Au cinéma, des « citoyens du monde » romains

« Citoyens du monde  était le titre que j’avais choisi », se réjouit Gianni Di Gregorio. Assis à une terrasse d’un café de son quartier Trastevere, dans le centre de Rome, masque et cigarettes glissés dans la poche de sa chemise, le réalisateur revient sur son film Lontano lontano, sorti dans les salles italiennes fin février et en France et en Suisse fin août. « En Italie, la distribution a eu le dernier mot sur le titre, poursuit le cinéaste. Lontano lontano [lointain lointain, en français] nous a semblé une bonne solution pour évoquer le rêve de s’en aller, de bouger ». Mais il préfère tout de même cittadini del mondo. Gianni Di Gregorio raconte l’histoire de trois retraités sans le sou rêvant de s’en aller à l’étranger. Il prête aussi ses traits à l’un des trois hommes. Rencontre.

 

Le réalisateur de Citoyens du monde, Gianni Di Gregorio, à Rome en août 2020

 

En Italie, le film est sorti quelques jours seulement avant la quarantaine nationale, en mars. Le rêve de s’enfuir est devenu d’autant plus d’actualité…

Il l’a toujours été. Le film raconte l’histoire de ces trois septuagénaires encore pleins de vie, mais avec tous les défauts de leur âge – la peur de se déplacer, le mystère du lendemain. Simplement penser de s’en aller est donc pour eux un effort terrible. Mais ils sont contraints par leur situation économique. Lors de l’écriture du film, je parlais avec les retraités de mon quartier. Tous voulaient s’en aller ! Eux aussi peuvent avoir la force pour changer de vie. L’espoir de s’améliorer ne doit jamais disparaître.

Mais au niveau mondiale, il est vrai qu’il y a un chaos total. Il y a deux générations laissées pour compte, du moins en Italie : les retraités donc, contraints de partir s’ils veulent voir leur situation économique s’améliorer, mais aussi les jeunes souffrant des crises, obligés eux aussi de s’en aller à l’étranger pour trouver un emploi. Les jeunes et les plus âgés ont ainsi le même rêve : vivre un peu mieux. C’est effrayant.

Le futur voyage commun des trois hommes du film efface aussi leur solitude. Il s’agit d’une histoire d’amitié. C’est important à tous les âges, mais encore plus à un âge avancé. Ensemble, ils deviennent une force ; en faisant leurs conneries, une journée devient merveilleuse.

Cette entente entre les personnages est la force du film. Comment s’est passé le tournage ?

Je ne connaissais pas personnellement Ennio Fantastichini et Giorgio Colangeli. Nous nous sommes donc retrouvés dans un restaurant pour parler du film, dont nous n’avons finalement rien dit. Nous avons seulement mangé, bu et beaucoup ri. Nous sommes tous trois romains, du même âge et du même monde professionnel, c’est comme si nous nous connaissions depuis 30 ans. J’ai alors compris qu’ils seraient la force du film : ils inventaient, écrivaient aussi les dialogues les soirs avant les prises. Avec ce film, je pensais conduire une Fiat 600, mais quand ils sont montés à bord, j’ai eu la sensation que cette petite voiture disposait du moteur d’une Ferrari. Ce sont des hommes identiques aux personnages que je rêvais : simples mais capables d’une grande ouverture.

L’idée du film vous aurait été soufflée par Matteo Garrone…

En effet, il m’a dit qu’il fallait que je fasse un film sur les retraités italiens, car j’en suis selon lui le spécialiste ! L’idée m’a beaucoup plu. Le travail d’écriture a alors duré un an et demi. Mais dès le début, je savais que mes trois retraités ne quitteraient jamais l’Italie. Je l’ai ressenti en moi dès que j’ai commencé à écrire. Le résultat a beaucoup plu à Matteo Garrone.

Cet homme est pour moi un génie. Je lui ai offert mon aide il y a plus de 20 ans, après avoir vu son premier court-métrage. Nous avons ensuite collaboré sur beaucoup de films, de L’imbalsamatore à Gomorra. Il m’avait tout de suite marqué car il faisait ce qu’enseignait Rossellini, dont je suivais les cours quand j’étais jeune. Celui-ci nous disait de ne pas nous préoccuper de la technique, du genre de caméra. Que ce qui est important, c’est ce qui se passe devant l’objectif. Que les acteurs ne doivent pas venir où se trouve la caméra, qu’il faut les laisser faire et les suivre. Matteo le faisait sans rien savoir de Rosselini. Cette chose m’a beaucoup marqué. Je viens de cette formation rossélinienne, donc très pauvre. Heureusement qu’il y a les autres, comme les directeurs de la photographie, car moi, je ne vois rien. Je suis très rudimentaire.

Dans l’Aspromonte, un cinéma les pieds dans la boue

Comment un acteur peut-il refuser la possibilité de passer ses journées à « jouer dans la boue comme un enfant, pieds nus dans la montagne où les téléphones n’ont pas de réseaux » ? Marcello Fonte, prix d’interprétation masculine en 2018 au Festival de Cannes pour Dogman, de Matteo Garrone, est l’un des protagonistes de Aspromonte, la terre des oubliés, dans les salles obscures italiennes depuis fin novembre.

Le film du réalisateur Mimmo Calopresti raconte l’histoire du village d’Africo, dans l’Aspromonte calabrais, dans un sud de l’Italie des années 50. Isolés, abandonnés par les autorités, privés de médecin, opprimés par un bandit local, les villageois décident de construire eux-mêmes une route pour se connecter à la civilisation. Aux côtés du poète de la bourgade Marcello Fonte, Sergio Rubini en criminel, Francesco Colella et Marco Leonardi en meneurs de la contestation sociale et l’actrice fétiche du cinéaste, Valeria Bruni Tedeschi en enseignante débarquée du Nord.

 

Au centre, Marcello Fonte, Valeria Bruni Tedeschi et Sergio Rubini

Inspiré de faits réels, Aspromonte est le récit d’une Italie du Sud abandonnée. La question du Mezzogiorno hante la péninsule depuis son unité en 1861. La pellicule est surtout l’histoire des « oubliés » d’une région montagneuse reculée. « Au début du tournage, des enseignants calabrais étaient en grève car ils manquent d’école, se souvient Mimmo Calopresti. Les enfants sont amenés à faire jusqu’à deux heures de bus pour en trouver une. Dans le même temps, les bateaux de migrants que l’on voyait de nos montagnes étaient bloqués au large. Aider tous ces “derniers” serait la voie la plus simple, mais elle n’intéresse pas les politiciens. »

Le réalisateur, avec Marcello Fonte et le producteur Fulvio Lucisano, se trouvait au siège de l’Association de la presse étrangère à Rome, mi-janvier. Devant une poignée de journalistes, ils présentaient leur film en concours pour le Globo d’Oro, les Goldens Globes transalpins. Leur origine calabraise commune explique un projet ambitieux et risqué. Le film a coûté deux millions et demi d’euros. « Nous ne les avons pas récupérés, mais cela ne fait rien », regrette le producteur nonagénaire ayant voulu raconter « une tranche de sa vie ».

 

Le producteur Fulvio Lucisano au siège de l’Association de la presse étrangère à Rome, avec Mimmo Calopresti

« Le cinéma italien n’a pas du tout envie d’aller dans des lieux inaccessibles, regrette Mimmo Calopresti. Difficilement, il va affronter ce genre de vie, sur ce genre de terrain, avec ses dialectes, ses personnages pieds nus, sa boue ». Le producteur se rappelle par exemple que le cinéaste Luigi Comencini « ne voulait pas se rendre en Calabre pour un tournage de peur d’être ravi par le crime organisé. J’ai dû l’emmener devant le préfet pour le rassurer », s’amuse Fulvio Lucisano.

Le Sud italien souffre encore, est aujourd’hui toujours plus pauvre. « Dans le monde, il y a des Africo partout. Depuis l’Aspromonte, conclut le cinéaste, nous voulions raconter la civilisation. »

 

Marcello Fonte, dans Aspromonte de Mimmo Calopresti

Dans la peau d’un cardinal de Paolo Sorrentino

Maurizio Lombardi revêt à nouveau la soutane du cardinal Mario Assente dans la nouvelle série de l’oscarisé Paolo Sorrentino, The New Pope, diffusée en Italie à partir du 10 janvier et sur Canal+ trois jours plus tard. Rencontre avec un comédien « méchant » aux traits rappelant Buster Keaton.

L’acteur florentin est en retard. Se défaire du maquillage prend du temps. Maurizio Lombardi a passé la journée avec une cicatrice sur la gorge. Début décembre, il travaille sur un tournage à Rome dont il ne peut encore rien révéler. Mais son personnage est bien « méchant ». L’adjectif péjoratif est choisi par le Vanity Fair italien pour commenter sa filmographie. « Méchant ? Mais c’est parfait, sourit le cardinal de Paolo Sorrentino. Si tu n’es pas Paul Newman, tu dois aspirer à devenir le vilain, le seul personnage pouvant être opposé à la beauté d’un autre acteur. J’ai été comparé à Buster Keaton, mais il n’a rien d’un Robert Redford ou d’un Marlon Brando. Il a seulement le beau visage d’un clown triste. »

Maurizio Lombardi est partout. Dans le Pinocchio de Matteo Garrone, en moine dans la dernière adaptation du Nom de la rose, en assistant de Silvio Berlusconi dans la série imaginée par l’acteur Stefano Accorsi, 1994, en médecin inquiétant au relents psychopathes dans le film d’horreur The nest et, en ce début d’année, dans la peau d’un cardinal dans The New Pope de Paolo Sorrentino. Le réalisateur oscarisé revient dans son Vatican fantasmé après de The Young Pope, diffusée en 2016. Le spectateur retrouve un pape Pie XIII hors jeu, interprété par Jude Law, et John Malkovich comme nouvelle entrée papale.

 

Maurizio Lombardi (à droite) dans The Young Pope (2016) de Paolo Sorrentino (Photo : Gianni Fiorito)

« Je ne m’attendais pas du tout à être dans la deuxième saison, se réjouit l’acteur. Car ma scène avec Jude Law dans The Young Pope était une scène de service pour donner la possibilité au spectateur de voir que ce pape est vraiment méchant. Ma réplique d’homosexuel et la menace subtile du pape ne laissaient pas entrevoir un retour. En réalité, je crois que le personnage a plu et Paolo l’a développé dans la deuxième saison, dans les huit épisodes. » Sa performance a plus même à Martin Scorsese, comme le lui a raconté une scénariste. « C’est un peu comme si Dieu déplaçait les nuages pour dire “intéressant, cet humain, là”, avant de refermer les nuages », ironise-t-il, flatté.

Le comédien a commencé par regarder « le plus possible » des photographies de cardinaux pour « comprendre comment ils sont, pour voir leurs yeux ». « Je me suis surpris à les trouver démoniaques, s’amuse Maurizio Lombardi, avec leurs lunettes, leurs sourcils, ces mains avec ces anneaux précieux, ces colliers en or, dans ces habits sévères couvrant leur gros ventre. » Mais il a pris plaisir à prêter ses traits au cardinal fictif. « La soutane est très confortable, s’amuse-t-il, elle élance la figure des grandes personnes. » Même si « dans la peau d’un cardinal, tu as la rigidité de cet habit ».

 

Maurizio Lombard (à droite) dans The New Pope, de Paolo Sorrentino, avec Cécile de France (à gauche), Javier Camara, Ramon Garcia et Silvio Orlando (Photo : Gianni Fiorito)

En apparence seulement, car la robe est aussi commode pour qui aime danser. Le cardinal de Paolo Sorrentino est en effet dansant. « J’ai eu de la chance, Paolo me fait danser dans l’un des épisodes, car j’aime danser, se réjouit-il. Si je pouvais, je danserais dans tous les films. »

Le cinéaste en donne un avant-goût dans une vidéo des coulisses sur son compte Instagram. Dans le premier épisode, présenté à la presse fin décembre, le cardinal Assente lâche un autre pas de danse discret dans la chapelle Sixtine. Pour le reste, Maurizio Lombardi « s’est laissé emporter » par ce que lui disait Paolo Sorrentino. « Il écrit un peu tout ce qui doit être fait, précise l’acteur. Dans le scénario, il y a déjà toutes les indications. Il est donc assez facile d’entrer dans la peau d’un personnage écrit par Paolo Sorrentino, grâce surtout à ce qu’il te fait dire. Il est aisé de deviner la direction qu’il faut prendre. »

Maurizio Lombardi réalise un rêve en travaillant avec le réalisateur de La grande bellezza, oscar du meilleur film en langue étrangère en 2014. « J’avais passé le casting pour ce film, se souvient-il, mais cela n’a rien donné car j’étais trop excité à l’idée de le rencontrer. Quand je suis arrivé devant lui, c’est moi qui lui ai fait passer un casting, je voulais savoir pourquoi il est si grand. » Mais pour The young pope, le casting est passé. Les deux hommes travaillent ensemble. Paolo Sorrentino « est très maniaque, se consacre beaucoup au tournage, prend grand soin des acteurs en respectant leur travail et celui de son équipe, détaille le comédien. Il a un grand contrôle du set, sans s’imposer, simplement car son écriture est très figurative, tu peux tout de suite imaginer de quoi il s’agit. C’est clair pour tout le monde, pour les acteurs, pour le directeur de la photographie ».

Imaginer le Vatican de Paolo Sorrentino lui plaît. Mais il ne connaissait rien du réel petit Etat et, aujourd’hui encore, « cela ne l’intéresse pas ». Et ce même si, « comme le dit Paolo Sorrentino, le Vatican est source de grande inspiration narrative dû à l’énorme mystère l’entourant ». « Les grands pouvoirs ne m’intéressent pas », lance l’acteur ayant pourtant interprété dans sa carrière toute la hiérarchie ecclésiale ; du prêtre dans Chi m’ha visto en 2017 aux côtés de Pierfrancesco Favino au pape dans une petite production, en passant par le moine dans Le nom de la rose en 2019 avec notamment John Turturro et Rupert Everett. « Le pouvoir fils de l’argent, comme celui de l’Eglise ou de la politique, ne m’intéresse pas, conclut-t-il. Au contraire du pouvoir enfant de la poésie, comme celui de Paolo Sorrentino. »

 

Maurizio Lombardi, le Buster Keaton italien, selon le magazine Style, du quotidien Il Corriere della Sera