Comment nous avons lancé une enquête collaborative (sans le vouloir)

bnb2

Au début du mois de novembre, nous avons publié avec Data Le Temps une enquête sur le marché Airbnb à Genève que nous avions accompagnée d’un making-of. Nous avions également mis en ligne notre script, le code informatique qui nous avait servi à récupérer les données.

En Suisse Romande, l’enquête a eu un certain impact, puisque le Grand Conseil de Genève a inscrit le sujet à l’ordre du jour.

Mais nous nous doutions pas que que cette enquête “data” allait être reprise, répliquée, améliorée par d’autres médias en France, en Belgique et même au Canada. Nous sommes en tout cas ravis d’avoir initié, sans le vouloir, cette enquête collaborative francophone.

Sur le fond, tous ces sujets, déclinés bien entendu selon des angles locaux, montre finalement la même chose: Airbnb n’est plus ce site “cool” nourri d’utopie, fleuron de l’économie du partage: c’est un site commercial comme un autre.

Sur la forme, nous sommes persuadés que cette façon de travailler en réseau est l’avenir de notre métier. Cela conforte notre envie de partager nos outils et nos méthodes de travail, pratique assez répandue dans le journalisme anglo-saxon. En espérant très vite pouvoir décliner sur la Suisse romande l’enquête lancée par l’un de nos confrères.

Voici un petit tour d’horizon de ce que nos confrères ont déniché dans les données.

En France

En France, c’est d’abord un ancien rédacteur en chef du site Rue89, Yann Guégan, qui a appliqué le mode d’emploi à Paris, en récupérant un échantillon de 2000 annonces et les a mises en scène dans de très jolies cartes. L’article qui accompagne ce travail permet d’avoir une vue d’ensemble du marché Airbnb parisien. L’auteur compare notamment les prix Airbnb par arrondissement et ceux du marché immobilier locatif. Son travail permet d’avoir une vue assez précise de l’implantation Airbnb à Paris.
bnb4

Toujours en France, le site d’informations locales Rue89 Strasbourg, sous la plume de Florian Delafoi, s’est intéressé à Airbnb dans la ville alsacienne. Comme nous l’avions vu à Genève, à Strasbourg, le journaliste est allé voir qui se cachaient derrière les avatars qui ressemblent à première vue à ceux d’un particulier. Ce sont des profils utilisés par des entreprises commerciales classiques pour étendre leur réseau.

Mais c’est le quotidien régional Nice-Matin qui a déniché dans les données le personnage le plus haut en couleur.. A Genève, nous avions interviewé Jasmina, une “baronne” d’Airbnb qui gérait 120 chambres. A Nice, le journaliste Damien Allemand a fait le portrait de Salvator, le meilleur “Airbnbiste” de la ville. Salvator a investi, au propre comme au figuré, dans le réseau. Sa petite entreprise – qui ne connaît pas la crise – emploie douze personnes: des femmes de chambres, des gouvernantes, des hommes à tout faire…

En Belgique

En Belgique, le quotidien le Soir a enquêté sur le marché belge grâce à Joël Matriche. Suivi quelques semaines plus tard par l’Echo, un quotidien économique et financier.

bnb1

Sarah Godard et Ettore Rizza  ont mené l’enquête la plus ambitieuse en terme géographique, sur toute la Belgique. Alors que nous avions travaillé avec 2000 annonces (ramenées à 1000 ensuite), l’Echo s’est basé sur plus de 5000 offres. Ettore Rizza, qui s’est occupé de cette partie “scraping” a du largement modifier et adapter notre méthode, notamment pour contourner une limitation mise en place par Airbnb.

Au Canada

bnb5
Enfin, notre enquête a traversé l’Atlantique chez Radio-Canada (Florent Daudens et Pasquale Harrison-Julien) qui s’est prêtée à l’exercice, près de 5000 annonces là-aussi. La radio dresse un portrait-robot du marché, avec un prime un petit quiz.

Jean Abbiateci

Jean Abbiateci

Rédacteur en chef adjoint au Temps. Journaliste couteau suisse (mots, images, data, code...)

2 réponses à “Comment nous avons lancé une enquête collaborative (sans le vouloir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *