Vous chantiez M. Nantermod ? Et bien dansez maintenant…

Vous chantiez ? j’en suis fort aise. Eh bien ! dansez maintenant. », ces derniers vers de la fameuse fable de La Fontaine me sont venus à l’esprit en lisant la chronique de Philippe Nantermod publiée le 12 février dans Le Temps.

Comme la cigale de l’histoire, M. Nantermod et ses acolytes ne se soucient guère de la catastrophe vers laquelle nous nous dirigeons si nous ne changeons pas drastiquement de système. Les ressources ne sont pas totalement épuisées, la hausse des températures est encore supportable (en tout cas sous nos latitudes) et les catastrophes naturelles et environnementales n’ont pas encore aplati la courbe du PIB, alors pourquoi s’inquiéter ? On trouvera toujours afin de se donner bonne conscience plus gros pollueur que soi, un pays qui émet plus de Co2 ou dont les efforts pour réduire ses émissions sont encore plus maigres que les nôtres. Que de bonnes raisons de ne rien faire, de nous complaire dans notre prétendue et fantasmée excellence.

Or la réalité est un peu moins rose que ce qu’affirme M. Nantermod. S’il compare le bilan carbone d’un suisse à celui d’un américain, il oublie de préciser que nous émettons par tête deux fois plus de CO2 qu’un brésilien, ou cinquante fois plus qu’un malien ! Il y a donc une marge de progression certaine dans notre pays, et ce sans toucher à notre qualité de vie. Sans oublier que notre économie si bien insérée dans la globalisation externalise dans d’autres pays une grande partie des émissions nécessaires à la fabrication de ses biens de consommation. Si l’on prend en compte également ces données, la Suisse se trouve au 14ème rang des pays les plus pollueurs. On a vu mieux comme bon élève !

Sans « revenir à la charrette et à la bougie » comme le répètent de manière aussi bête que méchante celles et ceux qui ne veulent rien voir changer, il y a beaucoup à faire en Suisse, que ce soit en modernisant nos systèmes de chauffage, en réduisant nos besoins en déplacement ou en changeant certaines de nos habitudes de consommation. Le Parlement à un rôle essentiel à jouer en la matière, tout comme l’économie ou nous toutes et tous en tant que citoyens.

Le jour où des places se libèreront au congrès du Parti Communiste chinois, j’invite M. Nantermod à postuler, afin d’infléchir sur « le bon vouloir des plus grands » comme il le dit. D’autres – et ils sont de plus en plus nombreux – ont décidé d’agir ici et maintenant, à leur échelle et selon leurs possibilités pour changer un système qui n’est plus viable à long terme. Ils ne résoudront sans doute pas à eux seuls le problème du réchauffement climatique, mais ils apportent une pierre bienvenue à un édifice qui ne se construit que trop lentement. Alors au lieu de les juger avec le mépris inconscient d’une cigale aux portes de l’automne, retroussons-nous les manches pour leur donner un coup de main, car c’est de notre avenir et de celui des générations futures dont il est question.

Alberto Mocchi

Alberto Mocchi est président des Verts vaudois et Syndic de la commune de Daillens, dans le Gros de Vaud. À travers son blog, il souhaite participer au débat sur les inévitables évolutions de notre société à l'heure de l'urgence écologique.

4 réponses à “Vous chantiez M. Nantermod ? Et bien dansez maintenant…

  1. Ce que les personnes telles que Nantermod ne comprennent pas est que la transition énergétique apporte des avantages considérables à la Suisse en restant pionnière technologique.
    Les technologies vertes représentent la solution définitive à la question de l’approvisionnement énergétique au delà de la simple préoccupation climatique pas aussi urgente que le prétend le GIEC.

    1. Vous avez raison, le GIEC traite et rend compte politiquement des données scientifiques et certains milieux exploitent cette aubaine médiatique. Monsieur Nanternod, que j’apprecie par ailleurs, est comme d’autres politiciens, prisonnier des traditions et du carcan intellectuel des partis, également sous influence de l’économie. Cette dernière, je le crois, fait des efforts pour aller dans le bon sens, mais très lentement, car elle doit aussi convaincre les investisseurs (qui sont parfois nos fonds de pension). Notre système économique actuel, basé sur des visions essentiellement à court terme, nous mène effectivement dans le mur et les effets avant coureurs se font déjà sentir au niveau de l’environnement de notre planète terre. Notre jeunesse, heureusement, en est de plus en plus consciente de la convergence de ces erreurs et de leurs conséquences. Les contraintes vont gentiment s’accentuer, mais je ne serai probablement plus là pour le vérifier, comme d’autres.

  2. Bah, il faut être constructif et ne pas en vouloir au Sieur Nantermod, qui paraît déjà vieux avant l’âge, bon si vous connaissez Morgins 🙂 🙂 🙂 , ni penser aux élections.

    Le bon signe, c’est que le PLR fait marche arrière!
    Oui, croché à la locomotive UDC, ce parti va bientôt être amené sur la voie de garage.
    Bon, il a encore de la marge, avec tout le corps judiciaire, notaires, avocats bidons, juges corrompus ou incultes…!

    Enfin, peut-importe, seul un futur pour vos enfants (moi j’en ai pas alors…)

  3. Bonjour Monsieur,

    Quel tristesse de voir tellement d’ignorance, d’arrogance et de stupidité, de la part du PLR. En résumé, ce parti comme la droite en général, ne sont intéressés que par leur profit personnel (voir des grand prix, vendre des armes, des produits chimiques en Syrie et être dans les bénéficiaires des pharmas, banques et j’en passe des meilleurs). Alors que le rôle de vrais leader, s’est prendre soin de son groupe. Et sur ce sujet , l’enjeux ce n’est pas de gagner des votes ou se montrer plus fort. L’enjeux c’est la disparition ou non de l’humanité. Alors si vous n’êtes pas capable de sortir de votre ignorance et votre arrogance, partez et vite. Ceci pour votre bien personnel d’abord, car vous n’êtes qu’un humain!
    Recevez toute ma compassion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *