La philosophie de Günther Anders pour préparer la COP21

Il est aujourd’hui confirmé que, si le réchauffement climatique venait à dépasser deux degrés par rapport à la période préindustrielle, les conséquences en deviendraient ingérables. A la veille de la COP21, qui réunira à Paris la communauté internationale au chevet du climat, les Etats rechignent pourtant à prendre les mesures qui s’imposent. Pour expliquer cette inaction, on peut bien sûr invoquer les intérêts économiques liés aux énergies fossiles. Ou encore la peur de la nouveauté ou la force d’inertie qui se manifestent face à tout changement.

 

Mais il existe vraisemblablement des raisons plus profondes à cette apathie des Etats, mais aussi, à plus petite échelle, des individus, face au danger climatique. Au début des années soixante, le philosophe Günther Anders consacrait un petit texte à notre indifférence face aux catastrophes globales et, en particulier, aux risques de la bombe nucléaire[1]. Une partie de ses propos peut être transposée à notre époque et s’avère éclairante dans le contexte du changement climatique.

 

Selon Günther Anders, si nous sommes indifférents face aux catastrophes globales, c’est tout d’abord parce qu’elles nous concernent tous, au moins potentiellement. Ceci nous soulage de la peur, mais aussi de notre responsabilité individuelle. En effet, le danger ne me menace pas personnellement ou, du moins, pas seulement. Par conséquent, je ne suis pas concerné directement et je ne ressens pas le besoin de m’inquiéter, ni d’agir. Puisque c’est l’humanité dans sa totalité qui est affectée par le danger climatique, c’est à elle de se mobiliser, pas à moi. Cette dissémination de la responsabilité fonctionne au niveau de la menace, mais aussi au niveau des innombrables actions, individuelles ou collectives, qui en sont à l’origine. Non seulement « on » est toutes et tous concernés par le danger climatique, mais « on » en est aussi toutes et tous un petit peu responsables. La Suisse, quand elle annonce qu’elle est prête à prendre des engagements plus importants permettant de limiter le réchauffement climatique à deux degrés, mais seulement si les autres pays le font aussi, s’inscrit dans cette perspective de déresponsabilisation. Nous agissons également de cette manière à titre individuel, quand nous disons que ce n’est pas notre petit engagement personnel qui changera les choses – ou celui de la Suisse, ce tout petit pays – pour justifier notre inaction.

 

Un autre paramètre explique notre apathie face au changement climatique. C’est ce que Günther Anders appelle la loi de l’innocence. Il l’exprime à travers cette métaphore terrible : « Notre monde ne sombrera pas victime de la colère ou de l’acharnement, mais on l’éteindra comme on éteint une lampe ». La crise climatique relève de la même absence de malveillance : les activités économiques ou les gestes quotidiens anodins que nous effectuons au détriment du climat ne sont en rien motivés par une volonté de nuire. Personne ne monte dans sa voiture dans le but de détruire la planète ! Comme dans le cas d’un « homicide involontaire », nous nous attendons dès lors à obtenir des circonstances atténuantes et peinons à nous sentir coupables. Cette situation est aggravée par la distance spatio-temporelle qui sépare nos innombrables et banals petits gestes individuels de leurs conséquences funestes : vous achetez votre mazout pour l’hiver, une inondation a lieu à l’autre bout du monde. Le lien de causalité est ténu ! Face à de tels phénomènes, nous ne pouvons que prendre acte de ce que Günther Anders appelle notre « obsolescence psychique ». Tant la liaison entre l’acte et le « coupable », que celle entre son geste et ses conséquences sont brisées.

 

Quelles leçons tirer de ces constats, a priori plutôt décourageants ? On peut toujours voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Je vois dans l’esprit pionnier le meilleur remède à l’inertie. Cet esprit pionnier, souvent évoqué par Bertrand Piccard, devrait guider notre engagement en faveur du climat et utiliser son opposé, l’esprit moutonnier, comme un levier pour le changement. Le changement ne fait en effet plus peur, quand il consiste à faire comme son voisin : c’est actuellement le fondement de la position suisse en matière de politique climatique. Dès lors, et c’est la bonne nouvelle, pour autant que quelqu’un ait le courage politique de s’engager en premier, d’autres suivront. L’erreur de la Suisse est de ne pas en tirer la bonne conséquence. Il est précisément dans son intérêt, notamment économique en tant que pays d’innovation, d’endosser le rôle de la locomotive, plutôt que celui du suiveur. Il fut un temps, aujourd’hui révolu, où nous avions une longueur d’avance en matière énergétique. Retrouvons cet esprit pionnier et engageons-nous résolument pour le climat.

 

Abandonnons par ailleurs la posture qu’Anders décrit comme celle de l’« apocalypticien prophylactique ». Comme le philosophe le montre lui-même, nous sommes complètement indolents face à la menace d’une catastrophe globale. Et puisque nos actes ne sont pas malveillants, nous nous sentons difficilement coupables. Les discours uniquement catastrophistes, les accusations culpabilisantes et les propos punitifs sont donc inutiles, si ce n’est contreproductifs. Quand nous parlons du climat, mettons plutôt en avant les solutions et les alternatives dont nous disposons, technologiques mais aussi au niveau des comportements, qui sont si nombreuses et si enthousiasmantes. La Suisse, la communauté internationale, mais aussi chacune et chacun d’entre nous peuvent se saisir efficacement de l’enjeu climatique et y répondre de manière convaincante. Pour autant que nous ayons le courage de nous engager en visionnaires, et que nous réalisions que, malgré l’importance de la menace et les difficultés qu’elle implique, les réponses sont là, entre nos mains.

 

 

 

Ce texte est une synthèse de mon intervention dans le cadre de la semaine de réflexion « Faire la paix avec la Terre : une réponse des sagesses du monde au défi climatique », organisée par l’association Terre du Ciel pour préparer la COP21.


[1] ANDERS Günther, Le Temps de la fin, Carnets de L’Herne, Partis, 2007.

 

Adèle Thorens Goumaz

Adèle Thorens Goumaz

Adèle Thorens Goumaz est conseillère aux Etats verte vaudoise. Elle a coprésidé les Verts suisses entre 2012 et 2016 et siégé au Conseil national entre 2007 et 2019. Philosophe et politologue de formation, elle a obtenu un certificat postgrade en politiques de l’environnement et de la durabilité à l’IDHEAP. Elle a ensuite fait de la recherche et de l’enseignement en éthique et en gestion durable des ressources, puis travaillé comme responsable de la formation au WWF Suisse. Elle siège actuellement à la commission de l’économie, à la commission des finances et à la commission de l’environnement du Conseil des États. Ses dossiers de prédilection sont l'économie circulaire, la finance durable, la transition énergétique, la préservation du climat, l’agriculture et la biodiversité. Plus d’informations sur www.adelethorens.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *