Hong Kong: chronique d’une mort annoncée.

Après six mois de manifestations et d’émeutes, Hong Kong est entré en récession.  Le tourisme est au point mort, les ventes de produits de luxe se sont effondrées, et si l’ancienne colonie britannique est encore la troisième place financière au monde, on entrevoit déjà un discret mouvement de capitaux en direction de Singapore. En fait un processus est en marche et les évènements récents ne sont que la pointe de l’iceberg. En réalité, c’est tout l’édifice laissé derrière par plus d’un siècle de colonisation britannique qui est en train de se lézarder.

Une colonisation bien tranquille.

Le principal mérite de la colonisation britannique est d’avoir fait de Hong Kong une enclave de stabilité dans une mer en furie. La colonie fut ainsi préservée des bouleversements qui sévissaient dans le reste de la Chine, que ce soit la collectivisation, le grand bond en avant ou la révolution culturelle et ses aboutissements.

Gouvernée par des Anglais nommés par Londres mais gérée par une administration locale chinoise Hong Kong devint un oasis de stabilité basé sur deux principes. Une économie de marché soumise à un minimum de réglementation et un état de droit avec des tribunaux opérant en toute Independence du pourvoit politique. Hong Kong pouvait ainsi se définir comme une ville chinoise, gérée par des Anglais dont l’environnement politique et économique permettait au génie entrepreneurial chinois de s’exprimer pratiquement sans entraves.

Ce qui manquait à ce tableau c’était la notion de “démocratie” mais peu s’en offusquaient. Et le Hong Kongais moyen, trop heureux d’être à l’abri des bouleversements idéologiques qui secouaient la chine s’accommodait sans problème d’une présence anglaise qui n’entravait pas sa liberté d’expression personnelle tout en le laissant libre de s’adonner à ’activité économique de son choix.

Les communistes au pouvoir.

La prise du pouvoir par les communistes en Chine en 1949 n’affecta pas le statut de Hong Kong pour essentiellement deux raisons. Premièrement, dans le cadre de la guerre froide et de l’isolement que les occidentaux avaient imposés à la chine, Hong Kong était utile aux dirigeants de Pékin comme la seule fenêtre dont ils disposaient vers le monde extérieur. Deuxièmement, contrairement à Taiwan, Hong Kong ne s’est jamais présenté comme une alternative, qu’elle soit politique ou économique, au régime Communiste. C’était tout au plus une incongruité, utile mais sans conséquence dont la solution pouvait attendre.

La “solution” advint quelques 50 ans plus tard avec la rétrocession à la Chine 1997 de la colonie britannique sur la base d’un accord qui prévoyait que pour les 50 ans à venir Hong Kong se verrait accorder une large autonomie sur la base du principe de “Un État deux Systèmes”, sous l’appellation de Région Administrative Spéciale de la République Populaire de Chine. C’était là un appel du pied à Taiwan qui laissait entendre que dans une Chine réunifiée, deux systèmes pourraient coexister.

En fait, c’était un énorme malentendu. Avec un parlement, un gouvernement, des partis politiques, une armée, une économie florissante et le sentiment profond d’être chinois, Taiwan était bien un “système”. Hong Kong n’avait rien de cela. Tout au plus c’était une singularité dont une large partie de la population se reconnaissait plus comme hongkongais que comme chinois.

En quittant Hong Kong les anglais avaient laissé derrière eux une administration à leur image. Celle-ci, après leur départ continua à fonctionner comme elle l’avait toujours fait; ainsi, même après la rétrocession, Hong Kong continua à être gréée à l’Anglaise mais sans les anglais.

La Chine démarre.

Hong Kong s’était toujours définie par rapport à la Chine.  Ainsi, pendant des décennies, la colonie britannique fut un îlot de prospérité dans un Chine indigente et le Hongkongais moyen qui se rendait en chine faisait figure de nanti. Puis, sous l’impulsion de Deng Hsiaoping les choses changèrent. En 30 ans la Chine devint une puissance économique mondiale. Alors que l’économie chinoise était en pleine expansion, Hong Kong faisait du surplace. Plutôt que de se réinventer et de se focaliser sur la recherche, les nouvelles technologies ou la production industrielle, l’économie de l’ancienne colonie britannique resta centrée sur ce qui avait fait son succès de par le passé, à savoir les finances, le tourisme, le commerce de détail et la logistique.

Lors de la rétrocession, en 1997, Hong Kong représentait le 18% du PIB chinois. Aujourd’hui il représente le 1.9 %. Shenzhen, la commune Chinoise qui jouxte Hong Kong était, il y a 40 ans un village de pécheurs. Aujourd’hui c’est une métropole de 12 millions d’habitants avec une économie florissante et un pouvoir d’achat par habitant qui se rapproche de celui de Hong Kong.

Plus la Chine se développait, plus Hong Kong perdait non seulement son importance mais aussi sa singularité par rapport au reste du pays. Cette lente érosion de la primauté de Hong Kong, qui s’étala sur vingt ans, cohabite avec des écarts massif de revenus au sein de la population. Avec 7.3 millions d’habitants Hong Kong a un revenu moyen par habitant qui dépasse celui de l’Angleterre ou de l’Allemagne. Or en parallèle, 20% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté et le revenu moyen du 10% de la population au sommet de l’échelle de richesse est 44 fois supérieur à celui du 10% au bas de l’échelle. Ce clivage au niveau des revenus provoqua un déséquilibre économique de plus en plus mal supporté par la population et fut à son tour exacerbée par une crise du logement colossale.

L’immobilier le plus cher au monde.

Hong possède l’immobilier le plus cher au monde. Certes la région ne manque pas de terrains mais la terre appartient à l’État qui la distribue avec parcimonie par petit lots à une oligarchie locale multi millionnaire. Le résultat, ce sont des loyers hors de prix qui font qu’une large tranche de la population ne trouve tout simplement pas à se loger décemment. Avec le temps, la combinaison d’une crise de logement artificiellement entretenue avec une économie en retard d’une génération et une Chine qui est en train de la dépasser créée sein de la population une crise identitaire mal définie mais omniprésente. Et la présence de centaines de milliers de touristes venus du continent parlant Mandarin dans un ville Cantonaise, faisant état de leur richesse et dépensant sans compter ne pouvait que rappeler aux Hongkongais que bientôt la seule chose qui les distingueraient d’une Chine ou le pouvoir était entre les mains du parti Communiste était l’État de droit.

Une des insuffisances d’un gouvernement qui n’est pas élut est qu’il n’est pas à l’écoute de ses gouvernés car il n’en pas besoin de leur adhésion pour se maintenir au pouvoir. S’il en avait été autrement, ni le gouvernement de Pékin, ni les autorités de Hong Kong n’auraient proposé, en février 2019, une loi autorisant les extradition vers la Chine. Ce fut la goutte qui fit déborder le vase.

Pour un vaste nombre de Hongkongais la loi d’extradition marquait la fin de l’État de droit car chaque habitant de la région était désormais susceptible d’être extradé vers la Chine continentale ou il serait soumis à l’arbitraire d’un système juridique au mains du parti communiste. La vague de manifestation qui suivit l’annonce du projet de loi fut telle que les autorités furent obligées, en Juillet, de le retirés mais le mal était fait. Venant sur un substratum où se mêlaient absence de justice sociale, inégalités économiques flagrantes et une profonde anxiété face à la lente mais systématique emprise du gouvernement de Pékin sur la région, le projet de loi sur l’extradition marque la rupture définitive entre les autorités de Hong Kong et un large tranche de sa population.

En l’absence de toute tradition politique ou de contre-pouvoir organiser la rection prit la forme d’une sorte de jacquerie semi-permanente où se mêlaient manifestations pacifiques, émeutes, saccage de stations de métro, blocages du Traffic sans compter la mise à sac de commerces dont les propriétaires étaient prétendument des sympathisants du gouvernent central.

Un compte á rebours que rien n’arrêtera.

Face à ce qui est devenu un état d’arythmie permanent, il apparait que tous les protagonistes ont une vision de la crise qui leur est propre. Pour le gouvernement central à Pékin, c’est la sécurité du régime qui prime. Celle-ci étant acquise, et Hong Kong ne représentant plus un atout économique majeur, il peut sans problème tolérer un état de confusion permanent qui ne peut qu’accélérer le déclin de l’ancienne colonie britannique. Pour les autorités de Hong Kong, manifestement dépassée par les événements, l’essentiel sera de maintenir un minimum d’ordre sans regarder au-delà. Enfin pour cet amalgame difforme que l’on peut qualifier d’opposition les appels à la “démocratie” dont ils n’ont aucune expérience relevant de la fabulation. En effet Pékin n’acceptera jamais la mise en place à Hong Kong d’un régime politique en marge du parti communiste. Et le fait que certains manifestants défilent en agitant des drapeaux Anglais ou Américains ne peut qu’augmenter la défiance avec laquelle ils sont considérés par une population chinoise ou perdure la fibre patriotique.

En 1997, la “rétrocession” prévoyait que Hong Kong aurait un régime spécial jusqu’en 2047 suite à quoi il serait intégré dans une zone économique de 70 millions d’habitants comprenant Guangzhou, Shenzen et Macao. L’ancienne colonie britannique se voyait ainsi accorde un sursis de 50 ans avant son absorbtion par le régime en place en Chine. Cinquante ans, par rapport à l’histoire de la Chine, c’est peu, et c’est en l’occurrence inéluctable. C’est ce que les manifestants à Hong Kong semblent avoir oublié.

 

Alexandre Casella

Alexandre Casella

Diplômé de la Sorbonne, docteur en Sciences Politiques, ancien correspondant de guerre au Vietnam, Alexandre Casella a écrit pour les plus grands quotidiens et a passé 20 au HCR toujours en première ligne de Hanoi a Beirut et de Bangkok à Tirana.

11 réponses à “Hong Kong: chronique d’une mort annoncée.

  1. Article traduit avec un outil informatique ? C’est presque impossible à lire !
    J’attends plus d’un diplômé de la Sorbonne ou il semble que l’on enseigne pas le français…

  2. Je suis certain que l’article est intéressant mais passé le premier paragraphe je ne peux pas continuer.
    Les fautes d’orthographe me font saigner les yeux…

  3. Bravo Sacha!
    La légèreté et l’à-propos avec lesquels tu développes ton raisonnement me rappellent nos discussions en 1976 à Hanoi sur le bling-bling idéologique de la Révolution culturelle que tant fascinait les intellos occidentaux.
    Les loyers hongkongais sont fort probablement destinés à se redimensionner: affaires à suivre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *