Marre du Mondial? Regardez plutôt le trail!

Après la navrante défaite de l’équipe suisse face à la Suède, vous serez sans doute nombreux à venir grossir le flot des mécontents qui ne veulent plus entendre parler du Mondial. Si vous en avez assez de toute cette ferveur footballistique, sachez que le ballon rond n’est pas le seul sport digne d’être regardé sur le petit écran durant l’été.

Vous me voyez venir, je veux parler… du trail, bien sûr! De plus en plus populaire, cette discipline fait désormais l’objet de suivis «live», qui rassemblent des dizaines de milliers d’internautes. Dimanche dernier, le Marathon du Mont-Blanc a ainsi été retransmis du premier au dernier kilomètre par la société Euro Media, qui filme entre autres le Tour de France chaque été.

On est loin de la vidéo amateur et des images qui tanguent au point que vous finissez par en avoir la nausée. Hélicoptères, VTT électriques, drones et cameramen ont en effet été mobilisés pour talonner les coureurs y compris sur les sentiers les plus sinueux (et à près de 20 km/h dans certaines descentes), offrant à tous ceux qui n’avaient pu faire le déplacement un spectacle haletant.

Pour sa 40ème édition, le Marathon du Mont-Blanc a vu s’affronter plusieurs cracks, dont Kilian Jornet. Tenu éloigné des circuits durant trois mois suite à une fracture du péroné survenue durant une compétition de ski-alpinisme, le Catalan a fait son come-back en seigneur, parvenant à s’imposer en 3 h 54, avec 4 minutes d’avance sur ses poursuivants: le Neuchâtelois Marc Lauenstein, qui a terminé 2ème en 3 h 58, et le Norvégien Stian Angermund-Vik, 3ème en 4 h 00.

Sans l’air d’y toucher, comme à son habitude – trois jours avant la course il escaladait le Mont-Blanc en solo par une voie particulièrement difficile sur le versant italien -, Kilian Jornet a contribué à ajouter la dimension épique qui distingue les plus belles courses. Les yeux rivés sur mon écran, tasse de café en main, je l’ai regardé partir vite, très vite, dans le groupe de tête comprenant une dizaine de coureurs. En bon fan, je murmurais de temps à autre “allez, Kilian, allez”, à mesure que le champion remontait les places les unes après les autres, jusqu’à se retrouver seul en tête.

C’était la première fois que je regardais une course de montagne comme à la télévision. Cela m’a plu et captivé. La médiatisation croissante du trail ne fait pas que des heureux, mais elle a ceci de bon qu’elle permet aux spectateurs novices de mettre un visage sur le nom des coureurs au top de la discipline. Morale de l’histoire: il n’y a pas que le foot dans la vie… et pas que Kilian Jornet qui mérite d’être toujours sous le feu des projecteurs!

Photo: David Gonthier

 

 

Alexander Zelenka

Alexander Zelenka

La nuit, Alexander Zelenka enfile ses baskets et allume sa lampe frontale pour voir autrement les montagnes suisses ou plus lointaines. L'obscurité amène le coureur dans un univers onirique où le paysage est transformé, propice aux plus belles aventures. Le jour, Alexander Zelenka est rédacteur en chef du magazine Terre&Nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *