un vol qui tombe à pic. Le livre expose les lacunes de documentation existantes dans le sport de haut niveau, des lacunes qui sont explicables par plusieurs éléments:

  • Les médecins s’occupant d’athlètes de haut niveau répondent à des demandes et organisent des examens et des traitements le plus souvent à distance, pour faire avancer les choses au plus vite pour les athlètes.
  • Les bases de données patients existantes dans les cabinets et hôpitaux ne sont le plus souvent pas accessibles depuis l’extérieur, et ne répondent pas aux besoins de flexibilité et d’ubiquité de saisie.
  • Beaucoup de contacts avec les athlètes et le staff se font au téléphone, par email ou messageries diverses, ceci rendant la documentation stricte et détaillée difficile et chronophage.
  • La majorité des médecins du sport qui trouvent le temps de documenter adéquatement le feront sur leur laptop, en utilisant un cryptage des dossiers. Certains auront un système de sauvegarde automatisé lorsqu’ils retrouvent leur “bureau”. Ce n’est pas forcément simple à mettre en fonction, sauf si des clouds comme Dropbox sont utilisés. C’était la solution du Team Sky, mais le Dr Freeman admet ne pas avoir fait le nécessaire pour activer une sauvegarde sur Dropbox. Inutile de commenter la sécurisation des données sur une telle plateforme (je suis sûr que les Fancy Bears s’en régalent).
Les dossiers médicaux ressemblent encore parfois à ceci. Pas simple pour le travail à distance.

Il serait ici facile d’accuser le Dr Freeman de négligence et de manquements à la rigueur professionnelle. Sans questionner le contenu du paquet, la problématique de la documentation est omniprésente. J’en souffre également. Pendant mes vacances, je règle régulièrement des questions médicales avec mes athlètes, et tout comme le Dr Freeman, j’organise des traitements à distance (en prescrivant des traitements autorisés, et sans paquet scellé!). Les instances du sport d’élite ne nous mettent aucun système de documentation sécurisé à disposition, et les médecins se débrouillent pour faire au mieux en l’absence de critères et d’outils de bonnes pratiques. Le Team Sky aurait dû mettre en place un système de saisi d’informations médicales efficace, sécurisé, accessible à distance et avec une sauvegarde automatisée. Le rôle du médecin est de saisir les données, pas d’être un expert en informatique mobile, même si avec le temps il comprend qu’il doit en connaître pas mal lui-même. Je vous recommande le blog de mon confrère le Dr Jean-Gabriel Jeannot, La Santé autrement, pour explorer ces questions.

Le Dr Freeman a démissionné de ses fonctions, a vécu d’énormes pressions et a subit apparemment une dépression majeure après son clouage au pilori médiatique. Et il décide d’écrire ce livre et de le publier quelques jours avant le début du Tour de France. Que révèle-t-il d’autre?

LE RESTE DU LIVRE “THE LINE”

Pratiquement rien d’autre en fait. Organisé en courts chapitres pêle-mêle, il saute d’une anecdote médicale à une autre, fracture de clavicule par-ci, crise d’asthme par-là, ou encore douleurs au dos chez le cycliste. La plupart des chapitres ressemblent à un petit compendium des problèmes du cycliste, et comme il l’écrit à maintes reprises, le livre se veut aussi un guide pour le cycliste amateur. D’autres chapitres apportent un commentaire sur les stratégies d’optimisation de la performance du Team Sky, les fameux marginal gains, dont les principes sont clairement excellents, bien qu’ils laissent planer le doute sur leur contribution réelle à la domination du Team Sky: les marges sont faibles, les autres équipes font certainement la même chose dans une certaine mesure, car il n’y a rien de sorcier dans ce qui est décrit. A moins que la vérité ne soit ailleurs.

Le livre, lui, plane en surface et ne touche malheureusement pas aux questions centrales du cyclisme ni du sport d’élite. Quant aux champions, quelques éloges sur Bradley Wiggins, pas un mot sur Chris Froome ou Geraint Thomas. De là à dire que le manuscrit a été approuvé avant publication par ses anciens employeurs du Team Sky, il n’y a qu’un pas.

En bref, une lecture agréable pour le férus de cyclisme, de bonnes informations pour les cyclistes amateurs, et certainement une opération cathartique et/ou commerciale satisfaisante pour le Dr Freeman.

Bel été à toutes et à tous!

 

Boris Gojanovic

Boris Gojanovic

Boris Gojanovic est médecin du sport à l'Hôpital de La Tour à Meyrin (GE). Son credo: la santé pour et par le mouvement. Sa bête noire: l'immobilisme. Il s'occupe de tous ceux, jeunes ou moins jeunes, sportifs ou non, qui pensent que bouger mieux les mènera plus loin. Il espère être un facilitateur, tout en contribuant au transfert et à l'échange de connaissances, tant dans la communauté que dans les auditoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *