Quelques aménagements pour aider les dys en cours

Noël approche ! J’ai décidé de mettre mon costume de dysmère-Noël.

 

En effet, ayant reçu de nombreux messages concernant les questions d’aménagements en classe, par rapport à l’anglais, l’allemand et autres matières exotiques aux dys, je propose de prendre chaque matière et de donner quelques conseils qui pourraient vous aider à trouver un moyen d’alléger le trouble de vos élèves, oh! combien stressés.

Aller on plonge !

 

  1. Géographie,Histoire et Maths:

Ce n’est pas parce qu’un dyslexique n’est pas dyscalculique qu’il n’a pas besoin d’aménagement en maths.

  • Lecture de la consigne : cet aménagement s’applique pour toutes les matières. S’il est possible, mettre une police d’écriture qui convient aux dys, il en existe plusieurs (lire mon 1er article sur la lecture), la grosseur du texte, et/ou l’espacement des lettres et des lignes aide à la compréhension de la consigne.

 

  • Détails consigne : Si c’est le prof qui crée le problème, essayer un maximum de ne pas ajouter trop de description pour habiller le texte comme : Le fermier qui a un chapeau rouge et 30 ans qui vit dans une ferme avec des volets verts… Je l’ai mentionné dans mon 1er article, le stress et la fatigue provoquent chez les dys, une lecture très difficile du texte et ces derniers doivent le déchiffrer avec beaucoup de peine, ce qui ne met pas en avant leur capacité à savoir résoudre le problème, mais le fait qu’il n’ont pas réussi à déchiffrer, comme il faut, les mots de la consigne.

Si cela n’est pas possible, je conseille aux dys d’utiliser un stabylo et de souligner toutes les données qui sont importantes au problème. Comme ça à la 2ème relecture les détails importants se détacheront du texte. Cet exercice reste quand même très difficile pour nous.

 

  1. Français, Anglais, Allemand, Italien, etc.:

Les langues…Le pays des merveilles du dyslexique.

 

  • Lecture : Comme je l’ai mentionné plus haut avec les Maths, la police d’écriture est importante, et, s’il est possible, écrire plus gros le texte.

Une chose toute bête qui m’a été d’une grande aide, notamment pour mes contrôles de conjugaison, c’est d’avoir le droit à la règle ou à une feuille de couleur. Je les utilisais pour mettre en évidence la ligne que j’étais entrain de lire, en mettant la règle ou la feuille sous la phrase. Je descendais au fur et à mesure l’objet, durant ma lecture. De cette manière je ne me perdais jamais lorsque je quittais le texte des yeux.

  • Vocabulaire : Donner moins de mots à apprendre d’un seul coup ou alors donner le vocabulaire à apprendre assez en avance pour que le dys ait le temps d’assimiler avec sa propre logique, l’orthographe des mots et pouvoir en discuter avec sa logopédiste.

 

  • Heure : Eviter de mettre dans les tests l’image de la montre à aiguilles. Il leur est très difficile de lire l’heure sur ce genre de montre et donc s’il est possible, opter pour l’image d’une montre digitale.

 

  1. Gymnastique, musique:

J’en ai pas la moindre idée, je n’ai pas de coordination, je n’arrive pas à trouver le rythme, mais on survit quand même à ces deux cours. Ils sont chouettes même si parfois on galère…

 

  1. Des petits aménagements que l’on peux également appliquer pour tous les cours mentionnés et les autres (si j’en ai oublié), sont :

 

  • Les couleurs et les dessins : parfois mettre des couleurs peut aider à visualiser les mots et les retenir plus facilement. Pareil, si l’enfant dessine une forme sur la lettre qu’il trouve difficile à retenir dans le mot. Par exemple le mot éléphant, on peut dessiner un éléphant avec le “p” et le “h”, le “p” étant la trompe et l’oreille de l’animal vu de profil et le “h” les deux pattes avec un bonhomme assis sur le dessus.

 

  • Le support pour lire : mettre le texte, ou la feuille à la verticale au lieu de l’horizontale aide beaucoup les dyslexiques.

 

  • Les questions : Si un dyslexique durant un test, lève la main c’est souvent que la question a un rapport avec la compréhension du texte ou de la consigne. Certains de mes professeurs, bien que les questions soient interdites durant le test, répondaient aux miennes uniquement s’il s’agissait de compréhension car, je mettais plus long que les autres à lire mon test et poser ma question, si j’en avais une, durant les 5minutes avant le commencement.

 

  • Ordinateur : Je sais que plusieurs dyslexiques ont maintenant un ordinateur. Je ne suis pas habituée à cet aménagement génial, alors pour moi, l’ordinateur ne m’aide pas à gérer au mieux ma dyslexie. Mais, j’ai pu constater qu’il est d’une très grande aide pour les enfants dys d’aujourd’hui, car il comprend plusieurs aménagements que j’ai mentionnés comme lire à la verticale, pouvoir agrandir et changer les polices d’écriture ou encore mettre des couleurs, etc.

 

  • Applications : Il existe en outre plusieurs applications pour ipad ou téléphones portables qui permettent aux dyslexiques de retrouver les mots phonétiquement et donc de les écrire correctement dans une rédaction. (dicodys, appidys, aidodys)

 

Voilà mon petit cadeau de Noël ! Il existe d’autres astuces, mais celles-ci sont des astuces que j’ai pu mettre en pratique et qui ont marché pour moi.

Je vous souhaite de très belles fêtes de Noël ! A l’année prochaine !

Amanda Oriol

Amanda Oriol

Amanda Oriol, née le 19 juillet 1993 à Lausanne, a obtenu un Bachelor en Lettres et se lance dans des études de santé/social. Elle a réalisé son rêve en étant publiée pour le Salon du livre de Genève 2018 par les Editions des sables. Le titre de son livre est «Confession d'une dyslexique», elle relate avec humour ses expériences, mettant le lecteur à sa place, c'est-à-dire, celle d'un(e) dyslexique.

10 réponses à “Quelques aménagements pour aider les dys en cours

  1. Re-Bonjour, je vous avais déjà écrit en août pour vous parler de mon fils qui, après plusieurs années de galères scolaires, est maintenant en 2e d’apprentissage en automaticien et il est rayonnant !
    2-3 petits trucs : Au début, quand il posait une question d’orthographe, j’avais tendance à lui répondre : Réfléchis, comment tu l’écrirais ? Puis je me suis rendu compte qu’avec lui (ce qui n’est pas le cas pour sa sœur, non dyslexique mais un peu fainéante) c’était stupide. S’il demande, c’est justement qu’il ne sait pas… Et maintenant, je lui donne la réponse tout de suite, sans commentaire. Du coup, il ose demander souvent et a repris confiance pour écrire.
    Ce que j’ai également beaucoup fait, c’est d’aller avec lui dans des grandes librairies et le laisser naviguer dans les rayons pendant 1 heure au moins… Presque à chaque fois, il ressortait avec une BD qui l’intéressait. Au début, il y avait souvent + de dessins que de textes, mais je ne disais rien… Peu à peu, il a commencé à prendre des livres avec plus de lecture, à son rythme, et maintenant, il est fan de mangas. C’est toujours de la BD, mais il y consacre beaucoup de temps, et même si c’est de l’analyse de dessins + que de l’orthographe, c’est autre chose qu’un écran…
    Dans les quotidiens, je découpe depuis des années les articles qui peuvent l’intéresser. Au début, je les lisais à voix haute pour qu’il comprenne que les news peuvent être intéressantes pour lui aussi. Du coup maintenant, quand il n’a pas de réseau, il lit le 20Minutes tout seul ?
    Bref, avec beaucoup d’énergie et surtout beaucoup de patience et d’amour, on peut les aider pour la vie !
    A bientôt !

    1. Oui, je me souviens parfaitement !

      Vous me rappelez beaucoup ma propre maman, qui a dû être très inventive afin de m’aider à surpasser mes difficultés. On ne pense pas tout de suite aux parents mais vous mettez énormément de choses en place pour nous ! Et c’est aussi un combat pour vous.

      C’est génial que vous ayez trouvé des astuces pour l’aider et je vous remercie beaucoup de les partager ici. Les premiers livres que j’ai commencé à lire sont aussi les BD. Mine de rien, ça nous entraine à promener les yeux sur la page et à chercher le texte et le mettre dans l’ordre. C’est, je pense, un bon exercice.

      Je ne sais pas si vous avez lu mon livre mais je me reconnais beaucoup dans certaines choses que vous dites et que j’ai partagées dans mon récit. Je remarque que nous sommes beaucoup de dys et de parents qui traversons les mêmes émotions et sentiments dans les situations difficiles aux dys.

      Merci beaucoup pour votre commentaire, je vous souhaite de très belles fêtes et beaucoup de succès pour votre fils ! Il peut être fier de lui ! (:

  2. Bonjour,
    Je découvre ce soir votre blog très intéressant.
    Mes 2 filles sont dyslexiques, dysorthographiques et dyscalculiques.
    Elles ont eu pendant de longues années des séances de logo.
    A l’heure actuelle, elles s’en sortent très bien et se construisent avec leurs difficultés en utilisant leurs acquis, repères et les aménagements mis en place en classe en accord avec l école , les profs et la logo (aide mémoire, temps supplémentaire lors de tests, calculatrice ou table de multiplications à dispo ). Je suis très fières de leurs parcours car la mise en place de tout ceci n’a pas été une mince affaire. Il faut se battre.
    Ce qui me surprend à l’heure actuelle c’est le manque de considération par rapport aux enfants dys après l école obligatoire… Ma fille aînée terminera sa 11e année prochainement. Elle souhaite faire un apprentissage dans le domaine de la santé via une école à plein temps . Des tests d admission sont demandés pour y accéder (math et français). Je suis surprise de découvrir que le seul aménagement possible auquel elle a droit pour ces tests est 1/3 du temps supplémentaire par rapport aux autres candidats. Autrement rien n’est adapté c’est pour tout le monde pareil!
    Aucun aide-mémoire, calculatrice ou autres ne sont tolérés alors que durant toutes ces années elle s’est construite avec ces outils.
    Ceci est très déstabilisant. Je ne comprends pas cette manière de procéder. Je pensais que les dys étaient mieux « épaulés » en sortant du milieu scolaire obligatoire.
    Avez-vous vécu cela?
    Merci pour vos précieuses infos.

    1. Bonjour ! Je vois tout à fait ce qu’elles traversent! Je suis actuellement dans le même problème ! J’aimerais intégrer une école de santé mais mes aménagements spécifiques à mon cas ne sont pas pris en considération. Je ne bénéficie que de 30minutes supplémentaires pour les examens de régulations que je vais bientôt faire. J’ai également fait une année préparatoire dans une école de santé (pour pouvoir faire les examens d’entrée) où la personne de référence qui s’occupait de notre année m’a dit que je devais apprendre à ne plus avoir accès à mes faveurs (a-t-il dit mot pour mot) comme si nous bénéficions de faveurs… C’est extrêmement déstabilisant et choquant d’entendre Ça. Il faut que votre fille essaie de trouver avec ce qu’elle a acquis, des petites astuces qui pourraient l’aider un peu. C’est ce que j’ai fait pour réussir à suivre la cadence.. j’espère que le manque d’amenagement Dans ces écoles pourra changer avec le temps. Comme cela a été le cas pour l’école obligatoire qui a évolué sur sa façon de prendre les problèmes dys en considération.

      Bonne journée ! Et courage à vos filles, je suis vraiment de tout cœur avec elles ! Elles peuvent être fières d’elles !

      1. Merciiii pour ce partage et vos mots d’encouragements, ça fait du bien d échanger des idées et des astuces avec quelqu’un qui vit cela aussi.
        Je vais montrer votre blog et nos échanges à ma fille tout à l’heure 😉
        De découvrir votre parcours est super encouragent. Une belle revanche sur ces années d école. Nous allons tout donner pour ces tests d admission au moins qu’elle puisse les réussir et qu on lui laisse sa chance car je suis persuadée qu’elle sera épanouie dans la suite de sa formation. Vous souhaite bonne chance pour vos examens. Tout de bon!
        Je suis intéressée à acheter votre livre, on le trouve en libraire ?
        Belle journée à vous

        1. Merci beaucoup pour votre message, et pour répondre à votre question, vous pouvez trouver mon livre en librairie sous Amanda Oriol “Confession d’une dyslexique” édition des sables au prix de 27.- mais si vous le souhaitez, vous pouvez aussi le commander chez moi au prix de 25.- (et je pourrai vous le dédicacer personnellement). Si vous êtes intéressée, vous pouvez m’écrire à “amandao-19@hotmail.com”.
          Belle journée

  3. Bonjour, comme je suis inscrite sur le blog, j’ai reçu vos messages ce matin.
    Je souhaite vous encourager avec ma petite expérience : notre fils a 17 ans maintenant et termine sa 2ème année d’apprentissage en automaticien. Et bien ses problèmes dys ne sont plus un problème ! Depuis qu’il est dans un monde professionnel, il est entouré par des adultes qui ont des problèmes en orthographe ou en calcul ou en lecture ! Et du coup, lui qui a eu la chance d’être suivie par des logo, des ortho etc… s‘en sort plutôt bien. Cet apprentissage l‘a transformé ! Il a repris confiance en lui, part tous les matins avec le sourire aux lèvres et rentre le soir en racontant plein d’anecdotes ! Si bien que sa sœur, pourtant douée à l’école, a aussi choisi la voie de l’apprentissage en voyant son frère si content et elle commence en 1ère année le 1er août prochain !
    Donc tenez bon pour les examens d’admission. Axez surtout vos forces dans la préparation du dossier de candidature avec lequel les enfants peuvent montrer leur motivation. C’est ce qui fera la différence auprès des employeurs qui cherchent plutôt des ados motivés, intéressés et polis plutôt que des surdoués revendicateurs et flemmards. BONNE CHANCE !

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire ! C’est super de lire d’aussi jolies nouvelles ! Vous avez contriué à ma bonne humeur du matin ! 🙂

      Je suis très contente qu’il s’épanouisse aussi bien dans un univers qui en plus, lui plaît !

      Je vous remercie beaucoup pour l’encouragement ! Je ferai tout mon possible pour réussir ces examens ! 🙂

    2. Merci beaucoup pour vos précieux conseils et encouragements… ça fait chaud au coeur de savoir que nous ne sommes pas seuls à vivre cela au quotidien 😉 et quand je découvre le joli parcours de votre fils c’est super encourageant et me dis qu’il ne faut pas perdre espoir.
      On va y arriver 🙂 merci !

  4. L’ordinateur est une fausse bonne solution pour aider les dys.
    Cela fait parti de toutes ces tentatives de compensation du handicap qui ne sont basées que sur les conséquences et non sur LA cause des dys. C’est coûteux, fragile et en plus ça maintient les dys dans leur état.
    Si un enfant se casse une jambe que faites vous en priorité ? Si vous vous contentez de lui faciliter son accès à sa classe et ses déplacements sans vous occuper de sa jambe vous avez tout faux. Les dys sont dans cette situation. Ça fait plus de 160 ans que l’on sait que les problèmes des dys viennent de leurs yeux: ils sont tous hétérophoriques. C’est facile à vérifier.
    La dys est un problème médical, ophtalmologique. Ce n’est pas un problème psy, pas un problème neuro et les bilans d’orthophonie ne sont pas des bilans médicaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *