Quelques aménagements pour aider les dys en cours

Noël approche ! J’ai décidé de mettre mon costume de dysmère-Noël.

 

En effet, ayant reçu de nombreux messages concernant les questions d’aménagements en classe, par rapport à l’anglais, l’allemand et autres matières exotiques aux dys, je propose de prendre chaque matière et de donner quelques conseils qui pourraient vous aider à trouver un moyen d’alléger le trouble de vos élèves, oh! combien stressés.

Aller on plonge !

 

  1. Géographie,Histoire et Maths:

Ce n’est pas parce qu’un dyslexique n’est pas dyscalculique qu’il n’a pas besoin d’aménagement en maths.

  • Lecture de la consigne : cet aménagement s’applique pour toutes les matières. S’il est possible, mettre une police d’écriture qui convient aux dys, il en existe plusieurs (lire mon 1er article sur la lecture), la grosseur du texte, et/ou l’espacement des lettres et des lignes aide à la compréhension de la consigne.

 

  • Détails consigne : Si c’est le prof qui crée le problème, essayer un maximum de ne pas ajouter trop de description pour habiller le texte comme : Le fermier qui a un chapeau rouge et 30 ans qui vit dans une ferme avec des volets verts… Je l’ai mentionné dans mon 1er article, le stress et la fatigue provoquent chez les dys, une lecture très difficile du texte et ces derniers doivent le déchiffrer avec beaucoup de peine, ce qui ne met pas en avant leur capacité à savoir résoudre le problème, mais le fait qu’il n’ont pas réussi à déchiffrer, comme il faut, les mots de la consigne.

Si cela n’est pas possible, je conseille aux dys d’utiliser un stabylo et de souligner toutes les données qui sont importantes au problème. Comme ça à la 2ème relecture les détails importants se détacheront du texte. Cet exercice reste quand même très difficile pour nous.

 

  1. Français, Anglais, Allemand, Italien, etc.:

Les langues…Le pays des merveilles du dyslexique.

 

  • Lecture : Comme je l’ai mentionné plus haut avec les Maths, la police d’écriture est importante, et, s’il est possible, écrire plus gros le texte.

Une chose toute bête qui m’a été d’une grande aide, notamment pour mes contrôles de conjugaison, c’est d’avoir le droit à la règle ou à une feuille de couleur. Je les utilisais pour mettre en évidence la ligne que j’étais entrain de lire, en mettant la règle ou la feuille sous la phrase. Je descendais au fur et à mesure l’objet, durant ma lecture. De cette manière je ne me perdais jamais lorsque je quittais le texte des yeux.

  • Vocabulaire : Donner moins de mots à apprendre d’un seul coup ou alors donner le vocabulaire à apprendre assez en avance pour que le dys ait le temps d’assimiler avec sa propre logique, l’orthographe des mots et pouvoir en discuter avec sa logopédiste.

 

  • Heure : Eviter de mettre dans les tests l’image de la montre à aiguilles. Il leur est très difficile de lire l’heure sur ce genre de montre et donc s’il est possible, opter pour l’image d’une montre digitale.

 

  1. Gymnastique, musique:

J’en ai pas la moindre idée, je n’ai pas de coordination, je n’arrive pas à trouver le rythme, mais on survit quand même à ces deux cours. Ils sont chouettes même si parfois on galère…

 

  1. Des petits aménagements que l’on peux également appliquer pour tous les cours mentionnés et les autres (si j’en ai oublié), sont :

 

  • Les couleurs et les dessins : parfois mettre des couleurs peut aider à visualiser les mots et les retenir plus facilement. Pareil, si l’enfant dessine une forme sur la lettre qu’il trouve difficile à retenir dans le mot. Par exemple le mot éléphant, on peut dessiner un éléphant avec le “p” et le “h”, le “p” étant la trompe et l’oreille de l’animal vu de profil et le “h” les deux pattes avec un bonhomme assis sur le dessus.

 

  • Le support pour lire : mettre le texte, ou la feuille à la verticale au lieu de l’horizontale aide beaucoup les dyslexiques.

 

  • Les questions : Si un dyslexique durant un test, lève la main c’est souvent que la question a un rapport avec la compréhension du texte ou de la consigne. Certains de mes professeurs, bien que les questions soient interdites durant le test, répondaient aux miennes uniquement s’il s’agissait de compréhension car, je mettais plus long que les autres à lire mon test et poser ma question, si j’en avais une, durant les 5minutes avant le commencement.

 

  • Ordinateur : Je sais que plusieurs dyslexiques ont maintenant un ordinateur. Je ne suis pas habituée à cet aménagement génial, alors pour moi, l’ordinateur ne m’aide pas à gérer au mieux ma dyslexie. Mais, j’ai pu constater qu’il est d’une très grande aide pour les enfants dys d’aujourd’hui, car il comprend plusieurs aménagements que j’ai mentionnés comme lire à la verticale, pouvoir agrandir et changer les polices d’écriture ou encore mettre des couleurs, etc.

 

  • Applications : Il existe en outre plusieurs applications pour ipad ou téléphones portables qui permettent aux dyslexiques de retrouver les mots phonétiquement et donc de les écrire correctement dans une rédaction. (dicodys, appidys, aidodys)

 

Voilà mon petit cadeau de Noël ! Il existe d’autres astuces, mais celles-ci sont des astuces que j’ai pu mettre en pratique et qui ont marché pour moi.

Je vous souhaite de très belles fêtes de Noël ! A l’année prochaine !

Amanda Oriol

Amanda Oriol

Amanda Oriol, née le 19 juillet 1993 à Lausanne, a obtenu un Bachelor en Lettres et se lance dans des études de santé/social. Elle a réalisé son rêve en étant publiée pour le Salon du livre de Genève 2018 par les Editions des sables. Le titre de son livre est «Confession d'une dyslexique», elle relate avec humour ses expériences, mettant le lecteur à sa place, c'est-à-dire, celle d'un(e) dyslexique.

2 réponses à “Quelques aménagements pour aider les dys en cours

  1. Re-Bonjour, je vous avais déjà écrit en août pour vous parler de mon fils qui, après plusieurs années de galères scolaires, est maintenant en 2e d’apprentissage en automaticien et il est rayonnant !
    2-3 petits trucs : Au début, quand il posait une question d’orthographe, j’avais tendance à lui répondre : Réfléchis, comment tu l’écrirais ? Puis je me suis rendu compte qu’avec lui (ce qui n’est pas le cas pour sa sœur, non dyslexique mais un peu fainéante) c’était stupide. S’il demande, c’est justement qu’il ne sait pas… Et maintenant, je lui donne la réponse tout de suite, sans commentaire. Du coup, il ose demander souvent et a repris confiance pour écrire.
    Ce que j’ai également beaucoup fait, c’est d’aller avec lui dans des grandes librairies et le laisser naviguer dans les rayons pendant 1 heure au moins… Presque à chaque fois, il ressortait avec une BD qui l’intéressait. Au début, il y avait souvent + de dessins que de textes, mais je ne disais rien… Peu à peu, il a commencé à prendre des livres avec plus de lecture, à son rythme, et maintenant, il est fan de mangas. C’est toujours de la BD, mais il y consacre beaucoup de temps, et même si c’est de l’analyse de dessins + que de l’orthographe, c’est autre chose qu’un écran…
    Dans les quotidiens, je découpe depuis des années les articles qui peuvent l’intéresser. Au début, je les lisais à voix haute pour qu’il comprenne que les news peuvent être intéressantes pour lui aussi. Du coup maintenant, quand il n’a pas de réseau, il lit le 20Minutes tout seul 😃
    Bref, avec beaucoup d’énergie et surtout beaucoup de patience et d’amour, on peut les aider pour la vie !
    A bientôt !

    1. Oui, je me souviens parfaitement !

      Vous me rappelez beaucoup ma propre maman, qui a dû être très inventive afin de m’aider à surpasser mes difficultés. On ne pense pas tout de suite aux parents mais vous mettez énormément de choses en place pour nous ! Et c’est aussi un combat pour vous.

      C’est génial que vous ayez trouvé des astuces pour l’aider et je vous remercie beaucoup de les partager ici. Les premiers livres que j’ai commencé à lire sont aussi les BD. Mine de rien, ça nous entraine à promener les yeux sur la page et à chercher le texte et le mettre dans l’ordre. C’est, je pense, un bon exercice.

      Je ne sais pas si vous avez lu mon livre mais je me reconnais beaucoup dans certaines choses que vous dites et que j’ai partagées dans mon récit. Je remarque que nous sommes beaucoup de dys et de parents qui traversons les mêmes émotions et sentiments dans les situations difficiles aux dys.

      Merci beaucoup pour votre commentaire, je vous souhaite de très belles fêtes et beaucoup de succès pour votre fils ! Il peut être fier de lui ! (:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *