Un geste salutaire que vous ferez peut-être ou pas

 

Cela tient à une simple feuille de papier, pliée en quatre, au fond de votre mallette ou de votre sac à main.

Sur cette feuille, votre lettre de démission.

Quand la situation au travail est tendue, que vous la subissez depuis longtemps en étant convaincu de ne pas pouvoir agir.

Lorsque votre plaisir professionnel n’est plus qu’un vague et nostalgique souvenir, avoir ce document sur soi peut, tout simplement, vous permettre d’oser penser que vous pouvez le faire un jour, ou pas.

Ce petit sentiment de pouvoir et de liberté ressemble parfois à ce genre de feuille de papier et cela peut être salutaire, croyez-moi.

Anne-Marie Van Rampaey

A la tête des ressources humaines pendant de nombreuses années, Anne-Marie Van Rampaey est devenue une experte en comportements relationnels au travail. Indépendance d'esprit, engagement et pragmatisme sont ses meilleurs outils pour la compréhension et le respect de l'humain.

6 réponses à “Un geste salutaire que vous ferez peut-être ou pas

  1. Madame,

    Plutôt qu’une lettre de démission, c’est un contrat de travail avec en autre employeur qu’il faut avoir dans la poche, puis démissionner. Vous ne croyez pas? Par les temps qui courent, il est préférable d’assurer ses arrières!!

    Cdt

  2. Votre illustration “la tête dans le s…”, est excellente.
    Dommage qu’elle apparaisse deux fois, ce qui nuit un peu à votre concision exquise.

    p.s. bon ces blogs sont un peu amateur, et moi, un peu trop perfectionniste 🙂

  3. J’ai écrit ma lettre de démision non pas d’un boulot, mais d’un conseil meunicipal. Je l’ai laiisé trainer dans la voiture sans jamais la remettre ? Oui ça m’a fait du bien de l’écrire, non ça ne servait à rien de la remettre, il suffisait de ne plus y aller au Conseil, sans un mot, rien.
    Quant à faire l’autruche, en l’occurence je n’en sais rien, enfin si j’ai mis la tête dans le sable, au moins je n’ai pas eu le croupion dévasté…
    Bonne journée

  4. Chère Anne-Marie,
    Je trouve dangereux de véhiculer ce genre de messages. Les nouvelles générations ont déjà tellement tendance à zapper rapidement et à donner leur démission sans avoir entrepris d’autres démarches de recherches auparavant simplement en se disant “c’est pas grave, je vais me mettre un coup au chômage, j’y ai droit !”, (alors que le chômage n’est pas un droit mais une assurance), que de publier ce genre de réflexion ne va faire qu’empirer la situation et les encourager dans cette direction. Notre challenge en tant que RH est à mes yeux plutôt d’essayer de faire comprendre à ces générations les devoirs et responsabilités qui sont les nôtres plutôt que de les encourager à jeter l’éponge juste parce que quelque chose ne convient plus. Et ce d’autant plus avec les temps qui courent, le chômage est et va continuer à être déjà largement sollicité avec cette crise sanitaire.

Répondre à JEAN PAVIOT Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *