L’arbre à pain : un héritage du monde maori

Arbre à pain

En dehors de la Polynésie, le Uru (prononcez « ourou» en roulant légèrement le « r »), est plus connu sous le nom de fruit de l’arbre à pain (Artocarpus altilis). Cette espèce au port majestueux fait partie des Moracées, famille à laquelle appartient aussi le figuier, bien plus connue en Europe.

Coupe d’un fruit de l’arbre à pain

A Tahiti, il y a une sous-espèce d’arbre à pain qui donne des fruits sans noyau. Cet arbre a une floraison et une fructification qui dure toute l’année.

Fruits de l’arbre à pain

Ces fruits font entre 15 cm à 25 cm de diamètre en moyenne. La peau du fruit est verte quand celui-ci n’est pas mur,  puis vire au jaune-vert quand il mûrit.

 

Fruits du Jacquier
Coupe d’un fruit du Jacquier

Attention, le fruit de l’arbre à pain ne doit pas être confondu avec celui d’une autre espèce arbustive de la même famille : le Jacquier (Artocarpus heterophyllus). Il s’agit, de deux  espèces assez proches, dont le fruit est comestible dans les deux cas. Toutefois, l’odeur (Terrible !) du fruit du Jacquier peut aider, à coup sûr, le néophyte à faire la distinction.

L’arbre à pain est originaire d’Océanie, probablement de Mélanésie, et il est, du reste, toujours beaucoup cultivé dans les iles du Pacifique Sud. Depuis cette région, l’arbre à pain s’est répandu plus largement au sein de la ceinture intertropicale grâce à des explorateurs comme William Blight.

Vous avez, du reste, sans doute entendu parler de l’expédition du Bounty qui a donné lieu à plusieurs superproductions Hollywoodiennes sur les « Révoltés du Bounty ». Peut-être ne le savez-vous pas, ou l’avez-vous oublié, mais le point de départ de cette folle aventure, certes ensuite largement romancé par les scénaristes américains, est lié à Tahiti et à l’arbre à pain.

C’est en 1788 que la frégate HMS bounty partit en direction de Tahiti afin de récupérer des plants de cet arbre, dont l’intérêt alimentaire avait été loué par d’autres explorateurs. Cette mission avait pour but d’introduire cette plante aux Antilles britanniques (i.e. la Jamaïque actuelle) afin d’apporter une solution aux problèmes de ravitaillement en nourriture des esclaves. Après plus de huit mois de voyage et plus de 50 000 km parcouru, le Bounty accosta enfin à Tahiti. Sur place, les Maori laissèrent les anglais repartir avec plus de 1000 plans d’arbre à pain. En raison des besoins en eau très conséquents de ce végétal, le Capitaine Blight avait dû mettre en place un rationnement. Cette situation contribua à provoquer une mutinerie menée par Fletcher Christian (2e officier et souffre-douleur de Blight après que celui-ci l’ait accusé de lui avoir volé …une noix de coco tu es sur de cela ?). Fletcher et 8 autres marins réussirent à prendre le contrôle du bateau et à rejoindre Tahiti. Le Capitaine Blight ainsi que le reste de l’équipage rallièrent le Timor (au Nord-est de l’Australie) à bord d’une chaloupe du Bounty dans laquelle les mutins les avaient jetés avec un sextant, une boussole et seulement 5 jours de nourriture. Dans des conditions, qu’on imagine épuvantable, ces naufragés de force  ont navigués sur cette chaloupe pendant 47 jours avant de trouver secours. Ce n’est que plus tard,  grâce à la deuxième expédition de Blight à bord de la frégate HLMS Providence, que l’arbre à pain arriva en Jamaïque en 1793. Toutefois, la population locale le donna aux cochons…. tellement ils trouvèrent le gout des fruits mauvais !

L’abnégation du capitaine Blight à mener à bien sa mission ne fut toutefois pas inutile. Progressivement l’arbre à pain à joué un rôle grandissant pour de nombreux peuples des pays tropicaux. L’arbre à pain est désormais utilisé dans de nombreux domaines :

Dessin montrant les différentes parties d’un four tahitien

La plupart du temps, il est utilisé en cuisine. Les fleurs sont mangées en confitures en Martinique ou en Guadeloupe. En ce qui concerne le fruit, il se mange cuit. Il existe beaucoup de recettes différentes dont la traditionnelle recette du four Tahitien qui est illustré ici. Le fruit est également frit et même parfois réduit à l’état de farine, laquelle est ensuite utilisée pour diverses préparations (crêpes, gâteaux, substitut de farine de blé).

D’un point de vue nutritionnel, on sait aujourd’hui que le fruit de l’arbre à pain est riche en acides gras auxquels on prête des vertus pour maintenir le cœur en bonne santé. Il contient aussi des omégas 3 qui sont bon pour le développement du cerveau chez les enfants. Par ailleurs, les omégas 6 et la vitamine C  qu’il contient sont jugés favorables pour la santé de la peau. Enfin, ce fruit est une source de glucides, de vitamines et de sels minéraux.

L’utilisation de l’arbre à pain ne se limite pas à la cuisine. Il intervient par exemple, dans la médecine traditionnelle de nombreuses sociétés. Ainsi, le fruit bien mûr est parfois utilisé contre les brulures, alors que les fleurs grillées peuvent être frottées contre les gencives pour les soulager. Ce n’est pas tout. Le latex qui s’écoule de l’écorce de l’arbre à pain peut être utilisé comme gomme à mâcher, ou encore comme gel pour les cheveux. Autrefois, le latex était même utilisé pour attraper des oiseaux et servait de poix pour réparer les trous dans les pirogues une fois mélangé à de la fibre de coco. L’écorce était aussi utilisée comme papier par les premiers polynésiens. Ils appelaient cela du « Tapa ». Bien entendu, le bois de l’arbre à pain n’était pas oublié. Il servait à la confection des pirogues ou de certains instruments de musique.

Au-delà de ses multiples utilisations l’arbre à pain occupe une place particulière dans les récits légendaires de Polynésie Française. Certains disent que ce serait Taaroa (dieu de la création dans la croyance polynésienne) qui se serait transformé en cet arbre pour que ses protégés puissent survivre et ne pas mourir de faim. D’autres disent que ce serait un père qui se serait transformé en arbre à pain pour sauver sa famille.

Malheureusement l’arbre à pain est lui aussi victime du réchauffement climatique. Certaines variétés se sont déjà éteintes. L’arbre à pain ayant des racines courtes, l’élévation du niveau de la mer et l’infiltration d’eau salé dans les nappes phréatiques l’affecte grandement. Cet arbre est également très vulnérable aux cyclones qui tendent à se multiplier dans certaines régions, là encore en lien avec le réchauffement climatique.

Pour finir cet article je propose pour les personnes intéressées une recette à base d’arbre à pain (je sais qu’on en trouve parfois en vente  en Europe):

Je vous propose une recette de délicieuses de « frites de uru » :

Pour 6 personnes

Ingrédients :

  • 1,5 uru vert
  • Sel

Préparation :

  1. A l’aide d’un couteau, enlevez la peau du uru ainsi que le noyau qui se situe au milieu du fruit (généralement, dans les supermarchés en Europe les fruits de l’arbre à pain ont un noyau car ce n’est pas la même espèce qu’à Tahiti) .
  2. Coupez votre fruit dans la longueur et de manière régulière pour former vos frites.
  3. Dans une friteuse, mettre les frites à cuire jusqu’à ce qu’elles soient dorées.
  4. Salez et servir chaud.
Alexandre Gaertner

Alexandre Gaertner

Alexandre Nékao Gaertner est un jeune franco-suisse installé à Tahiti depuis 2010. Né en 2002, Alexandre aime l’architecture, la plongée sous-marine ou encore la cuisine. Résider à Tahiti lui permet de découvrir des aspects originaux de la société Polynésienne et de ses écosystèmes. C’est aussi une magnifique opportunité pour s’ouvrir à d’autres cultures de la région Asie-Pacifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *