La pratique du hockey sur glace est très dangereuse pour le cerveau

 

Au cours des vingt dernières années, il est devenu évident que des coups répétés à la tête à fort impact font courir aux athlètes des risques de dommages permanents au cerveau. Il s’agit des sports de contact comme le football américain, le rugby, le hockey sur glace, les arts martiaux mixtes et la boxe. Une pathologie particulière a été reconnue pour les joueurs de football américain qui ont reçu des coups répétés à la tête. A l’autopsie, les médecins ont noté une accumulation de la protéine tau, une des caractéristiques de la maladie d’Alzheimer. Jusqu’à présent, 91 cerveaux des anciens joueurs de football aux Etats-Unis ont été analysés et 89 d’entre eux ont démontré cette pathologie particulière.

L’accumulation toxique de la protéine tau

A l’heure actuelle, nous ne savons pas ce qui se passe dans ces cerveaux endommagés. Il est possible que l’accumulation de la protéine tau est déclenchée par un traumatisme crânien. Même après l’arrêt d’un traumatisme, l’accumulation de la protéine tau continue et devient toxique pour les cellules nerveuses. Ce processus peut prendre des années et pourrait être aggravé par la consommation d’alcool ou de drogues.

Rugby, hockey, football américain

Pourquoi notre société continue-t-elle d’exposer nos jeunes à un tel risque en jouant au rugby, au hockey sur glace et autres sports qui causent des contacts à la tête? Si un adolescent qui a eu une blessure à la tête en jouant un de ces sports est examiné plusieurs mois plus tard, on peut détecter des dommages au niveau cellulaire du cerveau. Ces altérations apparaissent sans aucune commotion cérébrale ou d’autres symptômes. Si la personne continue de jouer sur plusieurs mois, ces blessures cellulaires accumulent et causent des dommages irréversibles au cerveau. Cette maladie s’appelle l’encéphalopathie traumatique chronique, ou CTE, diagnostiquée pour la première fois en 2002.

L’encéphalopathie traumatique chronique menace les enfants

En fonction de la gravité de la blessure, l’adolescent prend des risques de développer certaines manifestations de CTE comme la dépression majeure, la perte de mémoire, des pensées suicidaires, la perte de l’intelligence ainsi que la démence plus tard dans la vie. La CTE est également liée à la drogue et l’abus d’alcool une fois que la personne entre dans sa vingtième, trentième ou quarantième année.

Les nouvelles technologies sont mises au point pour détecter la protéine tau dans le cerveau vivant. De cette manière, il sera possible de suivre le dépôt de la protéine tau pendant de nombreuses années après une blessure à la tête. De même, des casques modernisés sont conçus pour détecter la force des coups à la tête. À long terme, notre société devrait assumer sa responsabilité: car il n’est pas anodin d’exposer ainsi les enfants à des dommages neurologiques à long terme causés par leurs activités sportives.

Une réponse à “La pratique du hockey sur glace est très dangereuse pour le cerveau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *