La maladie d’Alzheimer touche plus de femmes que d’hommes

La maladie d’Alzheimer et les femmes

La maladie d’Alzheimer et d’autres démences touchent plus les femmes que les hommes dans la plupart des régions du monde. La maladie d’Alzheimer est une menace pour la santé mondiale et le nombre de cas va tripler au cours des cinquante prochaines années. Les femmes constituent non seulement la majorité des soignants, mais elles constituent aussi plus des deux tiers des patients atteints de cette maladie. Les femmes dans la soixantaine sont deux fois plus susceptibles de développer cette maladie que de développer le cancer du sein.

Différences entre les hommes et les femmes

On a supposé que cette différence de sexe était due à la plus grande longévité des femmes, mais de plus en plus de preuves suggèrent que la longévité seule n’est pas une explication suffisante. D’autres facteurs peuvent être responsables, tels que la détection précoce insuffisante, l’éducation (responsable de fournir la réserve cognitive), les hormones sexuelles et le contexte socioculturel.

Les femmes et les hommes ont également des signes cliniques différents: les hommes montrent un comportement plus agressif alors que les femmes ont tendance à avoir plus de troubles de l’humeur, mais des temps de survie plus longs. Les femmes ont un déclin cognitif et une progression de la maladie plus rapide. Ainsi, les femmes et les hommes peuvent avoir des pathologies différentes qui nécessiteraient des stratégies de gestion différentes .

“Women’s Brain Project”: Suisse

Afin de remédier ces problèmes, une organisation sans but lucratif basée en Suisse, le «Women’s Brain Project», a été créée en août 2016 pour promouvoir la recherche préclinique et clinique sur la santé cérébrale des femmes. Le groupe est composé de chercheurs universitaires, de médecins et de bio-ingénieurs qui ont décidé de prendre des mesures et de discuter de la vulnérabilité spécifique du cerveau féminin aux maladies mentales.

Ce n’est pas le premier exemple de femmes négligées dans les essais cliniques. Le même phénomène est survenu dans les maladies cardiovasculaires et le cancer, les principales causes de décès chez les femmes et les hommes. Même lorsque les femmes ont été incluses comme sujets dans la recherche clinique, l’influence du sexe ou du genre* ne sont pas largement analysée ni signalée. La plupart des études en laboratoire continuent à utiliser uniquement des animaux mâles et ne prennent pas note de la façon dont les cellules diffèrent sur la base du sexe ; ces études constituent la base biologique des études et des traitements en santé humaine.

Aller de l’avant

Dans la démence et la maladie d’Alzheimer, les différences de sexe et de genre doivent être prises en compte à la fois pour la prévention et les stratégies thérapeutiques. Différents outils de diagnostic pourraient être nécessaires chez les femmes pour l’identification d’une déficience cognitive légère et les femmes peuvent avoir une réponse différente au traitement . De telles études coordonnées peuvent conduire à de nouvelles avenues de recherche et de thérapies pour les femmes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

* Le sexe se réfère à la composition biologique des cerveaux féminins et le genre se réfère au milieu socio-économique des femmes (accès à une éducation et à une profession).

2 réponses à “La maladie d’Alzheimer touche plus de femmes que d’hommes

  1. Chère Anne,
    Toujours un grand plaisir de te lire!
    Et pendant ce temps, nous mangeons régulièrement … les mirtilles en pensant à toi 😉
    Bravo encore ! On t’embrasse,
    Mathieu et Elisabeth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *